LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» Je rêve le bonheur
Le pasquil  (Prosodie) EmptyJeu 25 Nov - 17:23 par masirene

» 19 novembre journée mondiale...
Le pasquil  (Prosodie) EmptyDim 21 Nov - 19:03 par Flamme

» Toussaint
Le pasquil  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:08 par Sansef Alafin

» MAMÉ
Le pasquil  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:06 par Sansef Alafin

» IL, Elle et IEL
Le pasquil  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:08 par Taner Erdrek

» Villanelle
Le pasquil  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:03 par Taner Erdrek

» Entre le compromis et la compromission (Pamphlet)
Le pasquil  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:30 par Flamme

» Les cons germent partout.
Le pasquil  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:18 par Flamme

» Toussaint
Le pasquil  (Prosodie) EmptyJeu 4 Nov - 17:06 par Sansef Alafin

Statistiques
Nous avons 50 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est 0260988549

Nos membres ont posté un total de 29151 messages dans 4559 sujets
Le Deal du moment : -50%
Casque Pro Gaming HyperX Cloud Alpha Noir et Rouge ...
Voir le deal
49.99 €

 

 Le pasquil (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier


Messages : 7134
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 79
Localisation : Marseille

Le pasquil  (Prosodie) Empty
MessageSujet: Le pasquil (Prosodie)   Le pasquil  (Prosodie) EmptyVen 27 Fév - 19:45


PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LE PASQUIL

Ce mot désigne un poème satirique. Il apparaît dans le premier tiers du XVIe siècle et vient de l'italien "Pasquina" qui indique une statue antique à Rome servant de support à des écrits satiriques. On parlait aussi de pasquinade".

Le terme était encore utilisé au XVIIe siècle. Il fait partie des "forfaits" dont on accable Boileau lorsqu'il est de retour à Paris :


...
Un écrit scandaleux, sous votre nom se donne,
D'un pasquin qu'on a fait, au Louvre on vous soupçonne
...

BOILEAU. (Épitre VI.À M. de Lamoignon. 1677)

À la fin du siècle, le Dictionnaire de l'Académie (1694) définit ainsi le "pasquin" : "Satire courte, ainsi nommée à cause d'une vieille statue mutilée qui est à Rome, où on a accoutumé d'afficher ces sortes de satires".

Le mot disparut ensuite en ce sens, supplanté par l'épigramme. Au XVIIIe siècle, il prend le sens de "bouffon".

Quant au pasquin de Boileau, il fau admettre qu'aucune de ses "satires courtes" ne porte cette mention. Mais on ne prête qu'aux riches. Sous le litre "épigrammes" on trouve quelques vers qui constitueraient bien un pasquin :


Autre épigramme
À M. Perrault, sur les livres qu'il a faits contre les anciens

D'où vient que Cicéron, Platon, Virgile, Homère,
Et tous ces grands auteurs que l'univers révère,
Traduits dans vos écrits nous paraissent si sots ?
Perrault, c'est qu'en prêtant à ces esprits sublimes
Vos façons de parler, vos bassesses, vos rimes,
Vous les faites tous des Perraults.

BOILEAU, 1693.


_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Le pasquil (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: