LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 22671 messages dans 3516 sujets

Partagez | 
 

 L'ÉGLOGUE (Prosodie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4121
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: L'ÉGLOGUE (Prosodie)   Mer 6 Avr - 12:28


PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

L'ÉGLOGUE


Nom féminin tiré du Grec eklogê qui signifie "choix" (pièce choisie). Ce terme, dans sa première définition, désignait un poème choisi parmi les meilleurs d'un recueil. Le mot avait déjà été appliqué par les Romains aux "Bucoliques" de VIRGILE, composé de dix églogues inspirées de THÉOCRITE, les mots églogue et bucolique sont devenus pratiquement synonymes.

DANTE et PÉTRARQUE se sont illustrés dans ce genre.

Une églogue n'est pas une forme fixe, mais sert à désigner, habituellement, un petit poème champêtre, (thème pastoral à la tonalité lyrique) souvent un dialogue entre des bergers de fantaisie, plus occupés à faire des vers ou à interpréter des chansons d'amour qu'à surveiller leurs troupeaux.

Vous feriez oublier, mélodieux chanteurs,
Et l'herbe à la génisse et la nuit aux pasteurs.

André CHÉNIER, avant 1794. "Oeuvres complètes".

RONSARD a composé un recueil d'Églogues qui comprend six poèmes à thèmes différents. Maurice SCÈVE est également l'auteur d'églogues. Je vous livre, ci-après, un extrait d'une "Églogue de la vie solitaire", qui chante la douce vie du berger :

Il est seigneur des bois grands et épais,
Desquels il n'a que doux séjour et paix.
Autour de soi sa tourbe vigilante,
Très hardis chiens, au besoin travaillante,
Garde toujours qui ne diminuisse
Le nombre entier, ou que l'on ne ravisse
Quelques brebis se son laineux troupeau,
Duquel il garde, et tient chère la peau.

Le genre a été particulièrement en vogue à la Renaissance et jusqu'au XVIIIème siècle. On trouve de nombreux poèmes portant le titre d'églogue dans les oeuvres de RONSARD, RACAN, SEGRAIS, MÉNAGE, Mme DESHOULIÈRES, FLORIAN, etc.

Bien qu'il ait pratiquement disparu en tant que genre littéraire, le terme a été parfois employé (et continue de l'être) par des poètes du XXème siècle pour indiquer une coloration champêtre, une correspondance directe avec la nature.

Un des plus célèbres poèmes de Stéphane MALLARMÉ : "L'après-midi d'un faune", porte en sous-titre le terme églogue.

Il s'agit, comme on peut le constater, de petites odes, satires, épîtres. Certains critiques établissent des distinctions entre l'églogue épique ou narrative dans laquelle le poète prend lui-même la parole, l'églogue dramatique (dans laquelle les personnages dialoguent entre eux au style direct), l'églogue mixte (dans laquelle les deux formes sont présentes).

Églogue = élégie, idylle, lyrisme.

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
L'ÉGLOGUE (Prosodie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ÉGLOGUE (Prosodie)
» la prosodie
» Règles de prosodie
» Le contre-rejet (Prosodie)
» La césure (Prosodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: