LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» La "cuisine" marseillaise
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyDim 5 Juil - 19:05 par André Laugier

» Ce n'est qu'un au revoir
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptySam 4 Juil - 7:25 par Lucienne MARTEL

» Adieu tristesse
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptySam 27 Juin - 9:04 par Flamme

» La vie est courte
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyVen 19 Juin - 15:09 par Flamme

» Et si la mort n'était qu'une escale
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyVen 19 Juin - 10:55 par Flamme

» Le Beau et le Laid (Poème sur les antonymes)
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyVen 19 Juin - 10:51 par Flamme

» pour la dernière fois tinta le carillon
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyJeu 11 Juin - 15:47 par masirene

» Violons d’antan :Concerto à « Masirène » (Acrostiche)
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyLun 8 Juin - 21:35 par André Laugier

» Bocage
Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyLun 8 Juin - 12:17 par André Laugier

Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 28437 messages dans 4400 sujets
Le Deal du moment : -36%
Pack 1 mois – PAMPERS New Baby Taille 1 (2- 5Kg) ...
Voir le deal
29 €

 

 Ma Bohème (Arthur Rimbaud)

Aller en bas 
AuteurMessage
Luthoriental

Luthoriental

Messages : 532
Date d'inscription : 22/08/2012

Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) Empty
MessageSujet: Ma Bohème (Arthur Rimbaud)   Ma Bohème  (Arthur Rimbaud) EmptyVen 14 Juil - 12:06


Ma Bohème

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)
Revenir en haut Aller en bas
 
Ma Bohème (Arthur Rimbaud)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES :: NOUVEAU Faisons revivre nos poètes disparus-
Sauter vers: