LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 46 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 26123 messages dans 3906 sujets

Partagez | 
 

 LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 14 Déc - 21:34

Lucienne MARTEL a écrit:
Excellent. Ce monsieur ne manque pas d'humour. je me suis régalée à la lecture de son poème dont la chute est presque d'actualité. Amusée. Bisous



Bonsoir LUCIENNE,

Je suis heureux que ce topic ait ton agrément. C'est vrai que nous ne sommes pas nombreux sur le forum, mais le principal est de pouvoir partager nos poèmes, nous commenter et apprécier aussi ces rubriques consacrées à la poésie humoristique, aux citations et autres jeux de plume qui sont d'un niveau que d'autres sites plus conséquents pourraient nous envier. Finalement, le nombre restreint de membres rend le forum plus "familial", renforce notre Amitié et notre considération mutuelle et maintient une qualité d'écriture qu'il est vraiment agréable de retrouver, chaque jour, dans ce climat convivial et de respect que l'on trouve rarement ailleurs.

MILLE merci ET MES PLUS CHALEUREUX bis bis bis

DOUCE SOIRÉE À TOI.

andre

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 15 Déc - 19:27


Raoul PONCHON

LE JOURNAL COMESTIBLE

Ô rare invention où mon cœur se complaît,
S’attendrit et se pâme !
Un journal qui devient un aliment complet
Pour le corps, sinon l’âme !

Un papier comestible et digestible, enfin !
Quelle joie ! ô délire !
Pourra le pauvre diable en apaiser sa faim,
S’il ne daigne le lire.

Je me vois déjeunant d’un matinal « canard »
Lequel me rassasie ;
D’une page dînant de ton Temps, ô Hébrard !
De deux, les jours d’orgie.

Le soir, il se pourrait que la faim me minât.
Avant que je me couche,
Alors, je souperai d’un peu de Femina :
Ça, pour la bonne bouche.

Sans compter, qu’une fois le principe trouvé,
Vous verrez tout à l’heure,
Un journal succulent, raffiné, relevé
D’encre supérieure.

Après qu’il l’aura lue, un chacun mangera
Telle ou telle rubrique :
La Chambre, les échos, les sports, et cætera…
Les nouvelles d’Afrique…

Il est bien évident que pour le bon bourgeois,
Un article de tête,
Signé d’un nom connu, sera morceau de choix,
Une chère parfaite.

Madame, au feuilleton trouvera son profit,
Quelle qu’en soit l’usine.
Les annonces, les chiens écrasés, les on-dit…
Seront pour la cuisine.

Pour les repas de corps, les noces, les festins,
La Revue des Deux Mondes
Peut en boucher deux coins aux pires intestins,
Ou le Ciel me confonde !

L’Officiel aussi sera là pour un coup,
Qui coûte cinq centimes,
Et saurait apaiser cinq appétits de loup,
Et plus, à mon estime.

Que vous dirai-je encor ?… Remarquez bien aussi
Que les propos de table
Seront plus imprévus. Déjà, j’entends d’ici
L’amphitryonne aimable

Dire à son invité : « Mais vous ne mangez pas,
Vous êtes donc malade ?
Vous savez, nous n’avons que ces roses Débats
Avec une salade. »

Et l’invité : « J’ai bien dîné, je vous promets.
La chère fut exquise.
Tenez, je mange encor ce bout d’article, mais,
C’est pure gourmandise. »



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4532
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 16 Déc - 17:05

Une idée originale mais qu'il ne faudra pas garder trop longtemps, pour que la lecture ne se brouille pas trop cligno
grosbiz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 16 Déc - 18:19

Flamme a écrit:
Une idée originale mais qu'il ne faudra pas garder trop longtemps, pour que la lecture ne se brouille pas trop cligno
grosbiz



PONCHON a imaginé ce poème à la suite d'un article paru dans "La Gazette de Hollande", vers 1921, et qui mentionnait qu'un Hollandais avait trouvé le moyen de fabriquer un journal « Comestible ».

bis  bis  bis


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 17 Déc - 10:24

Excellent ce papier mâché. Ce monsieur a des idées de table extravagantes mais un coût à la bourse de chacun. Ma foi, pourquoi pas ? Du début à la fin, un régal de lecture et point indigeste du tout. l'encre en est parfaite et le papier bien écrit. En plus, il se conserve longtemps. Passe une belle journée. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 17 Déc - 18:27

Lucienne MARTEL a écrit:
Excellent ce papier mâché. Ce monsieur a des idées de table extravagantes mais un coût à la bourse de chacun. Ma foi, pourquoi pas ? Du début à la fin, un régal de lecture et point indigeste du tout. l'encre en est parfaite et le papier bien écrit. En plus, il se conserve longtemps. Passe une belle journée. Bisous


C'est peut-être à force de "mastiquer" du papier que ses œuvres ont "cartonné"...

ahah  ahah

merci de ton passage, LUCIENNE.

Je t'envoie de CHALEUREUX  bis de Marseille.

DOUCE SOIRÉE

andre

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 19 Déc - 18:47


Raoul PONCHON

LÉGENDE NON DORÉE DE SAINT VINCENT

(Patron des vignerons)

Vincent était un saint abbé,
De mille vertus imbibé ;
Poussant, en droite ligne,
Son vœu vers le ciel. Entre temps,
Vigneron des plus compétents,
Il cultivait sa vigne.

Il en tirait un vin subtil
Et prestigieux. Et quand il
Célébrait son office,
Aussi bien pour lui que pour Dieu,
Sans compter le Diable au milieu,
C’était tout bénéfice.

Son église — remarquons-le —
Était partout sous le ciel bleu ;
De même son ciboire
Ne lui coûtait pas un denier,
Se servant pour communier
Du moindre verre a boire.

Il allait évangélisant,
Sur un ton bonhomme et plaisant,
Les vignerons, ses frères.
Et c’est en vidant force pots
Qu’il leur tenait de saints propos —
Quelquefois téméraires.

Il leur disait : « Mes chers amis,
Buvez du vin, Dieu l’a permis
À chacuns, à chacunes.
S’il nous a donné le raisin,
Quel que soit d’ailleurs son dessein,
Ce n’est pas pour des prunes.

« Je connais plus d’un idiot
Qui prétend complaire au Très-Haut
Directeur des planètes
En buvant de l’eau ! M’est avis
Que l’eau pas plus ne le ravit
Qu’un air de castagnettes.

« Dans l’Évangile, c’est écrit :
Buvez le sang de Jésus-Christ,
Le Vin expiatoire ;
Vous en connaîtrez les bienfaits ;
Mais que ce soit, comme je fais,
Pour sa plus grande gloire !

« Buvez du vin pour le Divin,
Au lieu de vous confondre en vain
En longues patenôtres.
Plus tard, quand vous aurez l’honneur
D’entrer aux Vignes du Seigneur,
Vous en boirez bien d’autres.

« Sachez qu’un verre de vin vieux
Est plus agréable ai ses yeux
Qu’un tonneau d’eau bénite.
Soyez de bons et braves gens,
Aussi l’un pour l’autre indulgents,
Allez. La messe est dite… »

C’est ainsi que parlait Vincent,
À la gloire du Tout-Puissant
Et de la noble Vigne.
Et c’est pourquoi les vignerons
L’ont adopté comme patron.
En est-il un plus digne ?

Il mourut à cent dix-sept ans,
Ayant bu du vin tout le temps,
Et jusques à sa tombe.
Et quand son âme s’envola,
Ce fut sous l’habit de gala
D’une rose colombe.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 22 Déc - 17:25


Raoul PONCHON

Ô VIN !

Jardin habité par le suave Ariel
Où viennent se griser de parfum et de miel
Les papillons poudrés et les blondes abeilles,
Ô Vin ! fais mon cœur chaud et mes lèvres vermeilles !

Orgie étourdissante où filles et garçons
Font assaut de baisers, de danses, de chansons
Au bruit des tambourins bourdonnants et des flûtes,
Ô Vin ! dans ma cervelle il faut que tu culbutes !

Gai paradis où des amoureux de vingt ans
Qui sont coiffés de grâce et vêtus de printemps
S’aiment ingénument dans les molles prairies,
Ô Vin ! débite-moi mille galanteries !

Temple prestigieux, rond, s’il n’est pas carré,
Sans cesse palpitant du rouge feu sacré
Qu’entretient chastement une jeune vestale,
Ô Vin ! habille-moi de pourpre orientale.

Torrent impatient dont les flots turbulents
Semblent un vol fantasque et brusque d’oiseaux blancs
Qui dans l’air irisé iraient semant leurs plumes,
Ô Vin ! je veux bondir sur tes folles écumes !

Mer éternellement pacifique : toujours
Le marin y connaît l’ivresse des retours
Sous les yeux bienfaisants des lointaines étoiles,
Ô Vin ! sillonne-moi d’espoirs, célestes voiles !

Église où sur l’encens et comme épris de ciel
Montent les chœurs divins de Bach et de Hændel
Multipliés vers Dieu par les orgues mystiques,
Ô Vin ! emporte-moi sur l’aile des cantiques !

Admirable festin où des rois très cléments
Boivent à la santé des poètes charmants,
Rois n’ayant que le Beau pour loi, le Beau pour culte,
Vin ! distrais-moi du mal par ton joyeux tumulte !

Éveil de la nature au joli mois d’avril
Quand un peu de douceur flotte dans l’air subtil,
Quand c’est poindre partout la sève rose et verte,
Vin ! sois-moi sur le Bien une croisée ouverte !

Fontaine de Jouvence où se baignent les dieux
Fais mon cœur toujours jeune et toujours radieux !
Miroir de vérité brillant comme la flamme,
Ô Vin ! qu’en mon ivresse on sache encor mon âme !

Ciel que ne peut fixer le regard ébloui
Où le soleil d’été demeure épanoui
Sans que dans l’Océan jamais il s’engloutisse,
Ô Vin ! dis à mes pas le chemin de justice !

Ville en fête ; voici le César triomphant
Porté par ses soldats comme un petit enfant,
Lui et son char paré du sang de la victoire,
Ô Vin ! ordonne-moi de mépriser la gloire !

Poème de tendresse écrit par Valmîki
Dont la seule lecture ennoblit le yoghi,
Que la bonté chez moi devienne machinale,
Ô Vin ! vin d’amarante et de pourpre automnale !




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4532
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 23 Déc - 14:11

C'est un excellent poète Raoul Ponchon, mais bien souvent ses poèmes sont trop longs, c'est dommage !
Un bon vivant qui doit aimer les fêtes !
grosbiz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 23 Déc - 18:05

j'adore le style de ce poème. Monsieur aimait beaucoup la bonne chère et les vins capiteux. Juste la longueur qui dérange un peu mais bon, c'est intéressant. merci André de nous faire partager ces poètes que je ne connaissais pas. Passe un excellent Noël si ton état de santé le permet. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 23 Déc - 19:13

Flamme a écrit:
C'est un excellent poète Raoul Ponchon, mais bien souvent ses poèmes sont trop longs, c'est dommage !
Un bon vivant qui doit aimer les fêtes !
grosbiz

Bonsoir FLAMME,

À son époque, les poètes, dans un large majorité, écrivaient des poèmes assez longs. C'était la tendance, alors qu'aujourd'hui, c'est tout le contraire. Même Papa, dans beaucoup de ses poésies, dépassait les six à sept strophes. Je crois qu'il a connu, lui, cette période charnière car ses poésies les plus récentes ne dépassaient pas les cinq à six quatrains.

Je suis de ton avis, car un poème trop long me rebute, avant de l'avoir lu. Certains, cependant, se justifient par l'ampleur du thème abordé. Difficile de trouver, chez le génial PONCHON, des poèmes courts, et malgré tout, ils tiennent bien la route avec "ses" trouvailles humoristiques ou de raillerie qui ne faiblissent pas jusqu'au point final.

merci2 BEAUCOUP pour tes fidèles lectures ainsi que tous tes commentaires que j'attends toujours avec une fébrile impatience.

Passez une très agréable soirée toutes les deux.

Nous vous EMBRASSONS BIEN AFFECTUEUSEMENT.

bis bis bis

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 23 Déc - 19:45

Lucienne MARTEL a écrit:
j'adore le style de ce poème.  Monsieur aimait beaucoup la bonne chère et les vins capiteux. Juste la longueur qui dérange un peu mais bon, c'est intéressant. merci André de nous faire partager ces poètes que je ne connaissais pas. Passe un excellent Noël si ton état de santé le permet. Bisous


Bonsoir LUCIENNE,

PONCHON avait la Muse bavarde, et comme il accommodait la bonne chère à l'écriture, il n'était jamais en manque d'inspiration. Il était plein d’esprit et de causticité. Il se gaussait des dernières modes culinaires. Ce PONCHON-là est également l’auteur de vers passés à la postérité: "Quand mon verre est vide/Je le plains/Quand mon verre est plein/Je le vide."

Pas mal imaginé, non ? ahah ahah


Ce membre de "l'académie Goncourt" savait vider les bonnes bouteilles et se moquer de tout et de ses contemporains !
Il écrivit des milliers de petites pièces en vers qui devinrent célèbres et furent publiées dans "Le courrier Français". Il aimait dire à son entourage que son amour pour le vin lui procurait l'ivresse des rimes.

Ses livres, aujourd'hui, comme par exemple "LA MUSE GAILLARDE" se négocient, selon l'édition et leur état, entre 50 et 300 euros sur le marché de l'occasion.

UN GRAND merci2 pour tes mots de gentillesse et d'Amitié que je lis avec grand intérêt, LUCIENNE.

Ma laryngite a tendance à s'atténuer, mais je tousse encore pas mal, et le traitement "choc" du médecin pour me remettre en forme (car j'ai quelques spectacles à assurer jusqu'à la fin du mois) a bien agi... seulement, je ressens un grosse fatigue et il va falloir quelques jours encore pour récupérer. C'est mon épouse qui est un peu patraque, maintenant. Même symptômes. Elle prend le même traitement.

Mais bon... il faut faire avec, et cela ne nous empêchera pas de réveillonner en famille demain soir, et de passer Noël avec quelques proches. (Heureusement que je n'ai pas pris d'engagement artistique pour demain soir !)

DE grosbiz J'espère que tes problèmes de santé te laisseront un peu tranquilles pour ces fêtes de Noël et du jour de l'An, et que tu pourras en partager toute la félicité avec tes proches, ma Chère LUCIENNE.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 28 Déc - 16:57


Raoul PONCHON

SONNET

Le matin, dès mon œil ouvert,
J’ouvre mon huis et je regarde
Si par hasard ou par mégarde
Je ne vois pas le Printemps vert?

Mais non. Le même ciel qu’hier,
Terne comme un paquet de hardes ;
Il vente, il pleut des hallebardes :
Merde ! c’est encore l’hiver.

Eh bien ! que le diable m’emporte
Si pendant qu’il hurle à ma porte
Je ne fais au coin de mon feu,

En dépit de ces jours moroses,
Quelques rimes sur le ciel bleu,
Sur le Printemps et sur les roses.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4532
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 29 Déc - 8:53

Optimiste à 100% notre ami Ponchon !
Très jolie pensée en un sonnet qui a certainement laissé sur sa faim notre poète aux longues histoires ! clin2
Il est excellent !
bis2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 2 Jan - 17:54


En ce début d'année, retrouvons notre PONCHON et ses poèmes jubilatoires. Oui, tu as raison, FLAMME : il est excellent et on s'habitue vite à son humour et à son mode d'écriture.

bis bis bis






Raoul PONCHON

PATELIN D'ÉTÉ

Si beaucoup d’or m’était compté
J’y prendrais un plaisir extrême
J’achèterais à l’instant même
Un petit patelin d’été,

Loin, oh ! que loin de toutes villes !
Du monde et de ses divers sports,
Que loin des commerces, ces porcs !
Et des politiques, ces viles !

Ce ne serait pas un château,
Mais une belle et bonne ferme.
J’aurais peur de m’ennuyer ferme
Dans mon château. Zut au château !

Cette ferme, autant que possible,
Serait sise au bord de la mer,
En Bretagne, en un coin, c’est clair,
Aux touristes inaccessible

Encore qu’ouvert aux voleurs.
Là, je vivrais avec des bêtes
Et des fleurs. Quelles belles fêtes
Vous font les bêtes et les fleurs !

Avant tout, vous pouvez m’en croire,
J’y ferais venir des amis,
Des amis, mais pas très bien mis
De peur qu’ils ne fassent leur poire.

J’y flanquerais également
Un tas de petites chéries
Au teint clair, aux lèvres fleuries
Que l’on aimerait ardemment.

Je dis on et pas davantage,
On, c’est eux. Calmez cet émoi,
Car il ne s’agit pas de moi,
Vous pensez bien qu’à mon grand âge

Je subis combien de licous…
Non… je n’ai plus la main heureuse.
Au jeu de l’escrime amoureuse
Ne puis plus que compter les coups.

Ainsi l’on passerait sa vie.
Ce petit patelin d’été
Serait un séjour enchanté.
Une table toujours servie

Digne en tous points du gros Falstaff
Et croulant des mets les plus rares,
Et des simples pour les barbares ;
Et comme l’on a toujours soif

Et que le fait de satisfaire
Les goûts les plus capricieux
De ces dames et ces messieurs
N’est pas une petite affaire,

Il y aurait, pour ces motifs,
Les liqueurs de toutes manières,
Les plus indiscutables bières,
Les vins les plus affirmatifs,

En un mot, quoi, toute la lyre,
Pour quant à moi, je ne bois pas
À peine pendant mes repas
(Un doigt de vin, et, c’est pour dire…)

Et lorsque l’on voudrait surseoir
À la… la petite bêtise,
— Que voulez-vous que je vous dise ?… —
On boirait du matin au soir.

Voyons, dites-moi, je vous prie
Là, franchement… voyons, messieurs…
Si cela ne vaudrait pas mieux
Que d’aller à la brasserie.



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 2 Jan - 18:25

J'ai adoré le sonnet qui est ma petite faiblesse comme tu l'auras remarqué. Quand à ce long poème, très agréable à lire. Il avait une soif de vivre inébranlable et un talent fou pour décrire les mets et les boissons, avec modération bien sûr. Bravo à Monsieur Ponchon que j'ai découvert grâce à toi. Belle soirée et gros bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4532
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 2 Jan - 20:11

Déjà, il y songeait à la tranquillité à la campagne, une jolie ferme avec des animaux et la nature !!!
Un peu d'amis et c'est le bonheur !
Bisous André calinchat bisounours bibi2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 3 Jan - 12:53

Flamme a écrit:
Déjà, il y songeait à la tranquillité à la campagne, une jolie ferme avec des animaux et la nature !!!
Un peu d'amis et c'est le bonheur !
Bisous André calinchat bisounours bibi2



Il devait être un fin observateur de la nature humaine en même temps qu'un admirateur de la nature. Dans tous les portraits qu'il brosse, on sent le témoin attentif dans ses analyses.

merci2 pour tes très appréciés commentaires, Chère FLAMME.

DE grosbiz À VOUS DEUX !

CARPE DIEM

andre





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 3 Jan - 12:53


Raoul PONCHON

PATINAGE

Allez, petites femmes,
Tournez, petites âmes
Légères comme l’air,
Délicates sylphides
Sur vos patins rapides
Passez comme l’éclair ;

Passez, souples Lianes,
Les Vénus, les Dianes,
Les Mômes Ducrocket

Auprès de qui les Grâces
Semblent lourdes et grasses,
Ont l’air de vrais paquets.

Passez comme des leurres,
Tournez comme les heures
Et les jours et les ans ;
Ô visions trop brèves !
Passez comme les rêves
Sitôt fuis que présents !

Passez, petites fées
Bellement attifées,
Oiseaux effarouchés
En ces molles écumes
De dentelles, de plumes
Où vos corps sont nichés ;

Cependant que la glace,
Monotone surface,
Sous votre flot mouvant
Quitte sa teinte grise,
Et rayonne et s’irise
Comme un jardin vivant,

Jardin de chrysanthèmes
Ébouriffés, suprêmes,
Qui tantôt querelleurs,
Tantôt pleins de sagesse,
Iraient changeant sans cesse
De forme et de couleur.

Passez, petites fées
Bellement attifées,
Oiseaux effarouchés
En ces molles écumes
De dentelles, de plumes
Où vos corps sont nichés.

Passez comme des leurres,
Tournez comme les heures
Et les jours et les ans ;
Ô visions trop brèves,
Passez comme les rêves
Sitôt fuis que présents.

Si par hasard, mes belles,
Vous ramassez des pelles,
Vous faites pas bobo,
Mais tombez avec grâce :
Faut tomber sur la glace
Comme sur le dodo.

Tournez, petites âmes,
Tombez, petites femmes…





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4532
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 3 Jan - 13:16

De jolies fleurs qui patinent ...plein de grâce pour nous les femmes !
Merci Ponchon!
et merci André ! calinchat bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 3 Jan - 19:45

Flamme a écrit:
De jolies fleurs qui patinent ...plein de grâce pour nous les femmes !
Merci Ponchon!
et merci André !  calinchat  bis


J'ai encore une petite réserve des poèmes de PONCHON, pour le meilleur et pour le rire !

bis bis bis

DOUCE SOIRÉE !

andre

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 4 Jan - 18:37


Raoul PONCHON

LA POLITESSE EST MORTE

Politesse de nos aïeux, vous êtes morte,
Il paraît. On le dit.
Vous êtes tout au moins, chez nous, en quelque sorte
Tombée en discrédit.

Je parle de la politesse envers le sexe,
Il est bien entendu.
L’autre, de celle-ci, n’est guère qu’une annexe
Sinon du temps perdu.

On peut se demander pourtant, non sans tristesse,
Et pour se consoler,
Si les femmes toujours — en fait de politesse —
Ont le droit de parler ?…

Pas toujours. Tenez, hier, et par des temps infâmes,
J’étais dans un tramway
Archi-complet, rempli de jeunes gens, de femmes,
Plus un vieil homme, moué.

Or, à l’un des arrêts de notre itinéraire,
Le chauffeur s’arrêta.
Et personne ne descendit. Bien au contraire,
Une dame monta,

Qui dut se contenter de l’humble plate-forme,
En attendant que l’un
De nous voulût bien lui céder, selon la norme,
Sa place assise… Aucun

N’y songeait, surtout moi, je dois le reconnaître.
Par un temps hivernal,
Pensez-vous ?… Mes voisins, de même, affectaient d’être
Plongés dans leur journal.

Est-ce qu’elle était jeune ou mûre, ou davantage…
Je n’en sais, ma foi, rien,
« Le sexe, dans ce cas. direz-vous, n’a pas d’âge. »
Eh ! parbleu ! J’entends bien…

Oui, mais, je me trouvais, ce jour-là, d’aventure,
Grippé jusqu’à la mort,
Et je n’avais sur moi, pour toute couverture,
Que l’âpre vent du Nord.

Puis, étant le doyen des voyageurs — songeais-je —
Je ne vois pas pourquoi,
Plutôt que ces messieurs, je quitterais mon siège ;
Je me tenais donc coi,

Et pendant ce temps-là, la pauvre créature,
Comme bien vous pensez,
Lançait, à tout ce monde occupant la voiture,
Des regards courroucés.

« Qu’il ne se trouve pas — semblait-elle nous dire —
Un homme assez galant,
Parmi vous tous, pour prendre en pitié mon martyre,
C’est un peu violent.

Il ne s’en trouvait point. Devant tant d’égoïsme,
Tant d’inhumanité,
Moi, qui ne pousse pas jusques au fanatisme
Le soin de ma santé,

Quitte à crever de froid, je quittai donc ma place,
Et je la lui cédai.
La dame aurait bien pu, je crois, me rendre grâce
De mon bon procédé…

Il n’en fut rien. Bien mieux, la maudite pécore,
Tout en me bousculant,
Me dit : « C’est pas trop tôt ! » Aussi, j’en suis encore
Comme « deux ronds de flan. »

C’est bon… à l’avenir, je jure bien, bagasse !
De n’être plus si sot,
Madame, et si jamais je vous cède ma place,
Eh bien, il fera chaud !




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Lun 8 Jan - 18:34


Raoul PONCHON

PORTRAITS À DEVINER

Des yeux trop clairs, des yeux pervers,
Indéfinissables, gris, verts,
Peut-être bien en porcelaine,
La culotte pas beaucoup pleine ;
Quelque chose comme Pierrot
Serait assez son numéro.
Ce n’est pas la beauté qui flambe,
Mais… la jambe.

Jolie après tout et replète,
Mettons un peu trop — d’un kilo.
Hélas ! que n’est-elle incomplète
Comme la Vénus de Milo !

Celle-ci n’a pas d’oreilles…
Assurent des éléphants.
Le reste est une merveille.
Ça me suffit. Les enfants
Ne se font pas par l’oreille.

Cette autre, on mordrait dedans,
Comme on fait dans une pomme.
Quant elle sourit, ses dents
Vont l’illuminant, tout comme…
Elle est mariée, hélas !
Ménélas !

Élégante, faite au moule
Par quel sculpteur lascif,
Il serait vraiment excessif
Qu’elle eût des qualités en foule,
Aussi la dit-on un peu moule.

Laide ? serait beaucoup dire ?
Les yeux, le nez, tout en l’air.
En toute chose elle est pire.
Ce serait quand même un blair !
Agréable, mais — la bouche !
Oh ! les mouches !

Oh ! oh ! c’est une impératrice.
Plus que reine ! Talent coté
Mais un peu froid, comme la Suisse.
Avec ça des grains de beauté
Sur son visage réputé,

Qui, disons-le sans artifice,
Doivent se trouver répétés
Sur ses deux excellentes cuisses.

Celle-là, bizarre, clownesque,
Paroxiste, funambulesque,
Vive comme un tas de fourmis,
Grouille, s’agite, se démène ;
Semble dire en entrant en scène :
« Dieu merci ! le couvert est mis. »
Pour ce qui est de la… bêtise,
De la petite bêtise…
Lui ferait-on une façon ?
On hésiterait, quoi qu’on dise,
Car ce pourrait être un garçon.





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 9 Jan - 12:31


Raoul PONCHON

POUBELLES DANS LE BOIS

C’est cela. Compte sur tes boîtes,
Mon ami, pour sauver le Bois.
Surtout, qu’elles soient adéquates
À leur objet, et de bon poids !

Quelle candeur ! ma vieille branche.
Sais-tu pas que les Parigots,
En particulier — du dimanche —
Sont d’incurables saligauds.

Ouvrier, bourgeois ou satyre,
Enfin, en général, tous ceux
Que la belle nature attire,
Sont des seigneurs, hors de chez eux,

Quand ils vont déjeuner sur l’herbe,
Ils se moquent bien, après tout.
En leur sérénité superbe,
De semer leurs déchets partout.

Ils font comme le Shah de Perse,
Quand il dîne chez ses cousins,
Lequel nonchalamment disperse
Ses os rongés sur les voisins.

Ils savent bien que des ilotes,
À l’aube, dès le lendemain,
Munis de crochets et de hottes,
Viendront, et dans un tour de main,

Glaneront toutes les ordures
Qui déshonorent le gazon,
Et repeigneront la verdure.
Ils y comptent. Ils ont raison.

Et tu peux leur mettre des boîtes
Un peu partout, ici et là,
Dès qu’ils en verront une à droite,
Ils iront à gauche. Et voilà !

Mais, j’admire fort ta constance,
Si tu crois qu’ils feront un pas,
Pour aller porter à distance
Les détritus de leur repas.

Ce sont là des mœurs disparues.
Autant leur demander aussi
De balayer trottoirs et rues…
Enfin, si tel est ton souci,

Tu visiteras tes poubelles,
Pauvre homme ! le lundi matin ;
Et tu m’en diras des nouvelles,
Et tu compteras ton butin.

Ces boîtes-là, vois-tu, c’est comme
L’ustensile nommé crachoir,
Où jamais, de mémoire d’homme,
Personne n’a laissé rien choir.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4532
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 71
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 9 Jan - 13:05

La devinette ne concernerait elle pas le célèbre chevalier d'Eon ?
Bonne année et bonne santé à vous trois de la part de fripou. bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 9 Jan - 18:08

Flamme a écrit:
La devinette ne concernerait elle pas le célèbre chevalier d'Eon ?
Bonne année et bonne santé à vous trois de la part de fripou. bis


Bonne question... mais là, je ne sais pas. Par contre, ce poème a été dédié à Jean STEVENS, dans lequel PONCHON a écrit en prélude :

"Un fanatique du bois de Boulogne propose de disposer çà et là des boîtes à ordures, afin que le public puisse y jeter ses papiers gras et détritus de toute sorte."

TU FERAS UNE TRIPLE BISE à FRIPOU DE NOUS TROIS QUI LUI SOUHAITONS ÉGALEMENT UNE ANNÉE DE SANTÉ ET DE TONICITÉ.

J'espère aussi qu'on pourra à nouveau bientôt lire de nouveaux poèmes de notre Chère VIRGINIE.

Elle manque sur le forum... Allez ! un petit effort, en ce début d'année...

DE GROS bis bis bis À TOUTES LES DEUX !

CARPE DIEM

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 9 Jan - 18:43

Bonsoir André. Excellent le poème sur les déchets et encore plus d’actualité, hélas pour notre pauvre terre. Les gens ne sont pas respectueux de la nature et ils ne font même pas le tri : immonde et manque de civisme. Bravo Monsieur Ponchon et merci à toi André. Bisous du soir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 10 Jan - 12:14

Lucienne MARTEL a écrit:
Bonsoir André. Excellent le poème sur les déchets et encore plus d’actualité, hélas pour notre pauvre terre. Les gens ne sont pas respectueux de la nature et ils ne font même pas le tri : immonde et manque de civisme. Bravo Monsieur Ponchon et merci à toi André. Bisous du soir


Tout dépend de l'éducation et des couches sociales, Chère LUCIENNE. L’incivisme est un véritable fléau qui dégrade notre cadre de vie, porte atteinte à notre environnement, trouble l’ordre public et pèse sur les contribuables.

Si au lieu du laxisme et du manque de volonté politique de nos élus, des brigades en civil étaient chargées de dresser de lourdes contraventions à l'endroit de ceux qui dégradent, nos villes seraient plus agréables à vivre et mieux protégées.

MILLE merci2 pour tes très aimables commentaires que je lis toujours avec beaucoup d'intérêt.

EXCELLENTE JOURNÉE ET DE grosbiz

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 6023
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 10 Jan - 12:18

Raoul PONCHON

PRÉAMBULE

Il me paraît incontestable,
Après mûre réflexion,
Que des seuls plaisirs de la table
Vient la Civilisation.

Ainsi, quand à nos bons ancêtres
Le mystère fut révélé,
Du vin suave, aussi du blé,
Ils en firent des dieux champêtres ;
Les adorèrent tant et plus
Sous les noms de Cérès, Bacchus…
Et voilà, sans le moindre doute,
La première religion.
Elle en vaut d’autres, somme toute,
Et j’en suis à l’occasion.

Les hommes, allant à la chasse,
Les femmes — la petite classe —
Cuisinaient, comme de raison
Si l’on peut dire… à la maison.
Et quand ils en rencontraient une,
D’une habileté peu commune
À préparer les aliments,
Ils l’épousaient dans le moment,
Après un discret fleuretage.
Et voilà pour le mariage.

Puis, de jour en jour, nos aïeux
Devenant plus ingénieux,
Ils imaginèrent la cave,
Pour conserver le vin au frais.
La cuisine vint tôt après,
D’un intérêt tout aussi grave.
Pour quant à la chambre à coucher,
Ils ne songeaient à l’ébaucher.
À cet âge d’or dont je parle,
On… dormait partout, mon vieux Charle.

C’est donc, qui pourrait le nier ?
Par la cuisine et le cellier
Que débuta l’Architecture.
Plus tard, grandissant en culture,
L’enthousiasme des festins
Inspira le chant, l’éloquence,

Et la poésie et la danse.
Ceux doués de quelques instincts
Artistiques, d’un doigt agile,
Se mirent à pétrir l’argile,
En s’inspirant, par lui séduits,
Du galbe des fleurs et des fruits :
Ils firent, pour le vin, des coupes,…
Des vases pour cuire les soupes ;
Les ornèrent de tons flambards…
C’est l’origine des Beaux-Arts.
Et, comme l’heure de la table
Leur semblait la plus agréable,
Pour en calculer le retour,
Ils étudièrent le cours
Mystérieux et l’eurythmie
Des astres. D’où l’Astronomie.
Puis, lassés des mêmes menus,
Ils partirent, à l’aventure,
Vers des patelins inconnus,
Pour varier leur nourriture.
Ils passèrent les monts, les mers,
Connurent des climats divers
Ainsi que des cités nouvelles ;
Des peuplades avec lesquelles
Ils échangèrent leurs produits,
Leurs bêtes, leurs femmes, leurs fruits.
De là la marine, les routes,
Le commerce et ses banqueroutes,
Les codes, les conventions,
Les rapports entre nations,

Et l’industrie et les sciences,
La monnaie et les alliances,
Et les guerres, bien entendu…
Sans quoi tout progrès est foutu.
Enfin, je veux qu’on m’assassine,
Si ce n’est, en l’occasion,
La première indigestion
Qui nous valut la Médecine.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 10 Jan - 15:44

Bonjour mon cher André : c'est excellent ! On connaît grâce à toi toute l'histoire de la "bouffe"et des vins depuis leur origine ainsi que le rôle des femmes derrière les fourneaux. Pourtant les plus grands spécialistes culinaires sont des hommes, encore aujourd'hui pour la majorité Heureusement pour nous, quelques femmes arrivent à se détacher et à obtenir la toque J'ai adoré, bien sûr et j'ai appris aussi Bisous à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
Revenir en haut 
Page 6 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
» LES EXQUIS MOTS (citations, humour, proverbes insolites)
» LES EXQUIS MOTS
» Ma Folie (Quand elle ronge les mots)
» Rime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Jeux de mots :: Expressions, proverbes, maximes, dictons-
Sauter vers: