LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27935 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 La rime couronnée (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

La rime couronnée  (Prosodie) Empty
MessageSujet: La rime couronnée (Prosodie)   La rime couronnée  (Prosodie) EmptyMer 27 Mai - 12:21


PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LA RIME COURONNÉE


Sous cette désignation on fait référence à une exercice poétique fort difficile et assez précieux dans la versification des Grands Rhétoriqueurs de la fin du Moyen-Âge et du début du XVIe siècle. Le genre est très délicat, car au risque de trop de raffinement on pouvait en arriver à des prouesses techniques dont l'intérêt poétique risquait d'être quasi nul.

Il s'agit, en fait, du redoublement de la dernière syllabe du vers produisant un "effet d'écho".

La rime couronnée suivait bien le système de la rime, mais elle y ajoutait, à chaque vers, un redoublement de cette rime. Ce système introduisait ainsi, comme je viens de le dire, un "redoublement" au vers. Ceci confine au galimatias, comme cet exemple tiré d'un poème de MOLINET :

Guerre a fait maint châtelet laid
Et mainte bonne ville vile,
Et gâté maint jardinet net.
Je ne sais à qui son plaid* plaît.


* Plaid = lutte.

Autre exemple de MAROT qui s'était fait une spécialité dans ce genre de poèmes :


"Ma blanche colombelle belle
Souvent je vois priant, criant;
Mais dessous la cordelle d'elle,
Me jette un oeil friand, riant,
En me consommant et sommant
A douleur qui ma face efface."


MOLINET et CRÉTIN ont composé des vers couronnés qui présentent une difficulté de plus, c'est le rapprochement de deux syllabes pareilles à la césure :


"Molinet n'est sans bruit ne sans nom non ;
Il a son son, et, comme tu vois, voix;
Son doux plaid plaît, mieux que ne fait ton ton ;
Son vif art ard plus clair que charbon bon."

MOLINET.

"Molinet net ne rend son canon non ;
Trop de vent vend, et met nos ébats bas ;
Bon crédit dit, qui donne au renom nom...
Se Venus nus nous tient en ses lacs las."

CRÉTIN.


Les exemples sont assez fréquents dans les anciennes pastorales. Exemple :


"Pour vous en dire plus, il faudrait vous pouvoir
Voir...
Aura- t-elle pitié de mon mal inouï ? -
Oui."

Les vers monosyllabiques sont souvent des vers en écho.
En voici un bel exemple de Gilles de VINIERS, un poète qui exerça au XIIIe siècle :


"Au partir de la froidure
Dure
Que vois apprêté
Été
Lors plains ma mésaventure
Cure
N'ai eu d'aimer;
Qu'amer
Ai souvent soit jeu trouvé."

De nos jours la rime couronnée est tombée en désuétude. La tradition, cependant, a été reprise, au tout début du XXe siècle par quelques poètes sensibles aux procédés formels fondés sur les jeux de signifiants. Ce qui nous montre bien que la poésie vit un perpétuel recommencement.

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
La rime couronnée (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La rime léonine (Prosodie)
» Rime
» Lémur couronné
» liard à l'H couronnée
» Maki vari et maki couronné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: