LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23153 messages dans 3571 sujets

Partagez | 
 

 Pensée d'automne (Marius LAUGIER)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4434
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Pensée d'automne (Marius LAUGIER)   Mar 10 Oct - 11:54



Marius LAUGIER

PENSÉES D’AUTOMNE

Les bois ont découvert, devant moi, leur mystère,
Et l’arbre a laissé choir son feuillage éphémère,
L’oiseau s’est enfermé dans son isolement,
Son gosier, plein de charme, est muet seulement
Pour quelques mois d’hiver quand s’endort la nature,
Il vit, il se repose, il attend sans murmure
Le retour du printemps ramenant les beaux jours
Où vont recommencer sa vie et ses amours.
Dans l’air, entreprenant le périlleux voyage
De la migration et suivant le sillage,
L’hirondelle parcourt, dans son vol hasardeux,
Des immenses déserts, des sommets montagneux
Pendant que, dans les cieux, une faune contraire,
Fuyant les doux climats, cherche une froide terre.
Le partant, aussitôt, par le nouveau venu,
Se sachant remplacé, vole vers l’inconnu.
Le pôle vers lequel l’homme tourne ta tête
Est marqué dans son cœur plus fort que la tempête
Poussant contre l’écueil un navire perdu.
L’homme sent son néant, demeure confondu.
Alors les souvenirs, le temps de sa jeunesse,
Ses parents, ses amis, et même sa maîtresse
Surgissent devant lui comme pour lui parler,
Lui dire :  «  De ta vie il faut te rappeler ».
Le sceau vainqueur du temps à marqué chaque chose :
Là, le banc de rocher où ton serment repose,
Garde le souvenir de tes tendres propos
Qu’ont recueillis les vents, qu’ont répétés les flots.
Regarde autour de toi : tout parle, tout s’anime,
Le brin d’herbe, l’insecte, et cette voix sublime
Dont l’écho porte au loi le retentissement,
Comme un trésor caché que découvre un amant.
Là, ne dirait-on pas l’antre de la sibylle,
Entre deux gros rochers, dont la présence hostile
Saisit le curieux d’un pénible frisson ?
Tout à coup, s’élançant de sa noire prison,
Un vent fétide et sec s’épandant sur la plaine,
Porte, jusqu'à la mer, l’odeur de son haleine.
Jadis, j’aimais ces champs recouverts de gazon,
Mon œil les parcourait jusques à l’horizon
Où le soleil couchant limite sa lumière ;
Pour mieux les regarder je fermais la paupière.
Je le rouvre, à présent, sur un monde moins beau,
Dont l’aspect reproduit l’image d’un tombeau.
Malgré que l’on m’ait dit que j’ai le regard triste,
Je n’ai pas le reflet chagrin d’un égoïste,
Je parle, je réponds, je questionne aussi,
Dissipe le regret sur un front en souci.
Je donne, à l’amitié, le meilleur de moi-même,
Et n’interroge pas pour savoir si l’on m’aime.

Ecrit à Marseille, le 4 octobre 1947.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3854
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Pensée d'automne (Marius LAUGIER)   Jeu 19 Oct - 8:56

Très nostalgique cet automne pour Marius !
Il est vrai que le regard sur les arbres qui perdent leurs feuilles, l'horizon qui se charge de nuages dans un ciel grisonnant, ne donnent pas beaucoup de joie ! Les oiseaux partent sur d'autres cieux aux climats plus chauds et plus lumineux !
Il en est de même pour notre vie, et Marius nous le dit :
" Alors les souvenirs, le temps de sa jeunesse,
Ses parents, ses amis, et même sa maîtresse
Surgissent devant lui comme pour lui parler,
Lui dire :  «  De ta vie il faut te rappeler »."
En effet, en fermant les yeux, reviennent les doux souvenirs d'un passé joyeux, plein d'avenir ! mais quand les yeux s'ouvrent, la réalité revient :
"Je le rouvre, à présent, sur un monde moins beau,
Dont l’aspect reproduit l’image d’un tombeau."
Marius relate avec ses magnifiques vers ce que nous ressentons en prenant de l'âge, et il termine en acceptant cette situation sans issue, mais qu'il faut vivre sans trop se plaindre en faisant comme si on ne regrettait rien !
C'est toujours un grand plaisir de suivre les pensées de ton père André, sa sensibilité immense, ses ressentis qui rejoignent les nôtres.
J'aime ses chagrins contenus, ses regrets du passé, et cette soumission à la vie qui va à sa fin !
J'y retrouve les poèmes d'Alain, et c'est vrai je me sens unie avec eux !Pas très optimiste...mais réaliste !
Merci André de mettre quelques poèmes de ton papa que j'admire et vers qui mes pensées s'unissent à ses sentiments !
calinchat  bisounours  bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4434
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Pensée d'automne (Marius LAUGIER)   Aujourd'hui à 12:29

Flamme a écrit:
Très nostalgique cet automne pour Marius !
Il est vrai que le regard sur les arbres qui perdent leurs feuilles, l'horizon qui se charge de nuages dans un ciel grisonnant, ne donnent pas beaucoup de joie ! Les oiseaux partent sur d'autres cieux aux climats plus chauds et plus lumineux !
Il en est de même pour notre vie, et Marius nous le dit :
" Alors les souvenirs, le temps de sa jeunesse,
Ses parents, ses amis, et même sa maîtresse
Surgissent devant lui comme pour lui parler,
Lui dire :  «  De ta vie il faut te rappeler »."
En effet, en fermant les yeux, reviennent les doux souvenirs d'un passé joyeux, plein d'avenir ! mais quand les yeux s'ouvrent, la réalité revient :
"Je le rouvre, à présent, sur un monde moins beau,
Dont l’aspect reproduit l’image d’un tombeau."
Marius relate avec ses magnifiques vers ce que nous ressentons en prenant de l'âge, et il termine en acceptant cette situation sans issue, mais qu'il faut vivre sans trop se plaindre en faisant comme si on ne regrettait rien !
C'est toujours un grand plaisir de suivre les pensées de ton père André, sa sensibilité immense, ses ressentis qui rejoignent les nôtres.
J'aime ses chagrins contenus, ses regrets du passé, et cette soumission à la vie qui va à sa fin !
J'y retrouve les poèmes d'Alain, et c'est vrai je me sens unie avec eux !Pas très optimiste...mais réaliste !
Merci André de mettre quelques poèmes de ton papa que j'admire et vers qui mes pensées s'unissent à ses sentiments !
calinchat  bisounours  bis



Bonjour FLAMME,

Tu ne pouvais lui rendre, une nouvelle fois, un PLUS BEL HOMMAGE. Tes mots sont de miel, et cette considération que tu témoignes aux poèmes de Papa sont la plus DÉLICATE ET DISTINGUÉE RECONNAISSANCE dont je goûte avec ÉMOTION tes mots chargés d'enthousiasme et de reconnaissance.

MILLE REMERCIEMENTS pour MARIUS, FLAMME.

bis bis bis

CARPE DIEM

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pensée d'automne (Marius LAUGIER)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pensée d'automne (Marius LAUGIER)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensée d'Automne
» Marius LAUGIER (La fille du pêcheur)
» Pensées d'automne
» On dit aux hommes... (Marius LAUGIER)
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES :: NOUVEAU Faisons revivre nos poètes disparus-
Sauter vers: