LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» L'HIVER EN FÊTE
Aujourd'hui à 18:51 par Flamme

» LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
Aujourd'hui à 10:18 par Lucienne MARTEL

» Le dessin du jour (humour en images)
Aujourd'hui à 10:13 par Lucienne MARTEL

» Le chat de mon voisin
Aujourd'hui à 7:19 par Lucienne MARTEL

» Poèmes de Noël (compilation)
Hier à 12:08 par André Laugier

» Santons et crèches de Noël 2017
Hier à 8:45 par Flamme

» Souvenirs, souvenirs
Hier à 8:40 par Flamme

» De J.d'Ormesson !
Lun 11 Déc - 14:24 par André Laugier

» Réflexions nocturnes
Lun 11 Déc - 9:14 par Flamme

Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23639 messages dans 3617 sujets

Partagez | 
 

 La poésie Gourmande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mer 2 Aoû - 18:44

Flamme a écrit:

André THEURIET est un poète plein de délicatesse avec sa confiture de groseille !
Il raconte avec bonheur cette préparation. Bien agréable lecture.
bis


Bonsoir FLAMME,

La poésie devient une "gourmandise" quand elle est écrite avec autant de passion, de détails et de délicatesse. André THEURIET n'est pas très connu des poètes. Fine plume, romancier et poète exigeant, il faut élu à L'Académie française en 1896 en remplacement d'Alexandre DUMAS, fils.

DOUCE SOIRÉE À VOUS DEUX

bibi2 bibi2 bibi2

andre

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mer 2 Aoû - 18:46


André THEURIET

LA GALETTE LORRAINE

Le feu flambe au four un feu clair
De ramille et de brande
Et le pain chaud embaume l'air
De son odeur friande.

Payse, prends sur le buffet
Le grand plateau de frêne
Et montre aux enfants comme on fait
La galette lorraine.

D'avance, tout est préparé
Dans la huche entr'ouverte :
Fleur de froment, beurre paré
D'un lit de vigne verte,

Oeuf frais pondu de ce matin,
Et crème virginale,
Sentant le fenouil et le thym
De la friche natale.

La payse, d'un doigt léger,
Pétrit la pâte fine ;
Tout autour d'elle on voit neiger
De la fleur de farine.

Les marmots au regard charmant,
Couleur de violette,
Parmi ce neigeux poudroiement
Contemplent la galette.

N'épargne pas le beurre ! Encor,
Payse, à pleine tranche !
Bat les oeufs jaunes comme l'or
Avec la crème blanche.

Puis, lentement, avec amour,
Etend-les sur la pâte...
C'est parfait ! Maintenant, au four,
Au four, et qu'on se hâte !

Toute chaude sur le bahut,
Savoureuse, alléchante,
Voilà la galette !... Salut,
Toi qu'on aime et qu'on chante.

Des pays Messin au Barrois,
Des Vosges à l'Argonne,
Partout où le mâle patois
Des fiers Lorrains résonne !

Qu'on nous apporte un vin du cru
A sève pétillante,
Et trinquons ferme, arrosons dru
La galette bouillante.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 3 Aoû - 15:15

Elle a une bonne odeur cette galette Lorraine, André ,et bien décrite avec les ingrédients bien frais et certainement comme on pouvait les aimer il y a bien longtemps, sortant de nos amis bien traités !
Un joli poème !
bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 12 Aoû - 12:36


Marquis de COULANGES

Jadis le potage on mangeait
Dans le plat sans cérémonie,
Et sa cuiller on essuyait
Souvent sur la poule bouillie.
Dans la fricassée autrefois
On sauçait son pain et ses doigts.
Chacun mange présentement
Son potage sur son assiette
Il faut se servir poliment
Et de cuiller et de fourchette,
Et de temps en temps qu’un valet
Les aille laver au buffet.

Tant qu’on peut il faut éviter
Sur la nappe de répandre,
Tirer du plat sans hésiter
Le morceau que l’on y veut prendre,
Et que votre assiette jamais
Ne serve pour différents mets.

Très souvent il faut en changer,
Pour en changer elles sont faites,
Tout ainsi que pour essuyer
On vous donne des serviettes
À table comme ailleurs enfin
Il faut songer à son prochain.



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 12 Aoû - 12:41



Pierre MARÉCHAUX

LE PAIN

J'aime le pain, le pain est bon !
Je l'aime cuit; je l'aime blond.
Pain parisien ou de campagne:
Tous mes repas il accompagne:
En couronne, en boule, en épi,
J'aime le gros et le petit!
J'en consomme dès le potage;
J'en reprends avec le fromage;
Croûte et mie pour saucer le plat!
J'aime le pain au chocolat.
J'aime le pain, quand la tartine
De confiture dégouline.
Je l'aime blanc ou bien complet,
Pains au raisins et pain au lait.
J'aime le , quand les baguettes
Se beurrent en fines mouillettes;
Les pains d'épice, pains aux noix
De Gênes, briochés, viennois!
Pains fantaisie et pain de mie
Grillé en toast pour mon amie :
J'en fais frire en petits croûtons
Que dans la soupe nous mettons.
J'aime le pain des grosses miches
Desquelles je fais mes sandwiches
Avec du beurre et du jambon:
Ah ! Oui vraiment, le pain est bon!



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Dim 13 Aoû - 11:42

Il a bien raison !!! le pain se marie avec tout et même sans accompagnement, il est excellent !
Il en parle fort bien car quand on aime on en trouve les mots et la saveur !
Je pense que tu es de mon avis cher André ! Bon dimanche à vous 3 de nous deux bisounours bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Lun 21 Aoû - 12:29



Vette de FONCLARE

LES PATATES

Elles ne sont pas provençales
Mais que deviendrait-on sans elles ?
Platées de pauvres et royales,
Jolies dorées, jolies blondelles,

Toutes tordues ou bien ovales,
Ce sont légumes sans chichis,
Comme des billes, plutôt des balles
Dont raffolent grands et petits.

Frites elles sont sans noblesse
Et s’encanaillent, délicieuses,
Mais elles causent la mollesse
De moultes tailles adipeuses.

Elles ont parfois bien trop d’yeux,
Des yeux blancs qui ne clignent pas.
Mais même si c’est ennuyeux,
On ne va pas en faire un plat :

Pelez-les, ça disparaîtra !




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 21 Sep - 12:22


Maurice ROLLINAT (1846-1903)

EN BATTANT LE BEURRE

Dans sa grande jatte de grès,
L'Angélique, la belle veuve,
Avec sa crème toute neuve
Fabrique un peu de beurre frais.

Ses doigts et sa batte à loisir
Fouettent, pressent, foulent, tripotent,
Tournent, roulent, piquent, tapotent
La crème lente à s'épaissir.

Enfin, déjà compacts, les grumeaux s'agglomèrent
Et prennent par degrés leur coloris d'or blond :
Elle aura bientôt fait son pain ovale et rond.
Mais, dévorant des yeux la tentante commère,
En face d'elle, assis à cheval sur sa chaise,
Coude et pieds aux barreaux, voilà que le grand Blaise,
Son soupirant câlin, lui parle à mots si doux,
Que, toute tressaillante à ce regard de faune,
Elle aspire la voix du beau meunier blanc-roux.
Tandis que dans son pot, moins serré des genoux,
S'endort las et distrait son petit bâton jaune.






_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Ven 22 Sep - 19:28


Léon BOYER

LA SUCCULENTE SOUPE AUX CHOUX

Sur feu de hêtre ou de noyer,
Qui tremblote, fuse et crépite,
Pansue et noiraude, voyez,
Au creux de l'âtre qui s'effrite,
Comme elle trône, la marmite
Où bouillonne à larges remous
Le mets que nul autre n'imite,
La succulente soupe aux choux !
Lorsque droite y tient la cuiller,
Oh ! par la salle décrépite,
Tous les parfums éparpillés...
Et, dans le bol plein, la subite
Eclosion d'yeux où palpite
L'âme fumante du saindoux,
Et comme on la déguste vite,
La succulente soupe aux choux !
A découvrir le lard, noyé
Dans le coeur pommé qui l'abrite,
L'appétit est tout égayé...
Foin des ragoûts hétéroclites,
Du mets savant qui débilite !
Rien ne vaut au corps comme au goût,
Dut-on m'accuser de redite,
La succulente soupe aux choux !
Prince qui soigne ta gastrite,
Ce fumet t'a rendu jaloux...
Goûte, crois m'en, selon le rite,
La succulente soupe aux choux.






_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 23 Sep - 11:55


Joseph BERCHOUX

L'ESPRIT OBLIGE


Je vais dans mon ardeur poétique et divine
Mettre au rang des beaux-arts celui de la cuisine.
D'un utile appétit munissez-vous d'avance.

Préludez doucement au plaisir du repas.

Que j'aime cependant l'admirable silence
Que je vois observer quand le repas commence.

Jouissez lentement et que rien ne vous presse.

Souvenez-vous toujours, dans le cours de la vie
Qu'un "dîner sans façon" est une perfidie.

Hélas, nous n'avons plus l'estomac de nos pères.

Le ragoût le plus fin que l'art puisse produire
S'il est froid et glacé ne saurait me séduire.

Rien ne doit déranger l'honnête homme qui dîne.

Qu'après le crépuscule un repas copieux
Vous prépare au sommeil et vous ferme les yeux.

Un poème jamais ne valut un dîner.

(Salut, toi que décore un excès d'embonpoint !!)




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Lun 2 Oct - 18:28



MONTESQUIOU

CUISINE

"Habile à préparer d’ardentes victuailles,
Des vivres savoureux et d’exquises douceurs,
A décorer d’œillets des saumons et des cailles,
Comme à teindre un coulis d’alléchantes rousseurs ;

D’oiseaux ayant parlé j’ai cuisiné les langues
Pour des Apicius et des Trimalcions ;
J’ai fait faire un sorbet et confire des mangues
Et dans l’eau de la mer bouilli des alcyons.

Pour ce savoir profond, aride et délectable
Qui décuple et varie à l’infini la faim,
Vous dédaignerez, Seigneur, m’admettre à votre table
Où ma science aspire à rompre un peu de pain !"




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mer 4 Oct - 15:02

La bonne cuisine peut en devenir une succulente poésie ! grosbiz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 5 Oct - 11:59

Flamme a écrit:
La bonne cuisine peut en devenir une succulente poésie ! grosbiz


Et puisque c'est la saison, voici un poème sur les "vendanges"


bis bis


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 5 Oct - 12:01


Victor DE LAPRADE

LES VENDANGES


Hier on cueillait à l'arbre une dernière pêche,

Et ce matin, voici, dans l'aube épaisse et fraîche,

L'automne qui blanchit sur les coteaux voisins.

Un fin givre a ridé la pourpre des raisins.

Là-bas, voyez vous poindre, au bout de la montée,

Les ceps aux feuilles d'or, dans la brume argentée ?

L'horizon s'éclaircit en de vagues rougeurs,

Et le soleil levant conduit les vendangeurs.

Avec des cris joyeux, ils entrent dans la vigne ;

Chacun, dans le sillon que le maître désigne,

Serpe en main, sous le cep a posé son panier.

Honte à qui reste en route et finit le dernier !

Les rires, les clameurs stimulent sa paresse !

Aussi, comme chacun dans sa gaîté se presse !

Presque au milieu du champ, déjà brille, là-bas,

Plus d'un rouge corsage entre les échalas ;

Voici qu'un lièvre part, on a vu ses oreilles ;

La grive au cri perçant fuit et rase les treilles.

Malgré les rires fous, les chants à pleine voix,

Tout panier est déjà vidé plus d'une fois,

Et bien des chars ployant sous l'heureuse vendange,

Escortés des enfants, sont partis pour la grange.

Au pas lent des taureaux les voilà revenus,

Rapportant tout l'essaim des marmots aux pieds nus.

On descend, et la troupe à grand bruit s'éparpille,

Va des chars aux paniers, revient, saute et grappille,

Prés des ceps oubliés se livre des combats.

Qu'il est doux de les voir, si vifs dans leurs ébats,

Préludant par des pleurs à de folles risées,

Tout empourprés du jus des grappes écrasées !







_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 5 Oct - 12:08


Jean AICARD

Alors, qui met la joie à l'âme,
Quand l'aube est si proche du soir ?...
— C'est le bon feu, qui nous fait voir
De petits soleils dans la flamme.

Après le feu ? — La flamme encor ;
C'est le calèn d'huile d'olive
Qui porte au front la clarté vive
Comme un roi sa couronne d'or.

Puis ? — Le fiasque de vin, sans doute,
Qui, sous sa paille, simplement,
Tient caché tout le firmament,
Une étoile dans chaque goutte.

Et puis, après ? — C'est la chanson,
Les contes pour pleurer ou rire...
Oui, mais encor ? — La poêle à frire !.
— Oui, mais le fruit de la saison ?

Ingrats ! c'est la châtaigne brune
Qui, sous la cendre chaude, cuit,
Et nous dit, s'ouvrant avec bruit :
« La bouteille est vide. Encore une ! »

La bonne compagne d'hiver,
Ne l'oublions pas, la châtaigne
Qui s'en vient dès que le froid règne,
Mourir vive près du feu clair.

La montagne aux villes l'envoie.
Nos petits montagnards, noircis,
Oiseaux d'hiver, moitié transis,
La vendent comme un pain de joie !

Et que d'écoliers en chemin,
Attardés et prêts aux reproches,
Sur les châtaignes, dans leurs poches,
Font chaud à leur petite main !



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 5 Oct - 13:57

L'automne et ses fruits sont des moments de plaisir pour ces poètes ! Il est vrai que chaque saison à ses bons moments, surtout si on vit dans la campagne et les belles forêts, en ville c'est tout autrement !
bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mer 18 Oct - 12:40

Flamme a écrit:
L'automne et ses fruits sont des moments de plaisir pour ces poètes ! Il est vrai que chaque saison à ses bons moments, surtout si on vit dans la campagne et les belles forêts, en ville c'est tout autrement !
bis


Bonjour FLAMME,

C'est la pleine saison des figues, aussi. En voici un qui est bien agréable à lire.

bis bis DE TOUTE LA FAMILLE.

CARPE DIEM
_________________

Je vais être absent cet après midi jusqu'à samedi matin. J'ai un congrès d'illusionnisme où je présente deux de mes élèves. De mon côté, j'ai été pressenti pour une conférence/causerie.

À TRÈS BIENTÔT.

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mer 18 Oct - 12:42


Robert de MONESQUIOU

LE FIGUIER

Ce figuier était plus de deux fois centenaire ;
Sa branche se tordait comme un nombreux serpent ;
Sous sa voûte on errait comme en un cloître on erre,
Et cet arbre était fier d’ombrager un arpent.

C’était toujours la nuit sous ses rameaux en arches.
Aussi les amoureux s’y donnaient rendez-vous ;
Car les enfants toujours plaisent aux patriarches,
Et les vieux sages sont amis des jeunes fous.

Vrai ! ses tiges vivaient parasites ou franches,
Et leur fourmillement noir bruissait toujours ;
Mais le tronc reposait rassasié de branches
Ainsi que Job était rassasié de jours.

Ses surgeons pullulaient sous le vert de sa robe ;
Mais la sève sans cesse émanait du vieux cœur ;
Ainsi Dieu sur un doigt levé maintient le globe
Et rien qu’en y pensant assure sa vigueur.

En vain des ans nouveaux s’épuisaient les clepsydres ;
Plus vieux, l’arbre, au rebours de l’homme, était plus beau ;
Ses têtes renaissaient comme celles des hydres,
Et sa racine allait réveiller le tombeau.

Or il roula si bien ses anneaux de couleuvre,
Or il couvrit la plaine entière d’un tel poids,
Que le Seigneur le vit, s’admira dans son œuvre,
Et dit à l’arbre vert qui paraissait un bois :

« Arbre, je veux pour toi faire une chose encore,
Car tu mis à profit et ton temps et ton suc ;
De quel honneur nouveau veux-tu qu’on te décore,
O toi qui sus vieillir sans devenir caduc ?

Veux-tu plus de rameaux, ou veux-tu plus de feuilles ?
Veux-tu que plus d’oiseaux t’emplissent de leur bruit ?
Je voudrai ce que tu voudras, quoi que tu veuilles… »
— Et l’arbre murmura : « Produire encore un fruit ! »




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Jeu 19 Oct - 8:30

Le voeu de l'arbre est magnifique !!! La nature est humble et fraternelle ! Nos anciens étaient dans le vrai en nous disant de suivre la nature, c'est notre guide dans la vie !
Merci de nous déposer de si beaux poèmes André.
bis


J'espère que tu as été content de tes élèves et de ta conférence !!!
Je vais t'appeler au téléphone. sourir bis2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 21 Oct - 12:21

Flamme a écrit:
Le vœu de l'arbre est magnifique !!! La nature est humble et fraternelle ! Nos anciens étaient dans le vrai en nous disant de suivre la nature, c'est notre guide dans la vie !
Merci de nous déposer de si beaux poèmes André.
bis


J'espère que tu as été content de tes élèves et de ta conférence !!!
Je vais t'appeler au téléphone. sourir bis2



Bonjour FLAMME,

Je suis impressionné par le nombre de poèmes consacrés aux plantes, aux fruits et aux légumes et aux bienfaits de leur consommation. Preuve que les poètes sont aussi des épicuriens dans l'âme et ne négligent aucun détail quand il s'agit de vanter les mérites d'une table équilibrée. Je sélectionne, malgré tout, les œuvres écrites dans une poésie classique, respectueuse de vers élégants qui ajoutent au plaisir du palais, celui de la lecture dans une plume inspirée, riche et mélodieuse.

En ce qui concerne ma causerie-démonstrative, tout s'est merveilleusement déroulé, et le Club des magiciens du pays d'Aubagne m'ont fait membre d'honneur de leur association.

Mes deux élèves, dont un a tout juste 13 ans, ont fait une grosse impression dans leur prestation, et ont, tous les deux, été acceptés à l'unanimité pour recevoir leur carte de "magicien officiel" auprès de l'Association Française des Artistes Prestidigitateurs. Un grand plaisir pour eux, et une immense satisfaction pour moi.

Ces journées ont été intenses, et j'ai quand même un peu de fatigue car depuis mercredi soir je n'ai eu que six heures de sommeil. Une petite sieste cet après-midi, pour récupérer, et je reprendrai mes activités habituelles sur le forum.

DE GROS bis bibi2 bibi2 DE NOUS 3 À TOUTES LES DEUX.

Passez un excellent week-end !

CARPE DIEM

magie2 ANDRÉ



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 21 Oct - 13:00



Théodore de BANVILLE

LE VIN DE L'AMOUR

Accablé de soif, l’Amour
Se plaignait, pâle de rage,
A tous les bois d’alentour.
Alors il vit, sous l’ombrage,
Des enfants à l’œil d’azur
Lui présenter un lait pur
Et les noirs raisins des treilles.
Mais il leur dit : Laissez-moi,
Vous qui jouez sans effroi,
Enfants aux lèvres vermeilles !
Petits enfants ingénus
Qui folâtrez demi-nus,
Ne touchez pas à mes armes.
Le lait pur et le doux vin
Pour moi ruissellent en vain :
Je bois du sang et des larmes.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Lun 23 Oct - 19:56


Raoul PONCHON

ESCARGOTS

La fraude — nerf du commerce —
À notre époque s’exerce
Sur les escargots itou :
Ainsi des gens, sans vergogne,
Vont déclarant de « Bourgogne »
Ceux qu’ils cueillent n’importe où.

Tel escargotier cupide,
Dans une coquille vide
Et Bourguignonne, vous vend
Un escargot fantaisiste…
C’est le geai du Fabuliste
Paré des plumes du paon.

Mais ceci n’est rien encore ;
Tel autre, nul ne l’ignore,
Sans surmener son cerveau
Autrement, vaille que vaille,
Ses escargots il les taille
Dans un simple mou de veau.

C’est ce qui fait qu’en Bourgogne
Les Bourguignons sont en rogne,
Mènent un grand branle-bas :
« — Les escargots de nos vignes —
Disent-ils — sont les seuls dignes,
Les autres n’existent pas. »

Ils exagèrent sans doute.
Des escargots, somme toute,
Viendraient-ils de Chicago,
Des Balkans ou de la Flandre,
Peuvent de même prétendre
À ce titre d’escargots.

À parler franc, j’irai jusques
À dire que ces mollusques
Rappellent ce caoutchouc,
Soit cette élastique gomme
Mâchée au collège comme
Si c’eût été du cachou.

Mais la savante industrie
Des Vatels de ma patrie
Est admirable à ce point,
Qu’ils vous feraient, ma parole,
Bouilli dans leur casserole,
Manger votre propre poing.

Aussi, quand ils accommodent
Ces rudes gastéropodes,
Selon les lois d’un « farci »
D’essence supérieure,
En les maniant de beurre,
Force épice, ail et persil ;

Ma foi, leur chair élastique
Devient assez sympathique.
— Tout dépend de la façon —
Ici, plus qu’ailleurs, j’estime
Que c’est la sauce qui prime
Et fait passer le poisson.






_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mar 24 Oct - 8:47

Excellent cette satire sur les escargots. En effet l'escargot cuit fait penser à de l'élastique, sorte de gomme qui n'a aucun goût, à part le beurre, ail et persil ! Alors de Bourgogne ou d'ailleurs, le mieux est de les laisser vivre et mourir de leur belle mort ! Les pauvres moules feront bien l'affaire et auront + de goût !
J'aime bien les moules, mais de les mettre dans le bouillon fumant pour les faire mourir, m'empêche plus d'une fois de les acheter !
Le savoir est, certes, important, mais de prendre conscience de la souffrance des êtres vivants, chamboule toute une vie !
Merci André de ce beau poème de notre ami Ponchon !
bis bisounours


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mar 24 Oct - 12:24

Flamme a écrit:
Excellent cette satire sur les escargots. En effet l'escargot cuit fait penser à de l'élastique, sorte de gomme qui n'a aucun goût, à part le  beurre, ail et persil ! Alors de Bourgogne ou d'ailleurs, le mieux est de les laisser vivre et mourir de leur belle mort ! Les pauvres moules feront bien l'affaire et auront + de goût !
J'aime bien les moules, mais de les mettre dans le bouillon fumant pour les faire mourir, m'empêche plus d'une fois de les acheter !
Le savoir est, certes, important, mais de prendre conscience de la souffrance des êtres vivants, chamboule toute une vie !
Merci André de ce beau poème de notre ami Ponchon !
bis  bisounours



Comme aurait pu dire l'Ami PONCHON : l'escargot c'est une limace qui a accédé à la propriété.

ahah  ahah  ahah

Nous, nous ne mangeons que les escargots de Bourgogne lorsque nous allons dans cette ville. Ailleurs, il leur faut trop de temps pour arriver !

rire


bibi2  bibi2  bibi2

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mar 24 Oct - 14:27

Oui, en effet, mais pas plus heureux pour autant quand il est pris !!! Sa maison n'est point une sécurité pour lui ...la limace donne moins envie d'être dans nos assiettes !
Pour l'avoir plus vite faut l’appâter avec de la salade ! et on te l'apportera au marché par camion dans des cagettes en salade "par dessus le marché"
grosbiz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Mar 24 Oct - 17:22

Flamme a écrit:
Oui, en effet, mais pas plus heureux pour autant quand il est pris !!! Sa maison n'est point une sécurité pour lui ...la limace donne moins envie d'être dans nos assiettes !
Pour l'avoir plus vite faut l’appâter avec de la salade ! et on te l'apportera au marché par camion dans des cagettes en salade "par dessus le marché"
grosbiz



Oui, quand on trouve une limace dans une salade ça signifie qu'il n'y a pas trop eu de produits chimiques dans ses feuilles. Mais la pauvre gastropode finit, elle, généralement dans la poubelle. C'est guère mieux.

Je ne sais pas ce que pense l'escargot quand il rencontre une limace, mais il doit se dire qu'il est dans un secteur réservé aux nudistes.

ahah

bibi2  bibi2  bibi2 DE NOUS 3.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Lun 6 Nov - 9:17



Émile VERHAEREN (1855-1916)

LE LAIT

Dans la cave très basse et très étroite, auprès
Du soupirail prenant le jour au Nord, les jarres
Laissaient se refroidir le lait en blanches mares
Dans les rouges rondeurs de leur ventre de grès.

Ou eût dit, à les voir dormir dans un coin sombre,
D'énormes nénuphars s'ouvrant par les flots lents,
Ou des mets protégés par des couvercles blancs
Qu'on réservait pour un repas d'anges, dans l'ombre.

Sur double rang étaient couchés les gros tonneaux.
Et les grands plats portant jambons et jambonneaux,
Et les boudins crevant leur peau, couleur de cierge,

Et les flans bruns, avec du sucre au long des bords,
Poussaient à des fureurs de ventres et de corps...
- Mais en face, le lait restait froid, restait vierge.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Lun 6 Nov - 11:52

Excellent, la nudiste avec les escargots !!!!
chienquirit Pour le lait, pas trop d'émotion...
grosbiz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4704
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 11 Nov - 11:59

Flamme a écrit:
Excellent, la nudiste avec les escargots !!!!
chienquirit  Pour le lait, pas trop d'émotion...
grosbiz




C'est la saison des châtaignes, et j'ai découvert ce poème d' Eugène ROLLAND qui, je pense, est bien de saison.

bis bis bis

_____________________


Eugène ROLLAND (1896 – 1914)

Alors, qui met la joie à l'âme,
Quand l'aube est si proche du soir ?...
— C'est le bon feu, qui nous fait voir
De petits soleils dans la flamme.
Après le feu ? — La flamme encor ;
C'est le calèn d'huile d'olive
Qui porte au front la clarté vive
Comme un roi sa couronne d'or.
Puis ? — Le fiasque de vin, sans doute,
Qui, sous sa paille, simplement,
Tient caché tout le firmament,
Une étoile dans chaque goutte.
Et puis, après ? — C'est la chanson,
Les contes pour pleurer ou rire...
Oui, mais encor ? — La poêle à frire !.
— Oui, mais le fruit de la saison ?
Ingrats ! c'est la châtaigne brune
Qui, sous la cendre chaude, cuit,
Et nous dit, s'ouvrant avec bruit :
« La bouteille est vide. Encore une ! »
La bonne compagne d'hiver,
Ne l'oublions pas, la châtaigne
Qui s'en vient dès que le froid règne,
Mourir vive près du feu clair.
La montagne aux villes l'envoie.
Nos petits montagnards, noircis,
Oiseaux d'hiver, moitié transis,
La vendent comme un pain de joie !
Et que d'écoliers en chemin,
Attardés et prêts aux reproches,
Sur les châtaignes, dans leurs poches,
Font chaud à leur petite main !

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/ En ligne
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   Sam 11 Nov - 19:16

Il fait envie avec ses châtaignes au feu E.Roland !
Elles sont bien chères ces châtaignes, alors qu'elles sont nombreuses à tomber par terre pour être recueillis !!!
La moindre nourriture devient inabordable !
Bisous André bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La poésie Gourmande   

Revenir en haut Aller en bas
 
La poésie Gourmande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Galerie Gourmande ! (*)
» GLICO, la petite gourmande,,,
» place enfant pour le parc astérix à 1€ avec volvic gourmande
» Carte postale gourmande
» Un cadeau pour gourmande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Jeux de mots :: Expressions, proverbes, maximes, dictons-
Sauter vers: