LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» le destin de Civilon (Histoire vraie)
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyAujourd'hui à 11:18 par André Laugier

» La sagesse d'un banc (défi de l'image de Fripou en 2016)
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyJeu 23 Jan - 17:26 par fripou

» INSTANT SACRÉ DU PROFANE
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyJeu 23 Jan - 17:23 par fripou

» Un bonheur constellé.
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyMar 21 Jan - 23:29 par Lucienne MARTEL

» Larmes amères,
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyLun 20 Jan - 20:50 par Flamme

» Un taureau bien né,
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyLun 20 Jan - 6:19 par Lucienne MARTEL

» Au pays de la fée,
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyDim 19 Jan - 14:45 par Flamme

» Grarem (Haîkaî )
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyDim 19 Jan - 14:40 par Flamme

» Taureau ou torero ?
LE TROBAR  (Prosodie) EmptyDim 19 Jan - 14:33 par Flamme

Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 28195 messages dans 4322 sujets

Partagez
 

 LE TROBAR (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6934
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

LE TROBAR  (Prosodie) Empty
MessageSujet: LE TROBAR (Prosodie)   LE TROBAR  (Prosodie) EmptyDim 5 Juil - 21:20



PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LE TROBAR


Le mot signifie "trouver" en provençal. C'est le nom donné à leur recherche poétique par les poètes de langue d'oc (d'où le nom de troubadours. Il ont ainsi travaillé sur la rime, sur le types de vers, et mis au point une grande variété de formes fixes, aussi bien en matière de strophes que de poèmes.

Trois systèmes sont à distinguer dans le trobar :

- Le trobar clus

qui est une poésie hermétique pratiquée par certains troubadours afin de créer un langage poétique fondé sur l'énigme, sur les métaphores et un vocabulaire inhabituels, qui ne serait pas accessible au vulgaire.

- Le trobar ric

Poésie brillante par la recherche formelle.

- Le trobar plan (ou leu)

qui traite de la poésie simple.

L'histoire des troubadours commence avec Guillaume de Poitiers, grand seigneur de son temps et premier poète occidental à écrire non en latin mais en langue vulgaire, l'occitan. Après lui se succèdent au cours des XIIe et XIIIe siècles plus de 400 troubadours issus de milieux sociaux variés, rois, seigneurs, chevaliers, bourgeois ou gens de basse extraction.

Le poète, originaire du Limousin, du Languedoc, de Provence, ou même de Catalogne ou d'Italie, compose ses vers et les met en musique.
Les genres littéraires :

Les poèmes peuvent être d'un style différent - trobar leu compréhensible par tous ou trobar clus réservé à une élite de « spécialistes » - et se présenter selon plusieurs genres :

La canso, chanson, qui correspond à l'ode antique et est généralement consacrée à l'amour idéalisé et à la tristesse amoureuse.
Le sirventès, une canso au ton plus agressif consacrée à la satire morale ou politique.

Le planh, une lamentation sur la mort d'un grand personnage ou d'une femme aimée.

L'alba, l'aube, thème où deux amants qui ont passé la nuit ensemble sont éveillés par le cri du guetteur et déplorent que leur bonheur ait été si court.

Guillaume de POITIERS (1071-1127) ; la Comtesse de DIE (fin XIIe s.); Raimbaud D'ORANGE (1147-1173); et Peire VIDAL (1175-1210), furent d'excellents poètes s'exprimant dans le genre.


MAZCABRU est l'un des premiers troubadours dont les textes nous soient parvenus. Tout d'abord jongleur il s'avéra un poète très doué. Il est l'auteur de la plus ancienne pastourelle découverte, "L'autrier, a l'issida d'abriu".

Sa poésie est remarquable : c'est l'un des précurseurs du trobar clus (poésie fermée), qui s'oppose au trobar leu (poésie légère, facile à comprendre). Il utilise des métaphores complexes, joue sur les rimes rares, et utilise pleinement les ressources prosodiques de l'occitan.

Il semble avoir eu un caractère difficile, comme le montre par exemple les vers suivants :


Macabrun, fils de Marcabrune
Fut engendré sous telle lune
Qu'il sait d'amour sous toute coutume
Écoutez !
Jamais il n'en aima aucune,
Jamais aucune ne l'aima.

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
LE TROBAR (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: