LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» Je rêve le bonheur
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyJeu 25 Nov - 17:23 par masirene

» 19 novembre journée mondiale...
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyDim 21 Nov - 19:03 par Flamme

» Toussaint
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:08 par Sansef Alafin

» MAMÉ
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:06 par Sansef Alafin

» IL, Elle et IEL
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:08 par Taner Erdrek

» Villanelle
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:03 par Taner Erdrek

» Entre le compromis et la compromission (Pamphlet)
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:30 par Flamme

» Les cons germent partout.
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:18 par Flamme

» Toussaint
L'épanalepse  (Prosodie) EmptyJeu 4 Nov - 17:06 par Sansef Alafin

Statistiques
Nous avons 50 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est 0260988549

Nos membres ont posté un total de 29151 messages dans 4559 sujets

 

 L'épanalepse (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier


Messages : 7134
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 79
Localisation : Marseille

L'épanalepse  (Prosodie) Empty
MessageSujet: L'épanalepse (Prosodie)   L'épanalepse  (Prosodie) EmptyVen 1 Mai - 11:35



PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

L'ÉPANALEPSE

"L'épanalepse", du grec "épanalambanein", qui signifie reprendre, recommencer, d'où "épanalèpsis" (reprise, répétition), est une figure de répétition diversement décrite selon les auteurs.

Dans le vocabulaire de la stylistique, il s'agit d'un phénomène comparable à "l'antépiphore". L'antépiphore consistant dans la répétition, en tête et à la fin d'un ensemble verbal ou poétique (par exemple une strophe).

BAUDELAIRE a maintes fois eu recours à cette figure dans ses quintils, ainsi que dans son poème "Le Balcon" :


Mère des souvenirs, maîtresse des maitresses,
Ô toi, tous mes plaisirs ! ô toi, tous mes devoirs !
Tu te rappelleras la beauté des caresses,
La douceur du foyer et le charme des soirs,
Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses !


Dans "l'épanalepse" ce peut être la répétition, à intervalles plus ou moins réguliers, de la même phrase ou du même vers, soit la reprise en fin de vers ou de phrase du mot ou de l'expression qui le (ou la) commence, comme dans ce vers d'ARAGON :


Onze ans déjà que cela passe vite onze ans.

On la retrouve aussi dans ce quatrain de CORNEILLE, à chaque début de vers :


Rome, l'unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant !
Rome qui t'a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu'elle t'honore !

Il y a tout un art de l'épanalepse et Louis ARAGON l'a possédé à la perfection lorsqu'il évoquait l'obsession des images, le retour des souvenirs, en une forme qui se rapproche alors, parfois, de la chanson :


LES LARMES SE RESSEMBLENT

Dans le ciel gris des anges de faïence
Dans le ciel gris des sanglots étouffés
...
J'ai bu l'alcool transparent des cerises
J'ai bu les serments échangés tout bas
...
Il me souvient des chansons qui m'émurent
Il me souvient des signes à la craie
...







_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
L'épanalepse (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: