LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» Le ramier blessé ( la chanson Meghzilienne * )
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyLun 7 Juin - 17:16 par Luthoriental

» Sonnet en "l" mineur
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyDim 30 Mai - 21:58 par Flamme

» Retour
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyVen 21 Mai - 10:03 par Sansef Alafin

» Présentation
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyVen 21 Mai - 9:22 par Flamme

» Pour toi Maman! 11 ans ce matin!
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyMer 28 Avr - 17:16 par jeanyves53

» Le "variant" de l'Élysée
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyVen 16 Avr - 18:28 par Flamme

» A mon amie Lucienne
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyLun 12 Avr - 23:05 par Claude3240

» Les Boussoles
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyDim 11 Avr - 18:14 par Sansef Alafin

» Dans mon rêve elle rit la vie.
LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyVen 9 Avr - 10:07 par Flamme

Statistiques
Nous avons 48 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Lemaire

Nos membres ont posté un total de 28885 messages dans 4509 sujets

 

 LE DOUTE (Hurluberlurade)

Aller en bas 
AuteurMessage
Sansef Alafin

Sansef Alafin

Messages : 980
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 79
Localisation : Cévennes

LE DOUTE (Hurluberlurade) Empty
MessageSujet: LE DOUTE (Hurluberlurade)   LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyJeu 25 Fév - 13:05

Chroniques du monde moderne




LE DOUTE


Le doute me ronge lentement mais surement. Alors, tant qu'il me reste un peu de moi, tant qu'il n'a pas fini de me ronger complètement j'en profite pour douter encore un peu.
Par exemple hier, il faisait un soleil de plomb fondu, ce qui est bien plus chaud qu'un soleil de plomb normal. Remarquez que cette expression est ridicule, car tant que le plomb ne fond pas on ne peut pas dire qu'il fait vraiment chaud. D'ailleurs on devrait dire "fondre les plombs" plutôt que péter les plombs. Ce n'est pas réaliste. Car péter les plombs c'est perdre la tête et ça peut vous coûter un bras.
Bref, donc, il faisait chaud. C'est le changement climatique qui nous donne ce soleil de plomb fondu qui fait fondre les glaciers. Je me suis mis alors à me douter de quelque chose de douteux : c'est qu'il doit y avoir quelque part une deuxième couche d'ozone, une couche cachée dont on ne nous parle pas de peur qu'on n'en découvre ensuite une troisième. L'ozone c'est terrible, c'est un gaz polluant qui vous transforme un glacier en flotte bouillante en moins de temps qu'il n'en faut à un homme politique pour vous raconter n'importe quoi. C'est pour cette raison que les esquimaux sont tous couvert de fourrure, car ils ont été tellement ébouillantés qu'ils ont besoin de faux poils. Tout ça pour vous dire que nous sommes très ozonés et quand on est trés ozoné on n'est pas loin de la catastrophe.
Je me doutais un peu de tout ça  sans l'ombre d'une certitude. Et donc je m'en doutais sans l'ombre d'un doute et sans l'ombre d'un doute il fait encore plus chaud. C'est plus confortable de douter à l'ombre d'un doute.  Moi, je redoute surtout le soleil et je recherche tout ce qui peut me porter ombrage, mais sans me nuire. Par exemple si on vous porte ombrage, ça peut vous empêcher de porter le chapeau, vous voyez tout de suite l'avantage ou l'inconvénient.
Après avoir douté un bon moment à l'ombre d'un doute, j'en ai conclu que tous ces doutes redoutables étaient bien douteux, et qu'il est bien préférable de ne rien redouter tant qu'on n'est pas au moins effleuré par un doute. Vous voyez ?
Je prends un exemple exemplaire.
J'avais un jour demandé à mon ami Remo (il est italien) de m'accompagner en Italie pour un voyage. Je voulais aller à Milan. Il a refusé car il doutait de pouvoir faire ce voyage sans dommage. Il le redoutait. Bref, j'ai dû faire Milan sans Remo, tout seul. Voyez comment le doute peut transformer un voyage agréable en une étape douloureuse. Je doute de tout d'ailleurs...
Parce que les gens vous racontent n'importe quoi. Mon voisin me dit : "Aidez-moi, mon tonneau fuit !". J'y vais en courant et je  trouve le tonneau au même endroit. Ce n'est pas sérieux, je doute, je doute !
Dans un autre domaine je doute aussi sérieusement. C'est ce qu'on appelle la psychologie. Le psycho fait partie de tous les nouveaux ologues. Avant il y avait les eurs. Docteurs, masseurs, professeurs, soigneurs... Maintenant il y a les ologues et les istes. Hélicologues, zoologues, psychologues, tarologues, tarélogues, endocrinologues, climatologues, oenologue, un ologue, le seul l'unique, le vrai, l'utile, l'oenologue qui s'occupe du bon vin ! Il y a même les crétinologues. Je le sais parce que l'autre matin, je me suis réveillé crétin. J'en avais tous les symptômes, larmoiements, éclatement des synapses, absurdopathie, mediabébéticolie, etc... J'ai cherché un crétinologue pour me faire soigner. Ils sont dans les pages rouges de l'annuaire. Ce sont des gens tellement surbookés que je n'ai pas pu avoir de rendez-vous. Je suis resté crétin, quoi ! Il y a aussi les istes, très nombreux,  dentistes, chimistes, visagistes, les idiots prothésistes,  etc... J'en passe ! Mais revenons à cette catégorie d'ologue qu'on nomme les psy. Ces gens là non seulement me font douter mais ils m'inquiètent. Ils me mettent dans un état qu'un de mes amis appelait voisin. Ils me mettent dans un état voisin de je ne sais pas trop quoi, ce qui, d'après les ologues en question me met dans tous mes états... Je doute, voyez-vous. Pourquoi ? Parce que...
Le psy a le don de ne découvrir à ses côtés que des gens démolis puisqu'ils ont tous besoin de se reconstruire. Ainsi, de nos jours, presque tout le monde est en train de se reconstruire. Je finis par me demander combien il y en a qui sont restés entiers. Si vous les écoutez, les ologues en question, vous allez immédiatement en conclure que la moitié de l'humanité passe son temps à se démolir et l'autre moitié à se reconstruire, les deux moitiés étant d'ailleurs interchangeables en permanence, ce qui leur renouvelle heureusement la clientèle. Aux ologues.
Le problème, celui là qui fait que je doute furieusement,  étant en l'occurence qu'on ne sait jamais dans quel état on est réellement : si on est en cours de démolition ou en cours de reconstruction, si on est achevé ou non dans un sens ou dans l'autre... D'où l'expression bien connue et très employée : ce gars n'est pas fini !
Et d'ailleurs, en admettant ma démolition, je doute que je me sois reconstruit dans mon état primitif, primaire, primesautier, ou alors si je me suis reconstruit au contraire dans un état second. L'état second comme son nom l'indique n'est plus le premier. Si quelqu'un me dit : " Je suis dans un état second "  il y a lieu de se poser une question essentielle : "Est-ce qu'il veut dire qu'il s'est reconstruit dans un nouvel état, ou bien qu'il n'est plus dans son état premier, ce qui laisse entendre qu'il est toujours en cours de démolition de son premier état ?" C'est là que git l'ambiguité du vocabulaire psy ou re construction peut être synonyme d'une démolition simultanée. L'état second vous amène  immanquablement à vous reconstruire dans un autre état, où tout semble aller de travers, même si on peut souvent se trouver dans un état de droit.
Si un psy lit un jour ces lignes il va surement penser que je suis dans un état de déconstruction avancé, et que je devrais essayer de me reconstruire par tous les moyens, avant la catastrophe finale, même en ayant perdu tous mes moyens. Eh bien, non ! C'est là où il se trompe et où je ne doute plus... Il y a très longtemps que je suis complètement démoli et je ne me suis jamais reconstruit et je ne compte pas le faire ! S'il me demande pourquoi, je lui répondrais aussitôt : "C'est parce que je me plais comme ça. Ne jamais être fini, c'est une chance...  parce qu'il y a toujours quelque chose à faire !"

A. G
09/2017

_________________
""L'Art ne fait que des vers. Le coeur seul est poète.""
(André Chénier)




Avec mes amitiés

Alain

http://versamoi.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://versamoi.free.fr
Flamme
Admin
Flamme

Messages : 5132
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 73
Localisation : Près Bordeaux

LE DOUTE (Hurluberlurade) Empty
MessageSujet: Re: LE DOUTE (Hurluberlurade)   LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyVen 26 Fév - 10:41

Très drôle cette non construction de ton toi(t) Gare à la pluie torrentielle qui va te réduire à nager chez toi sans pir ogue et t'enlever tes derniers doutes sur ta survie mental, ce qui n'est pas pire en devenant louf ogue !
J'adore tous les mots et jeux de mots que tu as pu trouver !
Merci pour ton humour...rare, mais bien amusant !
Bonne journée bis

_________________
LE DOUTE (Hurluberlurade) 110108034927815720
Revenir en haut Aller en bas
Sansef Alafin

Sansef Alafin

Messages : 980
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 79
Localisation : Cévennes

LE DOUTE (Hurluberlurade) Empty
MessageSujet: Re: LE DOUTE (Hurluberlurade)   LE DOUTE (Hurluberlurade) EmptyVen 26 Fév - 10:49

Flamme a écrit:
Très drôle cette non construction de ton toi(t) Gare à la pluie torrentielle qui va te réduire à nager chez toi sans pir ogue et t'enlever tes derniers doutes sur ta survie mental, ce qui n'est pas pire en devenant louf ogue !
J'adore tous les mots et jeux de mots que tu as pu trouver !
Merci pour ton humour...rare, mais bien amusant !
Bonne journée bis

Merci Bernatette.
Tu sais j'écris ce genre de choses pour un hebdomadaire local ! Il s'agit d'amuser un peu les gens, quoi ! J'en ai d'autres que je vous posterai à l'occasion !

_________________
""L'Art ne fait que des vers. Le coeur seul est poète.""
(André Chénier)




Avec mes amitiés

Alain

http://versamoi.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://versamoi.free.fr
Contenu sponsorisé




LE DOUTE (Hurluberlurade) Empty
MessageSujet: Re: LE DOUTE (Hurluberlurade)   LE DOUTE (Hurluberlurade) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LE DOUTE (Hurluberlurade)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES-
Sauter vers: