LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» Je rêve le bonheur
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyJeu 25 Nov - 17:23 par masirene

» 19 novembre journée mondiale...
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyDim 21 Nov - 19:03 par Flamme

» Toussaint
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:08 par Sansef Alafin

» MAMÉ
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 6:06 par Sansef Alafin

» IL, Elle et IEL
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:08 par Taner Erdrek

» Villanelle
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyJeu 18 Nov - 3:03 par Taner Erdrek

» Entre le compromis et la compromission (Pamphlet)
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:30 par Flamme

» Les cons germent partout.
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyMer 17 Nov - 19:18 par Flamme

» Toussaint
Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptyJeu 4 Nov - 17:06 par Sansef Alafin

Statistiques
Nous avons 50 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est 0260988549

Nos membres ont posté un total de 29151 messages dans 4559 sujets
Le Deal du moment : -24%
Nouveau Apple AirPods Max à 479€
Voir le deal
479 €

 

 Le vers tétrasyllabe (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier


Messages : 7134
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 79
Localisation : Marseille

Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) Empty
MessageSujet: Le vers tétrasyllabe (Prosodie)   Le vers tétrasyllabe  (Prosodie) EmptySam 21 Fév - 12:50



LEXIQUE POÉTIQUE

VERS TÉTRASYLLABE

Le tétrasyllabe (en grec "tettares" = quatre) est le vers de quatre syllabes. Il est dans la très grande majorité des cas employé en hétérométrie, et ce à toutes les époques, accompagnant souvent des octosyllabes.

On le trouve aussi dans les "Contrerimes" de Paul-Jean TOULET, alternant avec des hexasyllabes :

Tout ainsi que ces pommes
De pourpre et d'or
Qui mûrissent aux bords
Où fut Sodome ;

Comme ces fruits encore
Que Tantalus,
Dans les sombres palus,
Crache, et dévore ;

Mon coeur, si doux à prendre
Entre tes mains,
Ouvre-le, ce n'est rien.
Qu'un peu de cendre.


Le vers libre l'emploie beaucoup, comme tous les vers courts, en "contrepoint" :

Pourquoi s’étendre si longtemps dans les plumes de la lumière
Pourquoi s’éteindre lentement dans l’épaisseur froide de la carrière
Pourquoi courir
Pourquoi pleurer
Pourquoi tendre sa chair sensible et hésitante
À la torture de l’orage avorté.


L'emploi du tétrasyllabe en "isométrie" est beaucoup plus rare.
Outre l'exemple des troisième et antépénultième strophes des "DJINNS" de Victor HUGO, on peut citer la très parodique "FÊTE GALANTE" de "L'Album zutique" que RIMBAUD dédie à VERLAINE :

Rêveur, Scapin
Gratte un lapin
Sous sa capote.

Colombina
- Que l'on pina ! -
- Do, mi, - tapote

L'oeil du lapin
Qui tôt, tapin,
Est en ribote...

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Le vers tétrasyllabe (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: