LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27937 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 Les vers rapportés (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6896
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

Les vers rapportés  (Prosodie) Empty
MessageSujet: Les vers rapportés (Prosodie)   Les vers rapportés  (Prosodie) EmptyMer 27 Mai - 12:09


PETIT LEXIQUE DE PROSODIE

LES VERS RAPPORTÉS


Non, mes ami(e)s, je n'ai pas commis de faute, et il ne s'agit pas de verres que l'on ferait rapporter par le sommelier considérant qu'il s'agit d'un mauvais pinard.

Ce procédé appartient au domaine français de l'esthétique du XVIe siècle. On appelle ainsi un mode de composition qui tient à la fois de l'énumération et du parallélisme.

Autrement dit, au lieu d'énumérer des syntagmes divers, on en "disjoint" les éléments en les regroupant par fonctions ou par catégories. Ainsi dans le sonnet XVII, par exemple, des "AMOURS" de RONSARD, sont énoncés trois grâces de la bien-aimée (l'œil, la main, le crin, c'est-à-dire la chevelure), auxquelles sont liées respectivement trois tortures sur son amant (brûler, enserrer, attacher), et cette logique se poursuit tout au long du poème dont voici les quatrains :

Par un destin dedans mon cœur demeure,
L'œil, et la main, et le crin délié
Qui m'ont si fort brûlé, serré, lié,
Qu'ars, pris, lassé, par eux faut que je meure.

Le feu, la prise, et le rets à toute heure,
Ardant, pressant, nouant mon amitié,
En m'immolant aux pieds de ma moitié,
Font par la mort, ma vie être meilleure.

Les mots ci-dessous pourront permettre de se faire une idée très nette de cette répartition et de ces correspondances isotopiques :

Œil, brûlé, ars (=brûlé), le feu, ardant.

Main, serré, pris, la serre, pressant.

Crin, lié, lacé, le rets, nouant.

On peut considérer de la même manière ce sonnet de Jean de SPONDE :


Tout s'enfle contre moi, tout m'assaut, tout me tente,
Et le monde, et la Chair, et l'Ange révolté,
Dont l'onde, dont l'effort, dont le charme inventé,
Et m'abîme, Seigneur, et m'ébranle, et m'enchante.

Quelle nef, quel appui, quelle oreille dormante,
Sans péril, sans tomber, et sans être enchanté,
Me donras-tu ? Ton Temple où vit ta Sainteté,
Ton invincible main, et ta voix si constante ?

Et quoi ! mon Dieu, je sens combattre maintes fois
Encor avec ton Temple, et ta main, et ta voix,
Cet Ange révolté, cette chair, et ce Monde.

Mais ton Temple pourtant, ta main, ta voix sera
La nef, l'appui, l'oreille, où ce charme perdra,
Où mourra cet effort, où se rompra cette onde.

Ce poème est fondé également sur la "répétition", dans les tercets, des mêmes termes que dans les quatrains, dans un ordre différent.
[/center]

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Les vers rapportés (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Couleur d'écran tire vers le jaune
» Rapport parlementaire 2006
» Rapport de bataille 1000pts (orcs vs GdC)
» SAMIEN LE VOYAGE VERS L'OUTREMONDE de Colin Thibert
» Fichier .ai sur mac vers pc?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: