LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 25067 messages dans 3768 sujets

Partagez | 
 

 Le bois des amoureux

Aller en bas 
AuteurMessage
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Le bois des amoureux   Lun 29 Jan - 7:15

Le bois des amoureux
Il est un joli bois pour jeunes amoureux
Caché par un muret où l’on y peut surprendre
De légers chuchotis gracieux à entendre
Pour de belles amours en ébats langoureux

Des gestes maladroits aux regards douloureux
Qui cherchent le plaisir ne désirant qu’apprendre
Les leçons de la vie en cet hymen si tendre
Des cœurs exacerbés au désir vigoureux

Le mur n’est point trop haut pour les apercevoir
En doux romantisme qui vient nous émouvoir
A nous laisser béats de la délicatesse

De jolis sentiments en fonds très puérils
L’amour doit naître un jour pour chasser la tristesse
De corps inassouvis en ces songes virils.
Lucienne le 29.01.2018


Dernière édition par Lucienne MARTEL le Lun 29 Jan - 19:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   Lun 29 Jan - 15:39

Voila un autre poème agréable à lire Lucienne. Je mettrai : rêves à la place de membres au dernier vers, car pour ces amoureux débutant, ce sont des rêves de pouvoir passer à l'acte ! et rêves est bien plus poétique que membres !
Je suis allée voir des poèmes érotiques d'auteurs connus et classiques.
Je n'ai lu aucun phallus, vit, verge. Le porno est plus vulgaire mais à part cul, con et bander, pas de phallus, vit et verge non plus !

Je te les dépose.


A Laure
Alfred de Musset

Si tu ne m’aimais pas, dis-moi, fille insensée,
Que balbutiais-tu dans ces fatales nuits ?
Exerçais-tu ta langue à railler ta pensée ?
Que voulaient donc ces pleurs, cette gorge oppressée,
Ces sanglots et ces cris ?

Ah ! si le plaisir seul t’arrachait ces tendresses,
Si ce n’était que lui qu’en ce triste moment
Sur mes lèvres en feu tu couvrais de caresses
Comme un unique amant ;

Si l’esprit et les sens, les baisers et les larmes,
Se tiennent par la main de ta bouche à ton coeur,
Et s’il te faut ainsi, pour y trouver des charmes,
Sur l’autel du plaisir profaner le bonheur :

Ah ! Laurette ! ah ! Laurette, idole de ma vie,
Si le sombre démon de tes nuits d’insomnie
Sans ce masque de feu ne saurait faire un pas,
Pourquoi l’évoquais-tu, si tu ne m’aimais pas ?

Les bijoux
Charles Baudelaire
La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,
Elle n’avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l’air vainqueur
Qu’ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures.
Quand il jette en dansant son bruit vif et moqueur,
Ce monde rayonnant de métal et de pierre
Me ravit en extase, et j’aime à la fureur
Les choses où le son se mêle à la lumière.
Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d’aise
A mon amour profond et doux comme la mer,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise.
Les yeux fixés sur moi, comme un tigre dompté,
D’un air vague et rêveur elle essayait des poses,
Et la candeur unie à la lubricité
Donnait un charme neuf à ses métamorphoses ;
Et son bras et sa jambe, et sa cuisse et ses reins,
Polis comme de l’huile, onduleux comme un cygne,
Passaient devant mes yeux clairvoyants et sereins ;
Et son ventre et ses seins, ces grappes de ma vigne,
S’avançaient, plus câlins que les Anges du mal,
Pour troubler le repos où mon âme était mise,
Et pour la déranger du rocher de cristal
Où, calme et solitaire, elle s’était assise.
Je croyais voir unis par un nouveau dessin
Les hanches de l’Antiope au buste d’un imberbe,
Tant sa taille faisait ressortir son bassin.
Sur ce teint fauve et brun, le fard était superbe !
Et la lampe s’étant résignée à mourir,
Comme le foyer seul illuminait la chambre,
Chaque fois qu’il poussait un flamboyant soupir,
Il inondait de sang cette peau couleur d’ambre !
Charles Baudelaire, Les fleurs du mal

Les poètes l’ont si bien dit
Pierre de Ronsard
Je te salue, Ô merveillette fente,
Qui vivement entre ces flancs reluis;
Je te salue, Ô bienheureux pertuis,
Qui rend ma vie heureusement contente!
C’est toi qui fais que plus ne me tourmente
L’archer volant qui causait mes ennuis;
T’ayant tenu seulement quatre nuits
Je sens sa force en moi déjà plus lente.
Ô petit trou, trou mignard, trou velu,
D’un poil folet mollement crespelu,
Qui à ton gré domptes les plus rebelles:
Tous vers galans devraient, pour t’honorer,
A beaux genoux te venir adorer,
Tenant au poing leurs flambantes chandelles!
Pierre de Ronsard (1570)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5515
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   Lun 29 Jan - 19:28


Bonsoir LUCIENNE,

Déjà le titre : "LE BOIS DES AMOUREUX" est "rêveur", et évoque la douce sensualité, incitant le lecteur à découvrir la nature du poème. L'écriture en est légère et "romantique", sans surcharge de mots litigieux, gaillards ou provocants. Tout est dans le ton, mesuré, agréablement mis en scène. Au fil de tes nouveaux poèmes amoureux et érotiques tu as amélioré considérablement l'essence du vocabulaire que tu utilises, et les mots sont moins heurtés, tout en restant intenses et suggestifs.

Ceci pour te dire qu'après mes deux lectures habituelles, j'ai BIEN AIMÉ ce "Bois des amoureux".

Juste une petite suggestion au sujet du premier vers dans le second tercet :

D’impubères sentiments en fonds puérils


En poésie classique (et le sonnet est la représentation parfaite de cette poésie traditionnelle), les césures à l'hémistiche doivent être franches. Autrement dit, il doit y avoir 6 syllabes dans le premier hémistiche et 6 syllabes dans le second, sans qu'un mot soit coupé à la fin du premier hémistiche et "chevauche" sur le second hémistiche.

C'est le cas de ce vers où le mot "SENTIMENTS" se trouve coupé en deux, avec une partie qui déborde sur le début du second hémistiche. Ça, c'est une erreur impardonnable dans le sonnet. Si je n'ai pas été assez clair, n'hésite pas à me demander des précisions complémentaires.

Douce soirée à toi.

CARPE DIEM

bis bis bis

andre

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   Lun 29 Jan - 19:45

Bonsoir et merci à vous pour vos conseils et votre aide précieuse. J'ai corrigé et je suis trop bête de n'avoir pas vu la césure à la septième syllabe. Quand je parlais de "membres" je ne pensais pas à "sexes" mais aux bras et jambes de jeunes gens dans toute leur force. j'avoue que c'est un équivoque malencontreux. Mais "rêves" pourquoi pas ?
Bisous à vous deux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5515
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   Mar 30 Jan - 17:32

Lucienne MARTEL a écrit:
Bonsoir et merci à vous pour vos conseils et votre aide précieuse. J'ai corrigé et je suis trop bête de n'avoir pas vu la césure à la septième syllabe. Quand je parlais de "membres" je ne pensais pas à "sexes" mais aux bras et jambes de jeunes gens dans toute leur force. j'avoue que c'est un équivoque malencontreux. Mais "rêves" pourquoi pas ?
Bisous à vous deux


Tu es trop dure avec toi-même, LUCIENNE. Combien de fois m'est-il arrivé, même à la relecture d'un de mes poèmes, de faire l'impasse sur une faute sautant pourtant  aux yeux, sans la remarquer. Il faut dire que nous sommes tellement focalisés, avant toute chose, sur le thème et l'enchaînement harmonieux de nos phrases, dans l'élaboration du texte, que ces détails en arrivent à nous échapper malgré notre vigilance.

Il y a tellement de choses à surveiller quand on écrit une poésie : les rimes masculines et les rimes féminines, le nombre de syllabes, les diérèses et les synérèses, les voyelles muettes ou accentuées, les hiatus, les hémistiches, etc... que je dirai que c'est presque normal à un moment donné, d'oublier une pièce du puzzle.

D'autant plus qu'à la lecture, ce vers contenait bien 12 syllabes, mais que c'est à la césure que se situait la lacune. En poésie néo-classique ou en poésie libre, cela n'aurait eu aucune incidence. Mais comme il s'agit d'un sonnet, j'ai préféré te l'indiquer car j'ai une grande considération à ton endroit, et je tiens à ce que tes poèmes soient parfaits, sachant que c'est ton souhait, également.

DE GROS  bis  bis  bis marseillais.

CARPE DIEM

andre  


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   Mer 31 Jan - 9:41

J'avais bien compris que tu voulais parler de bras et jambes malgré que l'idée du membre de l'homme est apparu aussi !!!
mais comme je te l'explique sur tes 2 derniers poèmes, il faut trouver des métaphores sur les mots bruts ! C'est cela la poésie ! Un mot sans imagination du lecteur n'est pas poétique. Comment veux tu laisser son imagination chercher et avoir le plaisir de ressentir sur des mots comme doigt, main, bras, cuisses, etc.
C'est du travail, certes, mais on fait de la poésie pour faire rêver et non pour aligner des mots.
Bon travail et bon plaisir !
bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   Ven 2 Fév - 3:21

Merci Babette. Je sais fort bien que la poésie n'est pas qu'une suite de mots mais je ne suis pas très douée en métaphore. J'ai du mal à me mettre à la place du lecteur. Par contre, j'ai le dictionnaire des synonymes dans la tête et cela m'aide beaucoup. Les images me sont plus difficiles à trouver, surtout en érotisme qui est un domaine particulier et si intime. Mais je suis sûre que le savoir d'André m'aidera beaucoup ainsi que le vôtre. Merci Babette de tes conseils d'écriture qui me sont fort utiles. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bois des amoureux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bois des amoureux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES-
Sauter vers: