LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23153 messages dans 3571 sujets

Partagez | 
 

 Réflexions sur la poésie (Essai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4434
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Réflexions sur la poésie (Essai)   Lun 9 Oct - 12:09


RÉFLEXIONS SUR LA POÉSIE

ESSAI

Ce que la poésie ne partage pas avec les autres formes d'art, c'est sa matière : la langue. Ce qu’on recherche dans la lecture d'une œuvre poétique, c'est une résistance, une épaisseur de la langue, source de difficulté. Difficulté certes, mais qui doit être elle-même source de richesse et pas d'obscurité.

Un bon poème, un vrai poème - un poème tout court - doit posséder deux grandes qualités essentielles : il doit être dense et cohérent. Il serait sot de croire qu'on peut libérer la poésie de toute contrainte. La langue ne fait sens que par un système d'oppositions. Si tout peut être mis en lieu et place de tout, il n'y a plus de valeur car il n'y a plus d'opposition. C’est l'implacable leçon de la linguistique saussurienne. Un poème manquant cruellement d’émotion, de passion, ou utilisant des néologismes personnels aléatoires, n’est qu’une succession de mots qui n’exciteront aucun sentiment, sinon une simple curiosité.

Nicolas Boileau affirmait : "Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément" . Hélas, dans la poésie actuelle, ces recommandations semblent bien loin de ces règles fondamentales.

Pour le poète, comme pour le lecteur, la poésie doit rester une confidence et un partage, en même temps qu’une évasion des contingences du monde qu’elle rend moins lourdes à supporter. Le poète est donc un créateur qui possède l'art de combiner les mots, les sonorités, les rythmes pour évoquer des images, suggérer des sensations, mais surtout des émotions.

Combien de poèmes en sont totalement dénués, ne suscitant qu’un intérêt mitigé dans leur composition et à la lecture, où seul l’auteur peut comprendre ce qu’il a voulu dire. Il existe de nombreuses formes différentes allant du vers libre au sonnet ou encore à l'ode. Peu importe l’aspect où la formule, l’important est de donner une signification limpide, aisée et explicite au sujet dont le poème est la cible. Pour cela, il faut utiliser des images concrètes et éviter les concepts abstraits qui permettront de plonger le lecteur dans le monde du poème en rendant celui-ci plus "vivant".

Comme la poésie est censée être prononcée à haute voix, il faut tenir compte de l’effet sonore qu’elle doit produire. Combien de poètes (ou d’aspirants poètes) oublient que l’art poétique est avant toute chose un "exercice" qui s’accomplit entre deux personnes : le passage de l’émotion entre un individu vers un autre. Poésie en vers ou en prose, peu importe, mais il doit y avoir harmonie entre les mots pour qu'ils puissent se révéler l'un à l'autre, devenir ensemble, ce support indispensable qui transporte l'émoi en un plaisir de lecture.

La poésie est un langage intérieur, "viscéral", et c'est en même temps un langage nouveau à chaque fois. Les poètes n’ont pas inventé un nouveau langage, mais un langage spécifique, sachant que nous parlons tous avec les mêmes mots placés, à peu de chose près, au même endroit. Alors, de grâce, il faut éviter ce qui peut engendrer la confusion ou l’hermétisme chez le lecteur. Se forcer à trouver des "mots insolites" ou inventer des "néologismes obscurs" peut charger la poésie d’une lourdeur qui l'éloignera de ceux pour qui la poésie est une littérature pétrifiée dans l'imperméabilité. La linéarité poétique y perd de sa superbe et se transforme en une linguistique froide qui se fige, souvent, dans l’incompréhensible. Un poème, c’est goûter le plaisir des mots et le sens des phrases en se laissant emporter dans le doux envoûtement de la magie et de la musicalité du verbe.

ANDRÉ



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Réflexions sur la poésie (Essai)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Essai billet épreuve de 1985, 10 / 50 DA non répertorié
» Essai - Ulysse Nardin Marine Diver
» Maki kata suivre mon regard + essai N&B 11/11
» Savage flux 1 x 3S (11.1V) essai et petite vidéo
» 2e essai portrait avec mise au carreau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: