LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» L'Anglais et l'Écossais (Blague poétique)
Hier à 10:57 par André Laugier

» Hissez les papillons
Lun 20 Aoû - 13:06 par Flamme

» Un bon plan pour après ?
Lun 20 Aoû - 12:42 par André Laugier

» Contre la grève politique (Marius LAUGIER)
Lun 20 Aoû - 12:17 par André Laugier

» La blague de la semaine
Lun 20 Aoû - 11:43 par André Laugier

» Le dessin du jour (humour en images)
Lun 20 Aoû - 11:04 par André Laugier

» Air de guitare (Chanson)
Dim 19 Aoû - 18:48 par Flamme

» FATALITÉ
Dim 19 Aoû - 10:11 par Pierre Lamy

» Le jour où vous déplûtes
Sam 18 Aoû - 10:11 par Flamme

Statistiques
Nous avons 46 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 25769 messages dans 3848 sujets

Partagez | 
 

 (hommage à Apollinaire, + 1918)

Aller en bas 
AuteurMessage
Erdrek Nathan-Taner

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 27/06/2018
Localisation : Istanbul

MessageSujet: (hommage à Apollinaire, + 1918)    Jeu 2 Aoû - 9:17



Le pont de l'Alma      

_______________ஜ۩۞۩ஜ____________


J'assistais à l'horrible scène
de ce clochard
martyrisant son chien de haine
roué de coups, il faisait peine.

Quand vient la nuit toujours à l'heure
les deux n'ont pas d'autre demeure.

C'est sous les ponts, mon sang se glace
Pauvre bâtard
que son existence se passe
près d'un maître qui le tabasse.

Quand vient la nuit toujours à l'heure
les deux n'ont pas d'autre demeure.

On n'a qu'un dieu, les yeux d'un maître
sous son regard
il ne faut rien laisser paraître
souffrir en silence un mal-être.

Quand vient la nuit toujours à l'heure
les deux n'ont pas d'autre demeure.

Passent les jours, sans qu'il ne pleure
pour ce couard
c'est par amour que les gens meurent
souvent trop tôt, même avant l'heure.

Quand vient la nuit toujours à l'heure
les deux n'ont pas d'autre demeure.

On ne pense toujours qu'au zouave
les pieds dans l'eau
jamais un mot sur son esclave
tapi dans l'ombre et qui en bave.

Le jeudi 2 août 2018 ©️  Nathan Erdrek

_________________
«Quand on dépasse les bornes, il n'y a plus de limites». Alfred Jarry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4466
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: (hommage à Apollinaire, + 1918)    Jeu 2 Aoû - 13:54

Elle est bien triste cette histoire, et pourtant certainement réelle !
On ne voit que ce qui ne blesse pas notre esprit, l'indifférence apporte la paix, l'autruche le prouve bien !
Pauvre chien fidèle au coups de l'humain (si on peut dire).
Très dur ce poème pour ceux qui aiment ces amours innocents !
petitchien

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erdrek Nathan-Taner

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 27/06/2018
Localisation : Istanbul

MessageSujet: Re: (hommage à Apollinaire, + 1918)    Jeu 2 Aoû - 17:00

Flamme a écrit:
Elle est bien triste cette histoire, et pourtant certainement réelle !
On ne voit que ce qui ne blesse pas notre esprit, l'indifférence apporte la paix, l'autruche le prouve bien !
Pauvre chien fidèle au coups de l'humain (si on peut dire).
Très dur ce poème pour ceux qui aiment ces amours innocents !
petitchien

oui  réelle, mais pas à cet endroit précis
car c'est un pastiche du pont Mirabeau de Apollinaire
qui sert de trame, le chien avait tellement peur qu'il
se faisait dessus c'était horrible à voir...
France même il y a peu de temps que l'animal n'est plus un meuble
Jusqu’en 2015, l’article 528 du code civil considérait que « sont meubles par leur nature les animaux qui peuvent se transporter d’un lieu à un autre, soit qu’ils se meuvent par eux-mêmes. »
donc peu de temps depuis qu'ils sont considérés comme « des êtres vivants doués de sensibilité ».

_________________
«Quand on dépasse les bornes, il n'y a plus de limites». Alfred Jarry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5878
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: (hommage à Apollinaire, + 1918)    Jeu 2 Aoû - 21:45


Bonsoir NATHAN,

À partir du point de départ de ce poème (qui rend aussi hommage à APOLLINAIRE), tu as concocté une œuvre aussi bien construite que l'original, tout en te démarquant du thème initial, mais conservant le style et la sensibilité de l'auteur. Exercice parfaitement réussi dans lequel s'accordent et font référence les multiples clins d'œil rappelant "Le Pont de Mirabeau". Ta touche personnelle sur la marginalité de ce personnage rustre martyrisant son fidèle compagnon d'infortune à quatre pattes, est soutenue par les "images" saisissantes et un méticuleux souci du détail.

Une bien belle plume jouant sur l'émotionnel et l'acuité de l'observation.

app app app app

Excellente fin de soirée.

Bien cordialement

andre






_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4466
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: (hommage à Apollinaire, + 1918)    Jeu 2 Aoû - 22:00

Oui, je sais Nathan. Je suis les lois pour les animaux et hélas, les juges ne punissent guère la maltraitance !
Les assos s'en occupent de + en + et j'espère que nous aurons de bons jugements qui dissuadent les monstres !
bonnenuit

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erdrek Nathan-Taner

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 27/06/2018
Localisation : Istanbul

MessageSujet: Re: (hommage à Apollinaire, + 1918)    Ven 3 Aoû - 9:05

André Laugier a écrit:

Bonsoir NATHAN,

À partir du point de départ de ce poème (qui rend aussi hommage à APOLLINAIRE), tu as concocté une œuvre aussi bien construite que l'original, tout en te démarquant du thème initial, mais conservant le style et la sensibilité de l'auteur. Exercice parfaitement réussi dans lequel s'accordent et font référence les multiples clins d'œil  rappelant "Le Pont de Mirabeau". Ta touche personnelle sur la marginalité de ce personnage rustre martyrisant son fidèle compagnon d'infortune à quatre pattes, est soutenue par les "images" saisissantes et un méticuleux souci du détail.

Une bien belle plume jouant sur l'émotionnel et l'acuité de l'observation.

Excellente fin de soirée.

Bien cordialement

andre

Bonjour André,

merci de ta lecture attentive,
effectivement ce n'est pas un pastiche
j'ai uniquement gardé la structure
pour en faire tout autre chose
avec ce clin d’œil entre deux ponts
chieng2

une agréable journée
amicalement
Nathan

_________________
«Quand on dépasse les bornes, il n'y a plus de limites». Alfred Jarry
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (hommage à Apollinaire, + 1918)    

Revenir en haut Aller en bas
 
(hommage à Apollinaire, + 1918)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ...
» Vent de novembre (hommage à Guillaume Apollinaire)
» Apollinaire (1880-1918) VEILLE
» Apollinaire (1880-1918) PER TE PRAESENTIT ARUSPEX
» Apollinaire (1880-1918) VISÉE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES-
Sauter vers: