LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» Je rêve le bonheur
Le virelai  (Prosodie) EmptyJeu 25 Nov - 17:23 par masirene

» 19 novembre journée mondiale...
Le virelai  (Prosodie) EmptyDim 21 Nov - 19:03 par Flamme

» Toussaint
Le virelai  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:08 par Sansef Alafin

» MAMÉ
Le virelai  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:06 par Sansef Alafin

» IL, Elle et IEL
Le virelai  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:08 par Taner Erdrek

» Villanelle
Le virelai  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:03 par Taner Erdrek

» Entre le compromis et la compromission (Pamphlet)
Le virelai  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:30 par Flamme

» Les cons germent partout.
Le virelai  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:18 par Flamme

» Toussaint
Le virelai  (Prosodie) EmptyJeu 4 Nov - 17:06 par Sansef Alafin

Statistiques
Nous avons 50 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est 0260988549

Nos membres ont posté un total de 29151 messages dans 4559 sujets
-25%
Le deal à ne pas rater :
Grosse promo sur Xiaomi 11 Lite 5G NE – 128GB
275 € 369 €
Voir le deal

 

 Le virelai (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier


Messages : 7134
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 79
Localisation : Marseille

Le virelai  (Prosodie) Empty
MessageSujet: Le virelai (Prosodie)   Le virelai  (Prosodie) EmptySam 28 Mar - 10:01



LEXIQUE POÉTIQUE

LE VIRELAI



Le "virelai", qui vient du verbe virer, a désigné d'abord un "air de danse" au XIIIe siècle, puis une "chanson à danser", encore appelée "chanson balladée" (XIVe siècle). On trouve aussi : virelon, vireli, vireuli.

Le virelai est parfois considéré comme un poème à forme fixe du Moyen Âge, mais c'est plutôt un genre car on trouve sous cette dénomination des poèmes de structures différentes. Leurs caractéristiques communes semblent être l'utilisation de vers courts et le retour d'un refrain.

Les virelais d'Eustache DESCHAMPS sont des poèmes écrits en vers de sept et de trois syllabes sur deux rimes seulement, regroupés en strophes qui ne respectent pas toujours le même schéma. L'apparence écrite est celle du "lai" qui avait reçu le nom d'arbre fourchu, à cause du dessin des vers, qu'on les place tous commençant à gauche, comme jadis, où qu'on décale les vers courts comme aujourd'hui.

Exemple de virelai d'après Eustache DESCHAMPS :

VIRELAI

Tous cœurs tristes, douloureux,
Amoureux,
Langoureux,
Mettez-vous sous ma bannière,
Et allons cueillir bruyère,
Car Mai ne m'est pas joyeux.
Désire lieux ténébreux,
Etre seulz*
Sans clarté et sans lumière,
Quand je suis par envieux,
Comme un leux*,
Chassé en mainte manière
Du plaisant lieu gracieux,
Savoureux,
Et par ceux
Qui me montrent belle chière*

* Seul. Un loup. Bon visage.

Cependant, l'un des plus célèbres virelais d'Eustache DESCHAMPS ne respecte pas cette alternance de vers de mètres différents; il est construit sur deux rimes et une troisième pour le refrain. Il apparaît comme une "chanson à danser", mais, en fait, c'est plus un rondeau qu'un virelai :


Suis-je, suis-je, suis-je belle ?
Il me semble, à mon avis,
Que j'ai beau front et visage doux
Et les lèvres rouges ;
Dites-moi si je suis belle.

J'ai les yeux vifs, les sourcils fins,
Les cheveux blonds, le nez régulier,
Rond le menton et blanche la gorge ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

J'ai la poitrine ferme et fière,
Longs les bras, les doigts fins,
Et la taille fine aussi ;
Dites-moi si je suis belle.

J'ai une jolie courbe des reins,
Le dos cambré, et le fessier avantageux,
Cuisses et jambes bien faites ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

J'ai les pieds mignons et petits,
Faciles à chausser, avec de beaux habits,
Je suis gaie et insouciante ;
Dites-moi si je suis belle.

J'ai des manteaux fourrés de gris,
J'ai des chapeaux, de belles tenues
Et plusieurs broches d'argent ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

J'ai des draps de soie et tabis,
J'ai des draps d'or ou blancs ou bruns,
J'ai mainte bonne chose ;
Dites-moi si je suis belle.

Je n’ai que quinze ans, je vous le dis ;
Mon trésor est vraiment joli,
Je le garderai sous clé ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

Il devra être hardi
Celui qui sera mon ami,
Qui aura une telle jeune fille ;
Dites-moi si je suis belle.

Et par Dieu je lui promets
Que je lui serai très fidèle,
Toute ma vie si je peux ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

S’il est courtois et généreux,
Vaillant, habile et bien éduqué,
Il me gagnera à sa cause ;
Dites-moi si je suis belle.

C'est le paradis sur terre
Que d'avoir pour toujours une dame,
Aussi fraîche, et aussi jeune ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

Ne soyez pas peureux,
Pensez à ce que j’ai dit ;
Ici finit ma chansonnette ;
Suis-je, suis-je, suis-je belle ?

Ce type de poèmes disparut à la Renaissance, quand les poètes de la Pléiade refusèrent les vieilles formes du Moyen Âge pour en utiliser une nouvelle : "le sonnet".

Cependant, à la fin du XIXe siècle, Théodore de BANVILLE entreprit de présenter les formes poétiques anciennes pour présenter le [i]"virelai". Ce fut une recomposition ingénieuse :


Barbanchu nargue la rime !
Je défends que l’on m’imprime !

La gloire n’était que frime ;
Vainement pour elle on trime,
Car ce point est résolu.
Il faut bien qu’on nous supprime :
Barbanchu nargue la rime !

Le cas enfin s’envenime.
Le prosateur chevelu

Trop longtemps fut magnanime.
Contre la lyre il s’anime,
Et traite d’hurluberlu
Ou d’un terme synonyme
Quiconque ne l’a pas lu.
Je défends que l’on m’imprime.

Fou, tremble qu’on ne t’abîme !
Rimer, ce temps révolu,
C’est courir vers un abîme,
Barbanchu nargue la rime !

Tu ne vaux plus un décime !
Car l’ennemi nous décime,
Sur nous pose un doigt velu,
Et, dans son chenil intime,
Rit en vrai patte-pelu
De nous voir pris à sa glu.
Malgré le monde unanime,
Tout prodige est superflu.
Le vulgaire dissolu
Tient les mètres en estime :
Il y mord en vrai goulu !
Bah ! pour mériter la prime,

Tu lui diras : Lanturlu !
Je défends que l’on m’imprime.

Molière au hasard s’escrime,
C’est un bouffon qui se grime ;
Dante vieilli se périme,
Et Shakspere nous opprime !
Que leur art jadis ait plu,
Sur la récolte il a plu,
Et la foudre pour victime
Choisit leur toit vermoulu.
C’était un régal minime
Que Juliette ou Monime !
Descends de ta double cime,
Et, sous quelque pseudonyme,
Fabrique une pantomime ;
Il le faut, il l’a fallu.
Mais plus de retour sublime
Vers Corinthe ou vers Solyme !
Ciseleur, brise ta lime,
Barbanchu nargue la rime !

Seul un réaliste exprime
Le Beau rêche et mamelu :

En douter serait un crime.
Barbanchu nargue la rime !
Je défends que l’on m’imprime.

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Le virelai (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: