LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» Jeunesse et vieillesse
Aujourd'hui à 15:34 par Flamme

» Le rabat-joie (Poème humoristique)
Aujourd'hui à 12:30 par Pierre Lamy

» Les aléas. (Poésie humoristique)
Aujourd'hui à 11:49 par Pierre Lamy

» En marche... arrière. (Poème satirique)
Aujourd'hui à 11:23 par André Laugier

» Le Secret / Bout-rimé
Aujourd'hui à 9:05 par Pierre Lamy

» Paradoxe (Poème antonymique)
Hier à 18:05 par André Laugier

» L'Exhibitionniste
Dim 16 Sep - 7:54 par Erdrek Nathan-Taner

» Le corps beau et le regard
Sam 15 Sep - 16:51 par Erdrek Nathan-Taner

» La blague de la semaine
Ven 14 Sep - 18:58 par André Laugier

Statistiques
Nous avons 46 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 25906 messages dans 3872 sujets

Partagez | 
 

 LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 11 Mar - 14:15

Le cadre de la Joconde qui prend de suite une certaine valeur !!! Il en faut peu pour se satisfaire ...:)
Il saisit vite le moindre humour Sr Ponchon !!!! sourir
bisclig sunday à vous 3.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 11 Mar - 17:27

Flamme a écrit:
Le cadre de la Joconde qui prend de suite une certaine valeur !!! Il en faut peu pour se satisfaire ...:)
Il saisit vite le moindre humour Sr Ponchon !!!! sourir
bisclig sunday à vous 3.



Je reconnais qu'il faut une imagination débordante pour concocter pas moins de douze quatrains sur un sujet aussi restreint. Il devait surveiller le moindre "fait divers" dans la presse pour en faire l'intrigue de ses poèmes. Quelle inspiration dans la construction de ses vers dont l'humour omniprésent dispensait du piquant à ses œuvres.

merci2 BEAUCOUP pour ta fidélité de lecture à cette poésie cocasse et récréative, Chère FLAMME.

Excellente fin de soirée à toutes les deux.

DE grosbiz DE NOUS TROIS.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 12 Mar - 18:33


Guy de MAUPASSANT

SANS RESPECT

Je connaissais fort peu votre mari, madame;
Il était gros et laid, je n’en savais pas plus.
Mais on n’est pas fâché, quand on aime une femme,
Que le mari soit borgne ou bancal ou perclus.

Je sentais que cet être inoffensif et bête
Se trouvait trop petit pour être dangereux,
Qu’il pouvait demeurer debout entre nous deux,
Que nous nous aimerions au-dessus de sa tête.

Et puis, que m’importait d’ailleurs. Mais aujourd’hui
Il vous vient à l’esprit je ne sais quel caprice.
Vous parlez de serments, devoirs et sacrifice
Et remords éternels! … Et tout cela pour lui?

Y songez-vous, madame? Et vous croyez-vous née,
Vous, jeune, belle, avec le cœur gonflé d’espoir,
Pour vivre chaque jour et dormir chaque soir
Auprès de ce magot qui vous a profanée?

Quoi! Pourriez-vous avoir un instant de remords?
Est-ce qu’on peut tromper cet avorton bonasse,
Eunuque, je suppose, et d’esprit et de corps,
Qui m’étonnerait bien s’il laissait de sa race.

Regardez-le, madame, il a les yeux percés
Comme deux petits trous dans un muid de résine.
Ses membres sont trop courts et semblent mal poussés,
Et son ventre étonnant, où sombre sa poitrine,

En toute occasion doit le gêner beaucoup.
Quand il dîne, il suspend sa serviette à son cou
Pour ne point maculer son plastron de chemise
Qu’il a d’ailleurs poivré de tabac, car il prise.

Une fois au salon il s’assied à l’écart,
Tout seul dans un coin noir, ou bien s’en va, sans morgue,
À la cuisine auprès du fourneau bien chaud, car
Il sait qu’en digérant il ronfle comme un orgue.

Il fait des jeux de mots avec sérénité;
Vous appelle: «ma chatte» et : «ma cocotte aimée »
Et veut, pour toute gloire et toute renommée
Être, en leurs différends, des voisins consulté.

On dit partout de lui que c’est un bien brave homme
Il a de l’ordre, il est soigneux, sage, économe,
Surveille la servante et lui prend le mollet,
Mais ne va pas plus haut … Elle le trouve laid.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 13 Mar - 8:10

Pas très aimable pour ce pauvre mari cocu !!!
On peut aimer une personne mariée sans dénigrer de la sorte le mari !
Rien que pour cela, je pense que j'aurai un certain recul sur ce beau parleur et le laisserai tomber.
Je ne sais pas si Guy de Maupassant avait cet état d'esprit, mais si c'est le cas, cela est en sa défaveur !
bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 13 Mar - 12:10

Bonjour André. Je ne connaissais pas ce côté plein de morgue de Monsieur de Maupassant. J'avoue qu'il exagère dans ces propos pour obtenir les faveurs de cette Dame. J'aimerais bien savoir ce qu'elle lui a répondu. Cet homme ne pouvait pas avoir tous ces défauts. Il devait bien avoir quelque qualité pour que cette belle Dame l'épouse.  Il devait avoir un titre ou être fortuné. Il n'en est pas possible autrement. Guy devait être très en colère ou jaloux, voire alcoolisé pour écrire une telle diatribe sur cet homme cocufié. En tout cas, il n'y va pas de main morte. J'espère que ce billet n'est pas tombé sous les yeux de l'époux. Passe une excellente journée. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 13 Mar - 16:30


Bonsoir FLAMME,

Bonsoir LUCIENNE,

Oui, le GUY expose tout ton fiel pour obtenir les faveurs de cette dame. Je pense qu'en y mettant moins d'orgueil il aurait pu espérer obtenir le même résultat. Voulait-il montrer sa finesse "d'esprit" et sa propension à la poésie pour impressionner cette personne. Rien n'est moins sûr qu'il y soit parvenu. J'avoue que c'est assez blessant pour celui à qui ces vers font référence.

UN GRAND MERCI pour vos très fidèles lectures ainsi que vos commentaires toujours intéressants et près du sujet.

Je vous envoie DE grosbiz marseillais.

CARPE DIEM

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 19 Mar - 12:00


Gustave NADAUD

LE ROI BOITEUX

Un roi d’Espagne, ou bien de France,
Avait un cor, un cor au pied ;
C’était au pied gauche, je pense ;
Il boitait à faire pitié.

Les courtisans, espèce adroite,
S’appliquèrent à l’imiter ;
Et qui de gauche, qui de droite,
Ils apprirent tous à boiter.

On vit bientôt le bénéfice
Que cette mode rapportait ;
Et, de l’antichambre à l’office,
Tout le monde boitait, boitait.

Un jour, un seigneur de province,
Oubliant son nouveau métier,
Vint à passer devant le prince,
Ferme et droit comme un peuplier.

Tout le monde se mit à rire,
Excepté le roi, qui, tout bas,
Murmura : « Monsieur, qu’est-ce à dire ?
Je crois que vous ne boitez pas ?

— Sire, quelle erreur est la vôtre !
Je suis criblé de cors ; voyez :
Si je marche plus droit qu’un autre,
C’est que je boite des deux pieds. »
__________________

LES FRUITS DU RECTEUR

Raoul PLONCHON

Le recteur de je ne sais où...
Mais qu'importe à l'histoire ?
Trouvait souverainement fou
Absurde et dérisoire

Que les femmes dudit pays
N'en fissent qu'à leur tête,
Tandis qu'on voyait leurs maris
Marcher à la baguette.

Le recteur de je ne sais où...
Mais qu'importe à l'histoire ?
Trouvait souverainement fou
Absurde et dérisoire

Que les femmes dudit pays
N'en fissent qu'à leur tête,
Tandis qu'on voyait leurs maris
Marcher à la baguette.

- Oui, je suis sûr, infortunés,
Disait-il, que vos femmes
Vous mènent par le bout du nez,
C'est de quoi je vous blâme.

" Vous me semblez tous, Dieu merci
Des maris pleins de zèle ;
Mais il faut pas être aussi
Des chiens que l'on muselle.
" C'est excessif. Les beaux discours
De ce sexe fragile,
Que diable ! ne sont pas toujours
Paroles d'Evangiles.

" Ecoutez-moi bien, s'il vous plaît ;
Sans plus de badinage,
Qui saura me montrer qu'il est
Maître dans son ménage,

" Celui-là pourra fourrager
A son heure, à sa guise,
Les meilleurs fruits de mon verger.
Voilà. Qu'on se le dise.

" Et je m'adresse à tout venant,
Que chacun donc médite
Sur son propre cas. Maintenant,
Allez, la messe est dite ! "

Le lendemain, vous pensez bien
Ce fut une avalanche
De ces maris chez le doyen,
Un panier sur la hanche.

Tout de suite il les confondit,
Par le simple artifice
Du langage. Comme l'on dit,
En termes de police,

Il vous les cuisina si bien
Qu'ils durent, bonnes âmes,
Avouer qu'ils ne faisaient rien,
Sans consulter leurs femmes.

Seul un paysan plus madré
Ne se laissa pas prendre.
Et voilà que notre curé
Dut finir par se rendre.

- C'est bon - fit-il - je vois que toi
Tout au moins mon compère,
Tu es maître sous ton toit.
Mon compliment sincère !

" Ravage donc mes espaliers.
Mais... quadruple mazette,
Que n'as-tu pris plus grand panier,
Pour faire ta cueillette ?

" Celui- ci ne contiendra pas
Grand' chose j'imagine... "
- Hélas ! ça n'est pas l'embarras,
J'y pensai bien, pardine,

Répondit notre hurluberlu,
Avec la mort dans l'âme.
" Mais, c'est qu'elle n'a pas voulu... "
- " Elle ? qui " - " Ben, ma femme ! "
_________________






_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 20 Mar - 10:33


Maurice ROLLINAT

— Ô muse incorrigible, où faut-il que tu ailles ! —
La dame au cabas vert bourré de victuailles
suçotait par instants le goulot d’un flacon.
Que diable y buvait-elle ? — Or, soudain, le wagon
s’emplit d’ombre ! — Un tunnel ! — J’agrippai la fiole,
et j’aspirai : Goût nul ! — « C’est une babiole,
pensai-je, mais enfin, je suis fort intrigué... »
Et m’adressant à la dame, avec un air gai :
— Que buvez-vous ? lui dis-je, en frisant ma moustache...
— Elle me répondit : « Je ne bois pas ! Je crache ! »
__________________



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 22 Mar - 16:18


Charles CROS

INDIGNATION

J'aurais bien voulu vivre en doux ermite,
Vivre d'un radis et de l'eau qui court.
Mais l'art est si long et le temps si court !
Je rêve, poignards, poisons, dynamite.

Avoir un chalet en bois de sapin !
J'ai de beaux enfants (l'avenir), leur mère
M'aime bien, malgré cette idée amère
Que je ne sais pas gagner notre pain.

Le monde nouveau me voit à sa tête.
Si j'étais anglais, chinois, allemand,
Ou russe, oh ! alors on verrait comment
La France ferait pour moi la coquette.

J'ai tout rêvé, tout dit, dans mon pays
J'ai joué du feu, de l'air, de la lyre.
On a pu m'entendre, on a pu me lire
Et les gens s'en vont dormir, ébahis ...

J'ai dix mille amis, ils ont tous des rentes.
Combien d'ennemis ?... Je ne compte pas.
On voudrait m'avoir aux fins des repas,
Aux cigares, aux liqueurs enivrantes.

Puis je m'en irais, foulant le tapis
Dans l'escalier chaud, devant l'écaillère;
Marchant dans la boue ou dans la poussière,
Je retournerais à pied au logis.

Las d'être traité comme les Ilotes
Je m'en vais aller loin de vous, songeant
Que je ne peux pas, sans beaucoup d'argent,
Contre tant de culs user tant de bottes.







_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 25 Mar - 9:23

Quelle horreur l'histoire de Maurice ROLLINAT !!!! neunoeil
Elle suçotait pas la voyageuse ...comme on peut se tromper !
Je crois que j'en aurais vomi jusqu'à la fin du voyage !
ecus

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 25 Mar - 10:47

Flamme a écrit:
Quelle horreur l'histoire de Maurice ROLLINAT !!!! neunoeil
Elle suçotait pas la voyageuse ...comme on peut se tromper !
Je crois que j'en aurais vomi jusqu'à la fin du voyage !
ecus

Peut-être qu'en sirotant, il pensait au vers de MUSSET : Qu'importe le "flacon", pourvu qu'on ait l'ivresse. Mais l'ivresse n'a pas duré longtemps.

ahah ahah

bis bis bis DE NOUS TROIS À TOUTES LES DEUX.

Bonne journée !

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 25 Mar - 11:35


Alphonse ALLAIS

COMPLAINTE AMOUREUSE

Oui dès l'instant que je vous vis
Beauté féroce, vous me plûtes
De l'amour qu'en vos yeux je pris
Sur-le-champ vous vous aperçûtes
Ah ! Fallait-il que vous me plussiez
Qu'ingénument je vous le dise
Qu'avec orgueil vous vous tussiez
Fallait-il que je vous aimasse
Que vous me désespérassiez
Et qu'enfin je m'opiniâtrasse
Et que je vous idolâtrasse
Pour que vous m'assassinassiez




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 26 Mar - 10:33


Jacques RÉDA

LA MAJESTÉ DU CIEL

La majesté du ciel qui nous laisse béats
A pour contrepartie, au-dessous de l’atome,
Un empire soumis à tous les aléas
Où l’espace bourgeonne, où le temps est fantôme.

Sur soi soudé par le proton et le neutron,
Le noyau vire au spin des quarks dans sa rotonde ;
L’électron vole autour et, moqueur ou poltron,
Le photon détecté se défend d’être une onde.

Ayant mesuré tout ce qui se mesurait,
Le savant a bien dû se rendre à l’évidence :
La matière est mystère et la vie un secret ;
Il appelle chaos ce qui vit et qui danse :

Les remous des torrents, des nuages, le vent,
Le cœur et ses raisons, la vague scélérate,
Les songes, la musique, un regard. Le savant
Reste perplexe et Dieu se dilate la rate :

« Les voici donc devant l’énigme du Chaos,
« Soupçonnant qu’un principe occulte le gouverne,
« Sous lequel ordonner ses hasards, ses cahots,
« Et qui décrypterait mon Texte : baliverne.

« Croyez-vous que je doute ou que je joue aux dés
« (Les deux qu’ils m’ont prêtés : hélium, hydrogène)
« Et que j’attends l’avis de leurs c.q.f.d.
« Pour savoir où j’en suis ? Mais j’aime ce sans-gêne

« D’enfants impatients qui vont, abasourdis,
« À travers un jardin au fur et à mesure
« Plus profond, plus touffu, sans que des interdits
« Les retiennent jamais devant une évasure

« Où le ciel leur paraît tout proche de nouveau
« Tandis que mon espace un peu plus se retire
« Dans l’infini spiral dont je suis le pivot.
« Ils suivent. Je pourrais commuer en martyre

« Ce dur entêtement qui les ravit. Laissons,
« Puisque telle est la part que leur outrecuidance
« Diligente et candide accorde à mes leçons :
« Dans leurs équations mêmes, mon Œuvre danse,

« Tantôt cette pavane ou bien des menuets
« Réglés pour le ballet des astres en ellipse,
« Tantôt, endiablé, ce jerk — et je m’éclipse,
« Comme si de plaisir alors j’éternuais. »




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 26 Mar - 12:23

Une complainte amoureuse sans aucun charme avec ce passé simple très compliqué !
Un amusement que bien des poètes n'ont pas su y résister !
grosbiz

_________________


Dernière édition par Flamme le Mar 27 Mar - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 26 Mar - 15:44

Flamme a écrit:
Une complainte amoureuse sans aucun charme avec ce passé simple très compliqué !
Un amusement que bien des poètes n'ont pas su y résister !
grosbiz



Je ne connaissais pas cet auteur ; j'y suis tombé dessus par hasard au cours d'une lecture d'une de mes anthologie sur les poètes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe.

On ne peut pas dire que ce poème m'ait emballé, mais il est assez inattendu et rentrait, je pense, dans le cadre de ce topic.

UN GRAND MERCI pour ton partage ainsi que tes impressions.

Passe une agréable fin d'après-midi.

CARPE DIEM

bis  bis  bis

andre  



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 27 Mar - 11:58


MOLIÈRE

LE COCU IMAGINAIRE

Et quant à moi, je trouve, ayant tout compensé,
Qu’il vaut mieux être encor’ cocu que trépassé.
Quel mal cela fait-il ? la jambe en devient-elle
Plus tortue, après tout, et la taille moins belle ?
Peste soit qui premier trouva l’invention
De s’affliger l’esprit de cette vision,
Et d’attacher l’honneur de l’homme le plus sage
Aux choses que peut faire une femme volage !
Puisqu’on tient, à bon droit, tout crime personnel,
Que fait là notre honneur pour être criminel ?
Des actions d’autrui on nous donne le blâme :
Si nos femmes sans nous ont un commerce infâme,
Il faut que tout le mal retombe sur notre dos :
Elles font la sottise, et nous sommes les sots.
C’est un vilain abus, et les gens de police
Nous devraient bien régler une telle injustice.
N’avons-nous pas assez des autres accidents
Qui nous viennent happer en dépit de nos dents ?
Les querelles, procès, faim, soif et maladie
Troublent-ils pas assez le repos de la vie,
Sans s’aller, de surcroît, aviser sottement
De se faire un chagrin qui n’a nul fondement ?
Moquons-nous de cela, méprisons les alarmes,
Et mettons sous nos pieds les soupirs et les larmes.
Si ma femme a failli, qu’elle pleure bien fort ;
Mais pourquoi, moi, pleurer quand je n’ai point tort ?
En tout cas, ce qui peut m’ôter ma fâcherie,
C’est que je ne suis pas seul de ma confrérie.
Voir cajoler sa femme, et n’en témoigner rien,
Se pratique aujourd’hui par force gens de bien.
N’allons donc point chercher à faire une querelle
Pour un affront qui n’est que pure bagatelle.
L’on m’appellera sot, de ne me venger pas ;
Mais je le serais fort de courir au trépas.
Je me sens là pourtant remuer une bile
Qui veut me conseiller quelque action virile :
Oui, le courroux me prend ; c’est trop d’être poltron ;
Je veux résolument me venger du larron :
Déjà, pour commencer, dans l’ardeur qui m’enflamme,
Je vais dire partout qu’il couche avec ma femme.



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 3 Avr - 17:22


Casimir DELAVIGNE

AU SEIN D'UN DESORDRE AIMABLE

Au sein d'un désordre aimable
rassemble de vrais amis ;
que Bacchus et que les ris
viennent s'asseoir à ta table.
En flattant notre odorat,
que l'agréable fumée
de la perdrix parfumée
et du lièvre délicat
nous annonce la présence
des mets les plus savoureux ;
chacun se nourrit d'avance
et les dévore des yeux.
Là dans le cristal qui brille,
déjà le vin coule à flots,
déjà la liqueur pétille
et fait jaillir les bons mots.
Plein d'une franche allégresse,
déjà le couplet badin,
joyeux enfant de l'ivresse,
vient égayer le festin.
Ami, remplis donc ton verre
en bénissant ton destin :
aujourd'hui tu peux le faire ;
mais le pourras-tu demain ?





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 10 Avr - 18:32


Lénine BOSQUET

Fût un impotent potentat,
Confit dans le luxe et la graisse,
Qui, devant un poulet de Bresse,
Pensait commettre un attentat.

Il en bavait tant qu'il tenta
Un grognement, qu'enfin se presse
Celle qui se croyait maîtresse
De servir à temps son rata.

Sûr, la place était bien lotie !
D'une belle cuisse rôtie
L'odieux poussah reçut son dû.

Lors se ficha dans sa trachée
Comme une esquille peu mâchée :
Jamais plus Médor n'a mordu.





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 11 Avr - 10:51


Pascaline MLP

Je marche de travers, un verre dans le nez ;
Pour noyer mon chagrin, j'ai trop bu, c'est normal ;
Pourquoi m'avoir encor déchiré mon futal,
Et privé d'un litron qui me faisait planer !

Dans mon gilet troué, je n'ai plus un seul sou ;
Pour étancher ma soif, j'irai boire à la source ;
Je ne sais plus comment remplir ma maigre bourse ;
Mes rêves d'avenir semblent s'être dissous.

Muse, tu m'as laissé vomir l'heure en déroute ;
Mes rimes vont sombrer dans l'alcool qui glougloute,
En colorant l'espoir d'un sourire trompeur.

Peu m'importe ce soir du sonnet, la métrique !
L’alexandrin sans moi signera pathétique,
La gloire du pinard pour trinquer au malheur !




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 12 Avr - 8:31

Pour moi, des poètes inconnus et pourtant de bons poètes !
Merci André de déposer leurs écrits, ils le méritent.
bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 12 Avr - 11:06



Je reprendrai, dans quelques temps, les poèmes de PONCHON ainsi que ceux d'auteurs classiques. Il y a tellement d'excellent auteurs et poètes modernes, tels que les deux derniers publiés dans ce salon, que j'ai pensé utile de faire connaître leurs œuvres.

merci2 BEAUCOUP pour ce très positif commentaire.

DE grosbiz marseillais. Nous sommes sous la pluie depuis hier matin. Ça tombe sans discontinuer, et cela doit se poursuivre encore demain.

CARPE DIEM

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 17 Avr - 16:31


Auguste BARBIER

Nous avons tout perdu, tout, jusqu’à ce gros rire
Gonflé de gaîté franche et de bonne satire,
Ce rire d’autrefois, ce rire des aïeux
Qui jaillissait du cœur comme un flot de vin vieux ,
Le rire sans envie et sans haine profonde,
Pour n’y plus revenir est parti de ce monde.
Quel compère joyeux que le rire autrefois !
Maintenant il est triste, il chante à demi-voix,
Il incline la tête et se pince la lèvre ;
Chaque pli de sa bouche est creusé par la fièvre :
Adieu le vin, l’amour, et les folles chansons !
__________________



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 23 Avr - 17:14

CLAUDIN

AU PÔLE NORD

Vous avez lu cette nouvelle
Dont se trouble mainte cervelle
Et dont chacun s'occupe fort :
Certain docteur que Cook on nomme
A, le premier de tous les hommes,
Posé le pied au pôle Nord.

C'est, dit-on, chose glorieuse,
Phénoménale, merveilleuse,
Et c'est le comble du progrès .
Je veux le croire sur parole
Et sans aller moi-même au pôle
Afin de voir si c'est bien vrai.

Donc, rengainons toute dispute,
Ne doutons pas une minute
Et répétons avec l'écho :
Ayant franchi la terre et l'onde,
Cook, debout au sommet du monde,
A poussé son Cook … oriko.

Il a, dans un lieu tout de glace,
Fixé une petite place
Et s'est écrié : c'est ici !
Mais nul n'était là pour l'entendre
Sinon des phoques aux yeux tendres
Et des ours aux membres transis.

Puis, reprenant vers les frontières
De terres plus hospitalières,
Vers des pays moins engourdis,
Sa marche toujours vagabonde,
Il est revenu en ce monde
Ainsi qu'il en était parti.

Mais le docteur Cook eut à peine
Le temps de souffler, ô déveine,
Que courut tout à coup un bruit :
Au pôle Nord, lieu chimérique,
Un autre malin d'Amérique
A posé le pied comme lui.

Aussitôt ces mêmes louanges
Qu'à Cook on donnait sans mélange,
On les déverse sur Peary
Qui sut de même, l'habile homme,
Planter son drapeau là-bas, comme
Il en avait fait le pari.

Après cette double victoire,
Le plus étonnant de l'histoire
C'est que demain, touchant accord,
Ils seront bien une centaine
A prouver de façon certaine
Qu'ils sont allés au pôle Nord.

Mais ces actions sans pareilles,
Dont on nous corne les oreilles,
Cette conquête étrange, à quoi
Nous serviront-elles ? Mystère !
Personne n'en sait rien sur terre,
Pas plus Cook ou Peary que moi.

Aux Américains peu importe !
Ce sont des gens d'étrange sorte
Pour qui battre un record, fut-il
En vérité le plus baroque
Comme de surprendre les phoques,
Est un triomphe bien viril.

D'ailleurs ils sont aussi pratiques,
Et si, dans ces pays arctiques,
Ils ont vu leur drapeau flotter,
Soyez sûrs que, malins et sages,
Ils sauront en tirer l'usage
Le plus propre à les contenter.

Ils aiment les boissons glacées.
Ils feront donc la traversée
Et, dédaignant le froid mortel,
Au pôle, terre américaine,
Construiront, la saison prochaine,
Une fabrique de cocktails.





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 23 Avr - 18:51


Charles CROS

INDIGNATION

J'aurais bien voulu vivre en doux ermite,
Vivre d'un radis et de l'eau qui court.
Mais l'art est si long et le temps si court !
Je rêve, poignards, poisons, dynamite.

Avoir un chalet en bois de sapin !
J'ai de beaux enfants (l'avenir), leur mère
M'aime bien, malgré cette idée amère
Que je ne sais pas gagner notre pain.

Le monde nouveau me voit à sa tête.
Si j'étais anglais, chinois, allemand,
Ou russe, oh ! alors on verrait comment
La France ferait pour moi la coquette.

J'ai tout rêvé, tout dit, dans mon pays
J'ai joué du feu, de l'air, de la lyre.
On a pu m'entendre, on a pu me lire
Et les gens s'en vont dormir, ébahis ...

J'ai dix mille amis, ils ont tous des rentes.
Combien d'ennemis ?... Je ne compte pas.
On voudrait m'avoir aux fins des repas,
Aux cigares, aux liqueurs enivrantes.

Puis je m'en irais, foulant le tapis
Dans l'escalier chaud, devant l'écaillère;
Marchant dans la boue ou dans la poussière,
Je retournerais à pied au logis.

Las d'être traité comme les Ilotes
Je m'en vais aller loin de vous, songeant
Que je ne peux pas, sans beaucoup d'argent,
Contre tant de culs user tant de bottes.



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 5 Juin - 17:06


Émile GOUDEAU

ABJECTIVISME ADVERBIAL

Auprès du fier Pourquoi le noir Comment se dresse.
Le Jamais les poursuit; mais Eternellement,
Dans le mystère d'une féconde caresse,
Jette sur le Pourquoi le baiser du Comment...

Le Peut-Etre s'impose aux timorés du rêve ;
Et, dans le tourbillon des mortelles amours,
Le Pas-Possible, froid et tranchant comme un glaive,
Fauche les cœurs humains assoiffés du Toujours.

Poussé par un orgueil sinistrement aptère,
L'ingénieur cadastral ensevelit feu Dieu !
Ses pensers, sous la pesanteur du Terre-à-Terre,
Pour choir au fond du Rien suivent l'A-Queue-Leu-Leu.

Depuis le jour maudit, féroce et sacrilège,
Où Caïniquement le Près tua le Loin,
On a bouclé l'Azur avec un vieux "Que Sais-Je ?"
Et, dans le Corps désert, l'Ame n'a plus un coin.

Le Moins vient t'enchaîner, et le Peu te gouverne ;
Dans l'Insuffisamment vont s'enliser tes pas :
A-Peine, avec un sec ricanement, te berne,
Et l'En-Vain de ton vol te plonge en l'Ici-Bas.

Tu ne veux plus du Trop, dont l'Assez te domine...
Tais-toi, brute, digère en fermant les deux yeux !
Ne creuse point l'Ailleurs dans la céleste mine,
Et, par crainte du Pire, éloigne-toi du Mieux !

Tel apparaît l'essor de l'Homme fils du vin,
Mêlant le Nonobstant avec le Toutefois,
Supputant les soleils, comme on marque du lin,
Et vers le fier Là-Haut crachant d'insanes lois.

O parasites verts ! bariolés faussaires !
Ces Adjectifs, ces Adverbes exorbitants
Envoûtent de leurs étendards de janissaires
Les Substantifs, vizirs, et les Verbes, sultans.

Quel chef réprimera ces hordes en tumulte,
Ces eunuques émasculant la volonté
Du Substantif à qui seul appartient le culte,
Et du Verbe en qui seul fleurit la Vérité ?

O jour ! Quand la Substance, étalant sa Superbe,
Domptera le troupeau des colorations !
O force !! Quand le Verbe égorgera l'Adverbe
Devant l'effarement des Interjections !!!

Mais d'ici là, Pourquoi près de Comment se dresse ;
Et Jamais les poursuit ; mais Eternellement,
Dans le mystère d'une inféconde caresse,
Jette sur le Pourquoi le baiser du Comment.



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 6 Juin - 17:38

J'aime bien l'indignation de Charles Cros !!! Moins Goudeau...long et compliqué !
Bisous et bonne soirée André. bis bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 7 Juin - 10:29

Flamme a écrit:
J'aime bien l'indignation de Charles Cros !!! Moins Goudeau...long et compliqué !
Bisous et bonne soirée André. bis bisounours



Plus didactiques que réellement poétiques, les vers de GOUDEAU. Mais de belles tournures de phrases, quand même, qu'il faut verser à son crédit.

Allez ! je vais puiser dans ma petite réserve de ces poèmes assez insolites et cocasses pour continuer de donner à découvrir cette débordante imagination de nos poètes du farfelu et du désopilant.

un nuage de bis bis bis À VOUS DEUX !

CARPE DIEM

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 7 Juin - 10:55


ANONYME

LE VIN DU SOLITAIRE

Le regard singulier d'une femme galante
Qui se glisse vers nous comme le rayon blanc
Que la lune onduleuse envoie au lac tremblant,
Quand elle y veut baigner sa beauté nonchalante ;
Le dernier sac d'écus dans les doigts d'un joueur ;
Un baiser libertin de la maigre Adeline ;
Les sons d'une musique énervante et câline,
Semblable au cri lointain de l'humaine douleur,
Tout cela ne vaut pas, ô bouteille profonde,
Les baumes pénétrants que ta panse féconde
Garde au cœur altéré du poète pieux;
Tu lui verses l'espoir, la jeunesse et la vie,
- Et l'orgueil, ce trésor de toute gueuserie,
Qui nous rend triomphants et semblables aux Dieux !
__________________

ABBÉ DE CHAULIEU

VERS FAITS À UN SOUPER CHEZ MADAME DE LA SABLIERE

Le beau duc de Foix nous réveille.
Chantons Vénus et Cupidon,
Chantons l'Iris et la bouteille
Du disciple d'Anacréon.
Vénus l'accompagne sans cesse,
Les grâces, les ris et les jeux.
Qu'il est doux d'être la maîtresse
De ce jeune voluptueux !
Verse du vin, jette des roses,
Ne songeons qu'à nous réjouir,
Et laissons-là le soin des choses
Que nous cache un long avenir.
___________________

Pierre-Jean de BÉRANGER (1780-1857)

MA GRAND-MÈRE…

Ma grand-mère un soir à sa fête
De vin pur ayant bu deux doigts
Nous disait en branlant la tête
Que d'amoureux j'eus autre fois.

Refrain:
Combien je regrette
Mon bras si dodu,
Ma jambe bien faite,
Et le temps perdu.

Quoi! maman, vous n'étiez pas sage?
- Non vraiment; et de mes appas
Seule à quinze ans j'appris l'usage,
Car la nuit je ne dormais pas.

Maman, vous aviez le coeur tendre?
- Oui, si tendre qu'à dix-sept ans,
Lindor ne si fit pas attendre,
Et qu'il n'attendit pas longtemps.

Maman, Lindor savait donc plaire?
- Oui, seul il me plus quatre mois;
Mais bientôt j'estimai Valère,
Et fis deux heureux à la fois.

Quoi! maman, deux amants ensemble
- Oui, mais chacun d'eux me trompa
Plus fine alors qu'il ne vous semble,
J'épousai votre grand-papa.

Maman, que lui dit la famille.
- Rien, mais un mari plus sensé
Eût pu connaître à la coquille
Que l'œuf était déjà cassé.

Maman, lui fûtes-vous fidèle?
- Oh! sur cela je me tais bien.
A moins qu'à lui Dieu ne m'appelle,
Mon confesseur n'en saura rien.

Bien tard mana, vous fûtes veuve?
- Oui, mais grâce à ma gaîté,
Si l'église n'était plus neuve,
Le saint n'en fut pas moins fêté.

Maman, comment faut-il donc faire?
- Eh! mes petits-enfants, pourquoi,
Quand j'ai fait comme ma grand'mère,
Ne feriez-vous pas comme moi?

__________________



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4488
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 7 Juin - 13:32

Très drôle l'histoire de la famille pour bien éduquer les enfants !!!
bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
André Laugier

avatar

Messages : 5914
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 8 Juin - 9:55

Flamme a écrit:
Très drôle l'histoire de la famille pour bien éduquer les enfants !!!
bis


Comme disait MONTESQUIEU : “L'éducation consiste à nous donner des idées, et la bonne éducation à les mettre en proportion.” Elle nous aide à grandir et à vivre. Ensuite, seulement, vient "l'expérience" qui nous apprend les exceptions.

merci2 pour tes fidèles lectures et l'intérêt que tu portes à ce salon qui associe agréablement, je pense, la poésie classique au divertissement.

DE GROS bis bis bis

CARPE DIEM

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
» LES EXQUIS MOTS (citations, humour, proverbes insolites)
» LES EXQUIS MOTS
» Ma Folie (Quand elle ronge les mots)
» Rime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Jeux de mots :: Expressions, proverbes, maximes, dictons-
Sauter vers: