LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23013 messages dans 3561 sujets

Partagez | 
 

 Soyons fiers d'écrire !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4339
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Soyons fiers d'écrire !   Mar 21 Mar - 18:02

SOYONS FIERS D'ÉCRIRE

ARTICLE

Voilà un sujet sur lequel je vais exposer mes propres impressions, sachant que chacun d'entre nous conçoit les choses de la vie d'une manière différente, avec ses émotions et ses sensibilités personnelles, ce qui engendre une distinction dans la conception de présenter, de voir et d'exposer les choses. Bien entendu, je resterai dans le domaine de l'espace poétique, ce qui nous intéresse en priorité, tout en ayant conscience que, par extrapolation, ces considérations s'inscrivent dans le dessein de l'écriture sous toutes ses formes.

Nous devons d'abord, en abordant le propos, savoir que seule la pensée précède l’art d’écrire, et que l’art n’est pas un don. L’exigence : voilà le seul art qui nous rapproche de nos limites. On sait très bien qu'on ne peut faire l’unanimité dans le choix de ses mots comme dans le jeu des sonorités, sinon, on plairait à n’importe qui, ce qui serait également un signe d’insuffisance. Dans ce contexte, nous devons nous évertuer quand même à atteindre un degré de satisfaction le plus élevé possible. Comme on dit, savoir l’art de plaire ne vaut pas tant que savoir plaire sans art.

Savoir écrire et séduire n’est jamais une petite affaire, et un auteur est assez heureux quand il sait faire au moins  l’un des deux. C’est ce que j’appelle, bien modestement, la "jouissance du cœur".

Pour entrer dans le vif du sujet et répondre dans le fond à l'objet de l'énoncé, qu'Est-ce vraiment que la "liberté d'écrire ? Dans le mot "LIBERTÉ" il y a la "liberté individuelle", la "liberté de la propriété", la "liberté de la pensée". Je pense que celui qui donne sa foi dans l'écriture conquiert systématiquement sa liberté de pensée. Les mots, eux-mêmes, sont l'expression de la liberté de les assembler pour leur donner la force de la conviction, car ils font naître les choses que nous évoquons si l'on sait leur donner suffisamment d'autonomie en leur rendant leur sens d'origine, étymologique.

Quand on dit "liberté d'écrire" on ne peut s'empêcher de penser à la "censure". ""La censure est mon ennemie littéraire ; elle est de droit improbe, malhonnête et déloyale", affirmait Victor HUGO, dans ses "Chants du Crépuscule".

Dieu merci, nous avons la chance, aujourd'hui, de vivre dans un pays libre, tandis que pas très loin de nous, subsistent encore des États en retard de plusieurs siècles et où la censure littéraire, politique et religieuse bâillonnent  la connaissance et l'avancée culturelle. Une raison de plus pour comprendre à quel point la "liberté", chose fragile et menacée, doit être défendue.

Je pense que la liberté d'écrire ne doit connaître qu'une seule limite, c'est la liberté des autres. Cela porte un beau nom : l'éthique. Autrement dit, l'acte d'écriture dépend de ce qu'on est puisque nous sommes "libres" quand nos actes émanent de notre personnalité entière, quand ils l'expriment, quand ils ont avec elle cette indéfinissable ressemblance qu'on trouve entre "l'œuvre" commise et l'écrivain ou le poète. On pourra toujours, dans ce contexte, alléguer que nous cédons alors à "l'influence" toute-puissante de notre caractère. Mais notre caractère : c'est encore NOUS. Et être "influencé par SOI (comment ne le serait-on pas ?) c'est JUSTEMENT ÊTRE LIBRE.

C'est cela la "liberté d'écrire", c'est, en quelque sorte, la SPONTANÉITÉ DU VOULOIR. Qu'elle soit déterminée n'empêche pas qu'elle soit "déterminante". Être libre d'écrire c'est n'être soumis qu'à sa propre nécessité, et c'est en qui, je pense, la raison est libre et libératrice. Qui plus est, c'est cette liberté d'expression, quel que soit le sujet abordé, qui donne un sens à la vie. Parler, coucher sur le papier les émotions, les joies, les douleurs, les peines, ou encore dénoncer les problèmes liés à la société, console l'homme d'une certaine absurdité. Timidement, peut-être, le poète ou l'écrivain en appelle aux autres, et un appel n'est jamais dénué d'espérance. C'est pour les autres que nous écrivons ; comment pourrions-nous "travestir" cette liberté d'écrire nos émotions les plus profondes sans ce désir de partage et de convaincre ? Si, quelquefois nos œuvres sont assez engagées, c'est parce qu'en fins observateurs, nous ne pouvons rester indifférents au monde et aux hommes.

Sans doute ces quelques réflexions qui n'engagent que ma propre personne amèneront-elles quelques membres du forum à exprimer leur vision individuelle. Nos propres considérations ne pourront qu'être complémentaires et enrichissantes sur le sujet.

ANDRÉ

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 4339
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Soyons fiers d'écrire !   Mer 22 Mar - 12:56

SOYONS FIERS D'ÉCRIRE ! (2)


La "censure imposée", est ce code de déontologie que tout écrivain ou poète doit s'obliger à respecter pour ne pas sombrer dans le vulgaire ou dans l'atteinte (nommément) d'autrui. Il y a aussi la censure "contrôle autoritaire" exercée abusivement pour "museler" des courants de pensée.

Heureusement, comme je l'ai exprimé dans mon propre article que dans la plupart des pays démocratiques il existe cette "liberté d'expression et de presse" alors que dans bien d'autres contrées, de par le monde, le mot "surveillance" serait plus adapté que celui de "censure". Sinon, et pour ne prendre en compte que nos facéties de poètes, nous n'aurions guère la possibilité de commettre nos "parodies" et "pastiches" en vers, pas plus que de communiquer nos "poèmes satiriques".

En effet, si la "parodie" et le "pastiche" étaient considérés comme une atteinte aux bonnes mœurs de la société, devenant répréhensibles, sans doute les humoristes du Code pénal (mais si, il en existe !) proposeraient-ils de les faire entrer tous les deux sous l'un ou l'autre de ces chefs d'accusation : "faux et usage de faux" ou encore "faux en écriture" ! Mais il conviendrait de considérer le mobile ou l'intention.

C'est ce qui, hélas, au siècle des Lumières, a conduit les philosophes, les poètes et quelques écrivains célèbres à s'organiser. Ils publiaient à l'étranger leurs livres qui revenaient ensuite en France sous le manteau, véhiculés par les colporteurs.

Heureusement que la Révolution a proclamé cette idée "neuve" et "généreuse" selon laquelle tout citoyen est libre de parler et d'écrire. Mais on sait bien que ces bonnes intentions, à l'époque, n'ont guère duré, la "censure" reprenant son règne triomphant. Sait-on, et qui pourrait imaginer, aujourd'hui, que "NOTRE DAME DE PARIS" et "LES MISÉRABLES", de Victor HUGO sont resté à l'Index jusqu'en 1959 ?

Alfred De MUSSET, pour son ouvrage érotique intitulé "GAMIANI OU UNE NUIT D'EXCÈS", a été interdit quarante et une fois entre 1833, date de sa parution, et 1928.

"LES FLEURS DU MAL" de BAUDELAIRE ayant scandalisé "LE FIGARO", l'auteur s'est vu refuser la publication de six poèmes. Cette interdiction n'a été levée qu'en 1949.

En 1857, Gustave FLAUBERT et son éditeur Michel LÉVY ont été poursuivis devant la 6ème chambre correctionnelle après la publication de "MADAME DE BOVARY" pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. La liste serait longue de tous ceux qui furent frappés d'interdiction par de vertueux censeurs. On pourrait rajouter "LES CHANSONS DE BILITIS, du poète Pierre LOUYS, jugées trop licencieuses, et qui furent elles aussi censurées de 1954 jusqu'en 1967...

ANDRÉ



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)


Dernière édition par André Laugier le Mer 22 Mar - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3809
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Soyons fiers d'écrire !   Mer 22 Mar - 16:57

Je suis de ton avis André, si l'on a envie d'écrire, c'est bien pour être lu !
Et heureusement que nous avons la possibilité de le faire et de déposer nos écrits soit en poèmes, soit en un roman, une lettre, un mot qui peut en dire long !!!
Même ceux qui font des fautes à chaque mot ont le besoin d'écrire !!!
Je le vois dans les milieux sociaux, sur FB, ou forums de toutes sortes !
C'est terrible de voir ces pauvres gens qui essayent de convaincre et qui par leur écrit sans la notion d'orthographe, de grammaire, ne sont pas crédible ou si peu!
C'est important de pouvoir donner ses idées le mieux possible.

La liberté d'écrire est en effet une importante liberté !
Comme tu le signales, beaucoup de nos auteurs ont eu des difficultés pour que l'on puisse lire leurs écrits !
En résume : C'est pour les autres que nous écrivons ; comment pourrions-nous "travestir" cette liberté d'écrire nos émotions les plus profondes sans ce désir de partage et de convaincre ?
Je crois que tu as entièrement raison par cette phrase !
merci André, une belle lecture reflex sourir
bis2

Voici mon écrit de ce matin que j'ai déposé sur FB :

Nous vivons dans une société EPOUVANTABLE !!!
Nous sommes entourés de monstres, de menteurs, de violeurs !!!

MONSTRES de tous ces riches qui exploitent les enfants pour vos smartphones et l’électronique !

Mines qui s’écroulent sur leur pauvre corps, eau polluée dans les eaux pour rejeter les déchets !

MONSTRES pour abuser des animaux qui restent toute leur vie en cage, vaches inséminés pour avoir 2 jours avec elles leur veau, pour donner 60l de lait par jour et ne vivre que la moitié de leur vie et torturer dans les abattoirs !!! Poussins mâles broyés, lapins, chiens chats, singes pour expérimenter des produits qui enrichiront les marques comme L’oréal et autres !

MONSTRES pour nos porcs qui vivront encerclés dans des cages où ils feront téter leurs bébés sans pouvoir les toucher et cela sans arrêt jusqu’à l’abattoir !

MONSTRES pour décimer les forêts et prendre l’huile de Palme faisant mourir des populations d’animaux !

Tuer des tonnes de poissons sans aucune compassion, dauphins, baleines massacrés !!!
Chiens abandonnés, torturés pour les lévriers Galgos, mangés pat les Coréens, Chinois Philippins, et même en Suisse !!!

MENTEURS pour tout !!! Elections, publicités, pesticides, OGM, Pharmacies et laboratoires !!!

VIOLEURS chez les animaux, chez les sportifs ( Rugbymans de Grenoble), les prêtres et la pédophilie. Nous l’avons vu hier par Cash Investigation !

Ces prêtres pédophiles sont aidés par leur hiérarchie les « Monseigneur et Cie » qui font d’énormes mensonges et ferment yeux et oreilles sur ces crimes ! Même le pape François qui est impliqué dans un refus de dénoncer un des leurs, il fait l’innocent sur son acte !!! Une croix sur ce pape !!!

MAIS OU VA LE MONDE !!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4339
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Soyons fiers d'écrire !   Mer 22 Mar - 19:20


MERCI, FLAMME, pour cette très développée réponse qui me conforte dans cette réflexion qu'hélas, nombre de gens confondent la prose et la poésie car ils n'en connaissent que très imparfaitement les règles et les contraintes. Le pire, comme tu le dis, c'est de voir certains textes truffés de fautes de français (accords et verbes), sans parler de rimes aléatoires et de syllabes anarchiques dans presque chaque vers. Si la poésie est un don de Dieu, comme le disaient nos illustres prédécesseurs, il n'en demeure pas moins qu'un don ça ce cultive.

Il y a d'abord l'art du langage, l'organisation particulière des mots pour pouvoir prétendre à susciter des effets que l'on peut décrire avec quelques rigueur. Autrement dit, cette attitude particulière envers les mots qui transforme le langage utilitaire en langage poétique.

Faute de ces quelques connaissances, pourtant indispensables, beaucoup se réfugient dans le bavardage, si bien qu'ils se font de la poésie une idée si vague qu'ils prennent ce vague pour l'idée même de la poésie. Tout le problème est là : la poésie suppose la culture. Ce n'est pas un assemblage de termes qui, hermétiquement déposés à la suite les uns des autres, vont créer des mètres susceptibles d'intéresser le lecteur.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 4339
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Soyons fiers d'écrire !   Jeu 23 Mar - 12:23


Très éloquent et fort bien rédigé cet article engagé que tu as déposé sur ton compte FB.

Ceux qui vivent sont ceux qui luttent disait Victor HUGO en définissant le rôle du poète et de l'écrivain. Parce que l'époque est violente nous ne pouvons écrire dans l'acquiescement. Oui, FLAMME, tes paroles expriment ce supplément d'âme qui met un auteur au bout de sa plume devant les horreurs, les contagions de la détresse humaine ou animale nourrissant les inégalités du siècle.

Ta plume est acérée, à juste titre, mettant en relief ce refus de soumettre le destin du monde aux ignobles lois de la guerre, de la barbarie animale, de la haine et de la misère. Elle est moins un acte de haute solitude que l'expression d'une solidarité qui nous est chère, et qui ne connaît ni limites ni frontières.

UN BIEN TOUCHANT TRAVAIL DE PLUME ET DE DÉNONCIATION.

DE GROS bibi2 bibi2 bibi2

CARPE DIEM

andre (Le coureur des mots)


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 4339
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Soyons fiers d'écrire !   Jeu 23 Mar - 12:37


LA CENSURE LITTÉRAIRE (Suite et fin)

"Une main lave l’autre", disait SÉNÈQUE. En extrapolant sur la symbolique de ce proverbe qui signifie qu’on doit se rendre des services mutuels, peut-on l’étendre à ce que notre main gauche rende parfois service à la dextre lors d’un embarras ou d’une indécision de notre inconscient, poussant l’une à écrire selon nos impulsions et l’autre à freiner nos instincts ? Si tel est le cas, louons à la fois la vigilance de cette main gauche pour cette curiosité anatomique, sans oublier, pour autant, que c’est le cœur qui guide la main, que l’on soit gaucher ou droitier. Et il faut reconnaître que l’art est beau quand la main, la tête et le cœur travaillent ensemble.

Mais c’est un concept intéressant d'imaginer que si la main droite s’apprête à commettre une faute, la main gauche puisse la prévenir inconsciemment pour éviter qu’elle laisse les empreintes d’une maladresse. Cette constatation de cette "3ème main", sans doute celle de la conscience, qui bloque parfois la main gauche, serait-elle une sorte d'auto-censure ? On peut effectivement rapprocher cette image dans le cadre d’un dilemme de l’être avec lui-même.

Pour ma part, je n'ai jamais été confronté à ce "sentiment d'étrangeté" dans la relation aux mouvements déterminés entre mes deux mains. S'agit-il d'un comportement "réflexe" et extra-sensible entre la main "obéissante" et la main "rebelle", contrariant, de ce fait, les actions volontaires effectuées par l'autre ? Certes, on pourrait l'imaginer, et ce serait alors à mettre en relation avec la notion de "conformisme".

J'ai voulu évoquer ce phénomène qui n'est pas si isolé qu'on peut l'imaginer dans la nature de nos perceptions, car il s'agit bien d'une forme "incontrôlée" mais "consciente" de censure. Il s'agit d'une sorte de ligne de fuite qui permet aux individus d'éviter l'explosion et/ou l'implosion par la non-énonciation d'une vérité qui ne peut être entendue par l'autre ou par les autres.

En tout cas, je n'ai pas les compétences requises pour pouvoir véritablement trancher sur le problème. Mais revenons aux notions mêmes de la censure. Si l'on pense combien d'auteurs sont entrés en croisade pour montrer qu'il n'y a aucune morale dans l'art, et qu'il ne doit donc y avoir aucun bâillon concernant la plume d'un écrivain, il est bon dans un forum, qu'en dehors de nos propres poèmes, nous nous intéressions à des articles un peu plus didactiques.

Évoquer nos impressions sur la "censure littéraire" me semble un sujet très proche de ce que, de tout temps, la poésie et la littérature ont eu à subir et qui n'avait que pour but de faire taire, au nom des bonnes mœurs, l'expansion des idées et de la tolérance.

Le temps où SADE fut embastillé pour mauvaises mœurs est révolu. Celui où WILDE fut lui aussi incarcéré à Reading, pour délit d'homosexualité, se passait dans une Angleterre puritaine fin de siècle, et non aujourd'hui dans le pays des Droits de l'Homme.

La seule censure de nos jours, reste bien la diffamation ou le trouble de l'ordre public établi par la Loi.

Maintenant, dans le domaine de l'écriture, chacun doit savoir les limites qui ne peuvent être dépassées, qu'il s'agisse de grossièreté, de moquerie religieuse provocante ou encore de textes anti-moralité. La facétie, la satire, l'extravagance, oui, mais dans un cadre d'éthique et de conscience personnelle. Cela, je pense que nous l'avons tous compris, ce qui montre la diversité des sujets proposés tout en conservant cette liberté de plume qui nous amène à écrire dans tous les registres.

ANDRÉ

.


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soyons fiers d'écrire !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soyons fiers d'écrire !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apprenons à bien écrire français (Conjugaison / Grammaire)
» la poisse! (écrire à l'endroit ? )
» Recette pour écrire.
» [AIDE] ralentissement sms + difficulté pour pouvoir l'écrire
» Vous savez écrire vite? venez testez votre Vitesse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: