LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» La "cuisine" marseillaise
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyDim 5 Juil - 19:05 par André Laugier

» Ce n'est qu'un au revoir
Le Zutisme  (Prosodie) EmptySam 4 Juil - 7:25 par Lucienne MARTEL

» Adieu tristesse
Le Zutisme  (Prosodie) EmptySam 27 Juin - 9:04 par Flamme

» La vie est courte
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyVen 19 Juin - 15:09 par Flamme

» Et si la mort n'était qu'une escale
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyVen 19 Juin - 10:55 par Flamme

» Le Beau et le Laid (Poème sur les antonymes)
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyVen 19 Juin - 10:51 par Flamme

» pour la dernière fois tinta le carillon
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyJeu 11 Juin - 15:47 par masirene

» Violons d’antan :Concerto à « Masirène » (Acrostiche)
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyLun 8 Juin - 21:35 par André Laugier

» Bocage
Le Zutisme  (Prosodie) EmptyLun 8 Juin - 12:17 par André Laugier

Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 28437 messages dans 4400 sujets
Le Deal du moment :
Réduction sur la console Nintendo Switch Lite
Voir le deal
196.29 €

 

 Le Zutisme (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6988
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 78
Localisation : Marseille

Le Zutisme  (Prosodie) Empty
MessageSujet: Le Zutisme (Prosodie)   Le Zutisme  (Prosodie) EmptyJeu 7 Mai - 11:07

PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LE ZUTISME


Nom masculin. Fondé en 1871 par Charles CROS et quelques amis, le groupe des poètes "zutistes", dits aussi "poètes zutiques" (ou encore : le "cercle du zutisme") succéda aux dîners des "Vilains Bonshommes" qui avaient réuni, de 1869 à la guerre de 1870, quelques jeunes Parnassiens turbulents.

Après la guerre, les "Zutistes" regroupaient une douzaine des poètes les plus remuants, et notamment CABANER, CARJAT, les frères CROS, FORAIN, Germain NOUVEAU, Camille PELLETAN, Raoul PONCHON, Jean RICHEPIN, Arthur RIMBAUD, Léon VALADE, VERLAINE, etc... Les réunions aveint lieu à l'Hôtel des Étrangers (au coin de la rue Racine et de la rue de l'École-de-Médecine, à Paris).

Ces jeunes gens s'amusèrent à écrire et à dessiner dans un grand carnet intitulé "Album zutique". On y trouve vingt-quatre pièces de RIMBAUD, vingt-quatre de VALADE, douze de VERLAINE, une petite dizaine de Germain NOUVEAU, etc... Beaucoup d'entre elles ne respectent guère la décence, comme le sonnet consacré à l'anus par VERLAINE et RIMBAUD.

De nombreux poèmes sont des "pastiches" parodiques d'œuvres de poètes alors célèbres, comme Louis RASTIBONNE, Léon DIERX, Armand SYLVESTRE, etc. Le plus parodié dans cet "Album zutique" est François COPPÉE dont les dizains sont imités et ridiculisés. Ces poèmes sont en général signés (faussement) du nom du pastiché, avec des initiales qui permettent de connaître le véritable auteur. C'est dans cet album que figure le délicieux "Pantoum négligé" de Paul VERLAINE , attribué sans vergogne à Alphonse DAUDET.


Souvenir d’une enfance austèrement bébête
— Ô les commencements chétifs d’un grand poète : —
J’ai dans ma chambre deux images d’Épinal
Naïves que commente un texte marginal
Où la simplicité se mèle à l’énergie :
C’est Napoléon III terrassant l’Anarchie
Et c’est le plus clément des lions florentins.
— Soyez bénis, doux bois affreux, d’où je retins
Pour braver les dangers de cette vie amère,
L’amour de mon Pays et l’amour de ma Mère.

François COPPÉE (en réalité : Paul VERLAINE)
_____________________

SONNET

DORS-TU CONTENT, VOLTAIRE ?

Si nous étions morts quand nous étions mômes
Dites-moi, serions-nous plus malheureux ?
À quoi donc nous sert de devenir hommes
Si c’est pour souffrir des maux plus nombreux !

Les petits plaisirs laissent désireux,
Tous nos petits sous ne sont pas des sommes
Et c’est pour un X encor plus affreux
Qu’il nous faut quitter le monde où nous sommes.

Et nous avons beau nous mettre à genoux
Et beau t’implorer, tu ne tends vers nous
Jamais tes deux mains, Sainte Providence !

— C’est pourquoi, crois-moi, pauvre genre humain,
Chante et ris, sans trop croire au lendemain ;
Va, saute, Arlequin ; danse, Pierrot, danse !


Alfred de MUSSET (en réalité : Germain NOUVEAU)
_____________________

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Le Zutisme (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: