LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
Aujourd'hui à 21:34 par André Laugier

» Le dessin du jour (humour en images)
Aujourd'hui à 19:53 par André Laugier

» L'HIVER EN FÊTE
Aujourd'hui à 18:51 par Flamme

» Le chat de mon voisin
Aujourd'hui à 7:19 par Lucienne MARTEL

» Poèmes de Noël (compilation)
Hier à 12:08 par André Laugier

» Santons et crèches de Noël 2017
Hier à 8:45 par Flamme

» Souvenirs, souvenirs
Hier à 8:40 par Flamme

» De J.d'Ormesson !
Lun 11 Déc - 14:24 par André Laugier

» Réflexions nocturnes
Lun 11 Déc - 9:14 par Flamme

Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23641 messages dans 3617 sujets

Partagez | 
 

 Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sansef Alafin

avatar

Messages : 776
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 75
Localisation : Cévennes

MessageSujet: Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)   Sam 5 Nov - 11:19

En souvenir du Père Hugo et pour se rappeler aussi que la folie humaine n'a pas changé depuis, hélas !



Souvenir de la nuit du 4
Victor HUGO


L'enfant avait reçu deux balles dans la tête.
Le logis était propre, humble, paisible, honnête ;
On voyait un rameau bénit sur un portrait.
Une vieille grand-mère était là qui pleurait.
Nous le déshabillions en silence. Sa bouche,
Pâle, s'ouvrait ; la mort noyait son oeil farouche ;
Ses bras pendants semblaient demander des appuis.
Il avait dans sa poche une toupie en buis.
On pouvait mettre un doigt dans les trous de ses plaies.
Avez-vous vu saigner la mûre dans les haies ?
Son crâne était ouvert comme un bois qui se fend.
L'aïeule regarda déshabiller l'enfant,
Disant : - comme il est blanc ! approchez donc la lampe.
Dieu ! ses pauvres cheveux sont collés sur sa tempe ! -
Et quand ce fut fini, le prit sur ses genoux.
La nuit était lugubre ; on entendait des coups
De fusil dans la rue où l'on en tuait d'autres.
- Il faut ensevelir l'enfant, dirent les nôtres.
Et l'on prit un drap blanc dans l'armoire en noyer.
L'aïeule cependant l'approchait du foyer
Comme pour réchauffer ses membres déjà roides.
Hélas ! ce que la mort touche de ses mains froides
Ne se réchauffe plus aux foyers d'ici-bas !
Elle pencha la tête et lui tira ses bas,
Et dans ses vieilles mains prit les pieds du cadavre.
- Est-ce que ce n'est pas une chose qui navre !
Cria-t-elle ; monsieur, il n'avait pas huit ans !
Ses maîtres, il allait en classe, étaient contents.
Monsieur, quand il fallait que je fisse une lettre,
C'est lui qui l'écrivait. Est-ce qu'on va se mettre
A tuer les enfants maintenant ? Ah ! mon Dieu !
On est donc des brigands ! Je vous demande un peu,
Il jouait ce matin, là, devant la fenêtre !
Dire qu'ils m'ont tué ce pauvre petit être !
Il passait dans la rue, ils ont tiré dessus.
Monsieur, il était bon et doux comme un Jésus.
Moi je suis vieille, il est tout simple que je parte ;
Cela n'aurait rien fait à monsieur Bonaparte
De me tuer au lieu de tuer mon enfant ! -
Elle s'interrompit, les sanglots l'étouffant,
Puis elle dit, et tous pleuraient près de l'aïeule :
- Que vais-je devenir à présent toute seule ?
Expliquez-moi cela, vous autres, aujourd'hui.
Hélas ! je n'avais plus de sa mère que lui.
Pourquoi l'a-t-on tué ? Je veux qu'on me l'explique.
L'enfant n'a pas crié vive la République. -

Nous nous taisions, debout et graves, chapeau bas,
Tremblant devant ce deuil qu'on ne console pas.

Vous ne compreniez point, mère, la politique.
Monsieur Napoléon, c'est son nom authentique,
Est pauvre, et même prince ; il aime les palais ;
Il lui convient d'avoir des chevaux, des valets,
De l'argent pour son jeu, sa table, son alcôve,
Ses chasses ; par la même occasion, il sauve
La famille, l'église et la société ;
Il veut avoir Saint-Cloud, plein de roses l'été,
Où viendront l'adorer les préfets et les maires ;
C'est pour cela qu'il faut que les vieilles grand-mères,
De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps,
Cousent dans le linceul des enfants de sept ans.

_________________
Avec mes amitiés

Alain

http://versamoi.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versamoi.free.fr
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)   Sam 5 Nov - 11:42

Bonjour Alain : elle est terrible cette poésie à tous les sens du terme. Ces pauvres enfants sont des otages et les martyres de la politique et des guerres civiles. Ce n'est pas juste comme le dit l'aïeule. Un enfant se doit de grandir et de découvrir le monde, pas d'être terrassé par la première balle venue ; c'est monstrueux et cela continue hélas de nos jours.
Merci de cet hommage rendu à ce gosse de sept ans abattu par la cruauté humaine et pour des idées politiques et mal venues
Belle journée
Amitiés
Lucienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fripou
Admin
avatar

Messages : 3300
Date d'inscription : 17/10/2010
Age : 53
Localisation : Gironde

MessageSujet: Re: Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)   Sam 5 Nov - 17:04

On constate que finalement les victimes de la folie des hommes, avides de pouvoir et de puissance, sont toujours les mêmes. Nul ne se soucie ensuite de la douleur de ceux qui restent. Et pour raconter cela, nul mieux que Hugo, n'aurait su le faire. Alors merci pour ce partage. petitbis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sansef Alafin

avatar

Messages : 776
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 75
Localisation : Cévennes

MessageSujet: Re: Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)   Sam 5 Nov - 17:33

Oui j'ai posté ce poème phénoménal parce que Victor Hugo reste Victor Hugo et que, au delà de son Art, c'est fondamentalement un humaniste.

_________________
Avec mes amitiés

Alain

http://versamoi.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://versamoi.free.fr
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4000
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)   Sam 5 Nov - 20:55

En effet, on le voit bien souvent, V.Hugo avait de forts beaux sentiments, ces poèmes donnent beaucoup d'émotions ainsi que ces livres.
Cette histoire est terrible, et a dû se renouveler bien des fois avec les guerres, l'indifférence des hommes et les atrocités des nazis ...
Merci Alain de nous déposer un si bel écrit !
Bonne soirée ! bis2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenir de la nuit du 4 (HUGO)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE DERNIER JOUR D'UN CONDAMNE de Victor Hugo
» Transformer jour en nuit
» Agréable nuit en ta compagnie ^
» Parking de nuit
» La demoiselle ( parodie de « la coccinelle » de Victor Hugo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES :: NOUVEAU Faisons revivre nos poètes disparus-
Sauter vers: