LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 25073 messages dans 3768 sujets

Partagez | 
 

 LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 7 Nov - 13:45

Gagner de la patience en justifie déjà de la patience !!! Encore un qui rigole des blondes !!! Avec les teintures pour en être certain faut aller plus loin..mais de toute façon les femmes ont bon dos !!! :)
bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 10 Nov - 17:29



Raoul PONCHON

ÉLOGE DU MOT « BOIRE »

Le joli mot que voilà :
Boire ! Qu’en pensez-vous ? Boire !
Moi je suis tout prêt à croire
Qu’aucun ne vaut celui-là !

Ivrognes, ô bons apôtres,
Que je porte dans mon cœur,
N’est-ce pas qu’à la rigueur
On peut se passer des autres ?

Boire ! Eh bien ! cela dit tout ;
Que voulez-vous autre chose ?
Tel un sourire de rose,
Cela se comprend partout.

C’est le seul mot du langage
Qui, par sa fraîche couleur,
A pour moi quelque valeur
Quelque évidence en partage.

Vous avez mille façons
De le prononcer, madame,
Ce mot délicieux, âme
De nos sublimes chansons !

Dites-le, pour moi, de grâce,
Gentiment, bien comme il faut ;
Ah ! pour l’amour de ce mot,
Souffrez que je vous embrasse.

Comme délicatement
La bouche éclot pour le dire !
C’est comme un fin Vau-de-Vire
Du vieux poète normand.

C’est un os rempli de moelle,
Et quand je le dis, parbleu !
Je crois manger du ciel bleu
Ou bien croquer une étoile !

C’est une rose pompon
Qui pare la plus farouche ;
Cela vous fond dans la bouche
Comme un suave bonbon.

C’est un rubis sur la langue,
Tout imprégné de soleil :
Auprès de ce mot vermeil
Toute fleur paraît exsangue.

On dirait, sur le printemps
De votre bouche mutine,
Une abeille qui butine
Le sucre blanc de vos dents.

Qu’il sorte d’un air aimable
De vos lèvres de velours ;
Hurlez-le comme deux sourds
Chez un tavernier du diable ;

Dites-le tout haut, tout bas ;
N’importe comment, je l’aime.
Il me semble inouï même
Lorsque je ne l’entends pas.

Le soleil, en quelque sorte
Le crie à l’immensité ;
La lune l’a répété
Tant de fois qu’elle en est morte.

C’est l’unique mot des dieux,
Le mot le plus vénérable.
Je me donne bien au diable,
Si ça n’est pas le plus vieux.

C’est le verbe d’excellence
Qui doit dissiper la nuit.
C’est tout ce que dit le bruit
Et que pense le silence !

Moi, je le dis constamment ;
La musique en est si tendre,
Que je veux toujours l’entendre,
Que je le rêve en dormant.

Un enfant qui vient de naître
Le dit comme vous et moi,
Car, selon l’humaine loi,
C’est le premier à connaître,

Et c’est aussi le dernier.
Quand survient la mort farouche,
Un moribond sur sa couche,
Cherche à le balbutier.

Vous demandiez, tout à l’heure,
Si j’avais quelque façon
À moi, de le dire ? Non
Car chacune est la meilleure.

Mais, pour parler sans détour,
Si vous désirez le dire
Simplement, comme on respire,
Dites-le cent fois par jour.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 11 Nov - 19:25

Juste sur un mot, le poète Ronchon en fait toute une histoire !!!
Boire !!! En effet, quand nous le disons, il permet d(en entendre de la joie, de la compagnie, du plaisir !
Bravo à lui et a sa joie de vivre ! verrevin verretrinque

bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 14 Nov - 9:50

Tandis que beaucoup de poètes ont couché sur le papier leurs difficultés personnelles, leur mal vivre ou les problèmes de société, PONCHON, toujours égal à lui-même, en digne représentant de ces écrivains et versificateurs du positivisme, a teinté chacun de ses poèmes de dérision et de facétie. Il ne s'est jamais pris au sérieux.

bis  bis  bis

Excellente journée, FLAMME.


andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 14 Nov - 9:53

Raoul PONCHON

ÉLOQUENCE PERDUE

Un dimanche de Fructidor
Dernier, dans un village
De pêcheurs, au pays d’Armor,
Me trouvant de passage,

À l’église je suis entré,
Juste au moment sévère
Que le recteur exaspéré
Jaillissait de sa chaire.

Il y avait un monde fou,
Femmes et jeunes filles ;
Beaucoup de mathurins itou,
Ouvrant leurs écoutilles.

Or, ce recteur hurla, tonna
Contre l’intempérance
Qui sévit, dans ce pays-là,
Plus qu’autre part, en France.

La mer ! qu’est-ce que vous voulez ?…
Rien comme ça n’altère…
Et nos bons mathurins salés
Se dessalent à terre.

Sans entrer dans la lettre, ici,
De son réquisitoire,
Il leur dit à peu près ceci,
Si j’ai bonne mémoire.

« Il avait vu dans les ruisseaux
Des gars, près de sa cure !
Se vautrer comme des pourceaux
Du troupeau d’Épicure !…

« Et que c’était se ravaler
Au-dessous de la brute,
À ce point, que tel croit parler,
Qui seulement quirrute…

« Que l’ivrognerie, à coup sûr,
Est des vices le pire,
À cause qu’il exerce sur
Les autres son empire…

« Et d’ailleurs, qu’on ne devait pas,
Malgré la soif contraire,
Boire en dehors de ses repas,
Si ce n’est de l’eau claire…

« Que si leur raison se noyait
En de sales guinguettes,
En revanche, on ne les voyait
Jamais donner aux quêtes…

« Enfin, qu’au lieu de dépenser
Tout leur « décompte » à boire,
Ils feraient mieux le lui verser,
Pour s’offrir un ciboire… »

Et patati, et patata…
Il parla sur ce thème,
Trois quarts d’heure au moins, tempêta
Et lança l’anathème ;

En l’entrelardant de latin
Que l’on cuisine à Rome,
Et citant du Saint Augustin
Avec du Saint Jérôme.

Or, tout près de moi, j’entendis,
Après cette tirade,
Un de ces mathurins maudits
Dire à son camarade :

« — Hein ! crois-tu qu’il s’est emballé,
Qu’en dis-tu, mon compère ?
Tout de même, il a bien parlé..,
Allons donc prendre un verre. »





_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)


Dernière édition par André Laugier le Ven 17 Nov - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 16 Nov - 20:52

On voit qu'ils ont bien compris le bon curé !!!
Il est difficile de changer le comportement de ses paroissiens chienquirit berna

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 17 Nov - 19:12

Flamme a écrit:
On voit qu'ils ont bien compris le bon curé !!!
Il est difficile de changer le comportement de ses paroissiens chienquirit berna


Comme on dit, chacun prêche pour sa paroisse, et les larmes de la paroisse font toujours l'éloge du curé.

bis bis bis

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 17 Nov - 19:15

Raoul PONCHON

L’EXEMPLAIRE DU ROY

J’ai rêvé posséder les œuvres de Malherbe.
Un exemplaire unique, admirable, un trésor !
Tout habillé de pourpre, et les fleurs de lys d’or
En étoilent les plats, nombreuses comme l’herbe.

Le vélin en est pur, l’impression superbe.
Messieurs les éditeurs, à cette époque encor,
Se montraient soucieux de soigner le décor
Qui faisait ressortir et resplendir le verbe.

Mais ce rare bouquin ne serait rien, ma foi,
S’il n’était pas le propre exemplaire du Roy.
Il l’est. Et dans un coin de marge, on y remarque,

Alors que le poète arrive au baragouin
Dans l’éloge, ces mots, de la main du monarque :
« Mon vieux Malherbe, ici, tu vas un peu trop loin ! »




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mar 21 Nov - 11:06


Raoul PONCHON

LES FABLES DE LA FONTAINE


Non plus qu’à la foire aux ferrailles,
On ne fait guère de trouvailles
Sur les quais, en tant qu’Elzévir,
Gryphe, Aide Manuce, incunables…
Ce ne sont que bouquins minables —
Aurait-on un flair de tapir.

Jadis, on avait de ces veines,
De ces magnifiques aubaines,
Si j’en crois tel ancien récit.
Mais, à défaut de livres rares,
On en rencontre de bizarres
Quelquefois, témoin celui-ci :

C’est les « Fables de La Fontaine »
Que, dans sa triste turlutaine,
Certain seigneur grammairien
Mit en bon français — c’est-à-dire
Son français à lui… Pauvre sire !
Comme vous voyez, c’est un rien.

Autant dire que ce puriste
Enlève à notre fabuliste
Tout son charme primesautier,
Son esprit, sa clarté, sa grâce,
Et ce qu’il nous met à la place,
Est bien fait pour stupéfier !

Imaginez, en quelque sorte,
L’aigle revu par le cloporte…
Hugo réduit par Campistron…
— Encore croyez que je gaze —
Ou bien, si vous voulez, Pégase
Déplumé par Aliboron.

Mais, puisque ledit gentilhomme
A lu les fables du Bonhomme,
Afin de les remettre à neuf,
Que n’a-t-il pris, la pauvre andouille !
Pour lui, celle de la grenouille
Qui tâche à s’égaler au bœuf ?…

Hélas ! le cas n’est pas unique
Chez nous, de ce baron cynique ;
Et l’on ne saurait dénombrer
Tous les contempteurs de la Lyre,
Dont beaucoup ne savent pas lire.
Mieux vaut en rire qu’en pleurer.

Censeurs que le Génie énerve,
Exerçant leur sombre minerve
Sur des chefs d’œuvre indiscutés,
Pour, avec leur loupe risible,
Y trouver une erreur possible,
Sans s’attarder à leurs beautés,

Ah ! plaignons ceux dont la manie
Est de reviser le génie,
Et qui n’ont pas d’autre souci.
Et, sans insister davantage,
Moquons-nous de leur radotage.
Autant grêler sur le persil.

Ces terribles raseurs du Temple
Font l’effet de gens — par exemple —
Qui n’auraient d’autre opinion
Sur le paon, malgré son plumage,
Que celle-ci — de son ramage,
C’est un oiseau qui dit : « Léon ».




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 22 Nov - 9:05

Il n'aime pas La fontaine Ponchon !!! Moi, je trouve que les fables d'Esope sont plus difficiles à lire et moins sympas que celles de la Fontaine !
Chacun ses goûts, le principal ce sont les morales illustrées par nos animaux !
bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 23 Nov - 17:19

Flamme a écrit:
Il n'aime pas La fontaine Ponchon !!! Moi, je trouve que les fables d'Esope sont plus difficiles à lire et moins sympas que celles de la Fontaine !
Chacun ses goûts, le principal ce sont les morales illustrées par nos animaux !
bis



Bonsoir FLAMME,

Je pense que la plupart des sujets était un prétexte pour tourner en dérision les poèmes qu'il allait ensuite écrire. C'est assez rare de trouver chez lui un thème sérieux, qu'il s'agisse de table, de vins, de mode, de politique et même d'amour.

bis bis bis DE NOUS TROIS.

Excellente fin de soirée.

CARPE DIEM

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 23 Nov - 17:19


Raoul PONCHON

FÉMINISME

Tas d’électeurs que vous êtes,
Pourquoi n’avoir pas nommé
Une de nos suffragettes,
En ce triste mois de mai ?

Au vilain sexe mêlée,
Elle pouvait égayer
Votre future assemblée.
Que risquiez-vous d’essayer ?

La femme, c’est le sourire…
Même, en plus d’un altercas,
Elle a bien son mot à dire.
Comme tel, — en tous les cas,

Orateur au taximètre,
Elle tiendrait le crachoir
À la Chambre, et mieux, peut-être,
Du matin jusques au soir,

Pour dire la même chose.
Et qu’attendez-vous de plus
(Puisque aussi bien on en cause)
Des trois quarts de vos élus ?

Serait-il pas mieux, mon âme !…
En outre, que nos écus
Allassent à quelques femmes
Que non pas à leurs cocus ?

N’en parlons plus. Le litige,
Hier, fut tranché par vos soins.
Mais vous avez eu tort, dis-je,
De n’en élire une, au moins !

C’est d’autant plus ridicule
Qu’il semble bien qu’aujourd’hui,
À la céleste pendule,
L’heure du beau sexe ait lui.

Nous avons des avocates,
Des artistes, Dieu merci !
Suaves et délicates,
Et des savantes aussi.

Il est des femmes, plus d’une,
Que je ne nommerai point,
Pour n’en chagriner aucune,
Et qui rendraient plus d’un point

À tel de nos psychologues,
De nos meilleurs écrivains,
Encore qu’on épilogue.
C’est incontestable. Enfin,

Pour ceux-là qui savent lire,
Nos romanciers précieux
Et nos bons porteurs de lyres
Ne sont pas tous des messieurs.

Et ces quarante momies,
Qui ne veulent pas de la
Femme en leurs Académies !…
Et cependant, oh ! là là !

La grâce au talent unie,
Je crois qu’une femme vaut
Un homme sans nul génie,
Et qui ne serait pas beau…

Sous leur coupole morose,
Serait-ce pas comme qui
Dirait un bouton de rose
Dans un carré de persil ?

Bref, quoi qu’on dise ou qu’on fasse,
La femme tout embellit,
Croyez qu’elle tient sa place
Partout, — même dans un lit.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 23 Nov - 21:59

Un peu moqueur notre ami Ponchon...sur son dernier vers ! mais bon, il a l'air quand même d'apprécier la femme !
bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 24 Nov - 19:12

Flamme a écrit:
Un peu moqueur notre ami Ponchon...sur son dernier vers ! mais bon, il a l'air quand même d'apprécier la femme !
bisounours



Moqueur, il l'était certes, mais il faut avouer qu'il savait bien tourner ses phrases. Comme on dit dans ces cas là, la fine raillerie est une épine qui a conservé un peu de parfum de la fleur. Difficile de savoir s'il aimait mieux les femmes que l'absinthe, en tout cas il a eu la réputation d'apprécier les deux. Malgré une vie de débauche, il est arrivé presque centenaire, sans avoir jamais consulté un médecin de sa vie. C'est vraiment un cas !

Sa devise était : "Quand mon verre est plein, je le vide. Quand il est vide, je suis plein, et quand je suis plein, on me vide, mais je me plains !"

ahah ahah

bis  bis  bis DE NOUS 3 À VOUS DEUX.

Excellente fin de soirée.

andre  


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Ven 24 Nov - 23:09

Quel bon vivant !!! Un homme certainement plaisant à connaitre et a côtoyer !
bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 26 Nov - 12:32

Flamme a écrit:
Quel bon vivant !!! Un homme certainement plaisant à connaitre et a côtoyer !
bis  


Vraiment impressionnant le bonhomme. Non seulement il était fin versificateur, il avait de l'esprit, mais encore boute-en-train et homme de culture, il s'intéressait à tous les sujets d'actualité de son époque, et en a tiré plus de 300 poèmes dans les domaines les plus variés.

EXCELLENT DIMANCHE À VOUS DEUX.

MARIE-LOUISE et FABRICE se joignent à MOI pour vous faire parvenir nos PLUS CHALEUREUX bis2 bis2 bis2

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 26 Nov - 12:38


Raoul PONCHON

LA FÊTE DU SOLEIL

J’allai donc de mon pas rapide,
Interviewer, pour mon journal,
Flammarion, notre intrépide
Astronome national.

L’heure me semblait opportune.
C’était le soir. Je le trouvai
En train de farfouiller la Lune
De son télescope éprouvé.

Avec une grâce parfaite
Il m’accueillit : « Ah ! ah ! fit-il,
Vous venez encor pour… la fête ?
Vous me trouvez bien puéril ?…

« C’est vous, laissez-moi vous le dire.
Qui n’êtes du tout sérieux.
En vérité, je vous admire.
Et quoi ! vous voilà furieux,

« Parce que, depuis des semaines,
Le Soleil ne s’est pas montré !
Mais, malheureux énergumènes,
Doit-il donc luire à votre gré ?

« Vous autres, terriens, en masse,
Vous ne vous doutez pas que si
Le Soleil vous fait la grimace.
C’est pour les raisons que voici :

Au temps heureux des premiers âges,
C’était un dieu des plus puissants,
Ayant ses pontifes, ses mages,
Dont il subodorait l’encens.

Et, pour se le rendre propice,
Chaque matin, au point du jour,
On lui offrait des sacrifices
Avec des prières autour.

Aujourd’hui, mufles que vous êtes,
Vous le traitez comme un hébreu.
Alors, il choisit ses planètes,
Et vous néglige quelque peu.

Cette fête est donc ordonnée
Pour vous le rendre plus flambart,
Oui. Je veux qu’il ait sa journée,
À l’instar de Sarah Bernhardt.

Le vingt et un juin, dès l’aurore,
Au mitan de la Tour Eiffel
Dès que nous le verrons éclore,
Nous nous écrierons : c’est Blondel !

Et moi, coiffé d’un « pschent » énorme,
Selon les rites coutumiers,
À la deuxième plate-forme
Je sacrifierai trois béliers.

Puis je ferai, pour l’assistance,
Après quelques libations,
Une petite conférence,
Avec maintes projections.

Revenus sur la terre ferme,
Un chœur de mille exécutants
Nous régalera dur et ferme,
D’une cantate de Rostand ;

Enfin, pour corser le programme.
Nous irons dans un cabaret,
Songer au salut de notre âme.
En buvant quelque bon clairet. »

— Mais, pardon, lui dis-je, cher maître
Qu’arrivera-t-il, dans le cas
Où, pour votre fête champêtre
Le Soleil ne paraîtrait pas ?

— À la guerre comme à la guerre.
On s’en passerait, c’est certain.
Au surplus, nous ne risquons guère
En emportant notre « pépin. »




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Dim 26 Nov - 15:45

Un dialogue amusant et une fin dès plus pratique pour ne pas se faire arroser !
nuagebisous à vous trois et bon dimanche !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 30 Nov - 18:27


Raoul PONCHON

LA FORMULE 606

Ainsi que le disait notre François premier :
« Souvent femme avarie »
Il en sut quelque chose, étant fort coutumier
De la galanterie.

Il fut donc affligé de ce mal dont Brieux
Tellement s’inquiète ;
Mal qui nous vint de Naple, assurent nos aïeux,
Qui firent sa conquête.

Et puis, ça n’était pas la petite… comment
Dirai-je ?… mais la grande
Qu’il avait, la majeure, et tout le tremblement.
Si j’en crois la légende.

Chez les grands tout est grand — comme dit la chanson.
La belle Ferronnière
L’avait royalement servi… d’une façon
Toute particulière.

Il eut beau consulter des docteurs, nécromants,
Mires et thaumaturges,
Ils savaient, tout au plus, donner des lavements,
Administrer des purges.

Que vouliez— vous qu’il fît contre eux tous ? Qu’il mourût !
C’est ce qu’il fit, du reste.
Des microbes affreux le mangèrent tout cru.
Tel fut son sort funeste.

Ah ! que n’a-t-il vécu, ce bon roi, de nos jours !
Il eût pu, sans encombre,
En cent endroits divers varier ses amours.
Paix à sa royale ombre !

Aujourd’hui, grâce à la formule six-cent-six,
Qui nous vient d’Allemagne,
Le plus « avarié » peut, même « in extremis »
Se remettre en campagne…

C’est le docteur « Ehrlich » qui le dit, Quant à moi,
Qui suis le moins chimiste
Des hommes, si je peux seulement dire en quoi
Sa formule consiste,

Dont il va prétendant le Codex enrichir,
Je veux bien ne plus boire
Que du lait, dans lequel on fait de l’eau vichyr,
Jusqu’à mon purgatoire !

Je n’en suis, je dois dire, autrement curieux.
Ce doit être, je pense,
Le produit excellent, rare et mystérieux
D’une chimie intense…

Cependant, nos docteurs, — on les reconnaît là —
Plus têtus que des mules,
Ne considèrent pas que ce soit du tout la
Meilleure des formules.

Ce qui fait croire qu’ils en ont certainement
Une six-cent-septième,
Valant celle, dix fois, du docteur allemand,
Sur qui soit l’anathème !

« Nous avons essayé ce fameux six-cent-six,
Sur quinze cents malades »
Disent-ils — « Il en meurt à peu près neuf sur dix !
Quelle dégringolade ! »

À quoi le sieur Ehrlich répond : « Hé ! mes chéris.
À quoi bon cet esclandre ?…
Ils meurent, je veux bien, mais ils meurent… guéris.
Le tout est de s’entendre. »






_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Sam 2 Déc - 9:26

Connais pas cet élixir pour mourir guéri ....faut avouer que je me méfie des trouvailles allemandes de l'époque de Ponchon, comme de la nôtre ! sourir
bis2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 6 Déc - 19:49

Flamme a écrit:
Connais pas cet élixir pour mourir guéri ....faut avouer que je me méfie des trouvailles allemandes de l'époque de Ponchon, comme de la nôtre ! sourir
bis2


Drôle d'élixir, en effet, dont je ne connais pas, non plus, l'origine. Comme tu le dis, s'il fallait se méfier à cette époque des "mixtures miracles" d'où qu'elles proviennent, je crois que c'est encore pire aujourd'hui. Toutes ces boissons, soi-disant "énergisantes", ne sont pas recommandables pour la santé. Sans compter sur les "mélanges" explosifs que prennent une partie de notre jeunesse qui se drogue car elle ne voit aucun avenir positif et à l'impression de trouver une certaine euphorie en se piquant, en buvant ou en consommant de la "coca", du "cannabis", du "LSD" ou de "l'héroïne".

Triste époque.

Aujourd'hui, nous n'avons écouté ni la radio ni regardé la télévision car depuis ce matin on nous "gave" (c'est le mot) avec la mort de Johnny HALLIDAY. Bien entendu, c'était une "icône" de la chanson... mais trop c'est TROP !

Par rapport à Jean D'ORMESSON qui n'a eu droit qu'à 20 minutes sur le Journal télévisé de TF1, hier, toute l'actualité, ce mercredi, a été consacrée à Johnny... Dans "Le dessin du jour", j'ai d'ailleurs posté un croquis du dessinateur PLACIDE qui remet bien les choses à leur place.

Même l'émission "C DANS L'AIR" (qui est vouée à un sujet politique), en a fait le Une de sa présentation. D'ici à ce qu'on décrète une journée de deuil national il n'y a pas loin ! La Première dame a fait le déplacement au domicile de Johnny HALLIDAY, à Marnes-la-Coquette, dans les Hauts-de-Seine. Les députés font une standing ovation pour rendre hommage au chanteur.

Rien de cela pour D'ORMESSON !!! Il était pourtant dans un autre registre !!! Je suis écœuré !

DE GROS bibi2 bibi2 bibi2 À VOUS DEUX et douce soirée.

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 6 Déc - 21:28

Nous te comprenons André !!! Bien des personnes dans la rue meurent chaque nuit !!! et on n'en dit rien !
Le Trump qui donne Jérusalem aux Israélites: un fou !!!
Attendons les émeutes ! si ce n'est pas une guerre !
Pour Ormesson, en effet, je suis d'accord ! Voici ce qu'il a dit que je trouve splendide !
Des mots précieux de Jean d'Ormesson qui résonnent fortement en cette journée...

" S'il y a un Dieu, il est caché, il est ailleurs, il est hors du temps, il n'obéit pas à nos lois et nous ne pouvons rien dire de lui. Nous ne pouvons décréter ni qu'il existe ni qu'il n'existe pas. Nous avons seulement le droit d'espérer qu'il existe. S'il n'existe pas, notre monde est absurde. S'il existe, mourir devient une fête et la vie, un mystère.

Je préfère, de loin, le mystère à l'absurde. J'ai même un faible pour le secret, pour l'énigme, pour un mystère dont la clé nous serait donnée quand nous serons sortis de ce temps qui est notre prison. Kant parle quelque part d'une hirondelle qui s'imagine qu'elle volerait mieux si l'air ne la gênait pas. Il n'est pas impossible que le temps soit pour nous ce que l'air est pour l'hirondelle. Tant pis ! Je prends le risque. Si tout n'est que néant, si les portes de la nuit s'ouvrent et que derrière il n'y a rien, être déçu par ma mort est le dernier de mes soucis puisque je ne serai plus là et que je n'en saurai rien. J'aurai vécu dans un rêve qui m'aura rendu heureux.

Je m'amuse de cette vie qui se réduit à presque rien s'il en existe une autre. Les malheurs , trop réels, les ambitions, les échecs, les grands desseins, et les passions elles-mêmes si douloureuses et si belles, changent un peu de couleurs. Avec souvent quelques larmes, je me mets à rire de presque tout. Les imbéciles et les méchants ont perdu leur venin. Pour un peu, je les aimerais. Une espèce de joie m'envahit. je n'ai plus peur de la mort puisqu'il n'est pas interdit d'en attendre une surprise. Je remercie je ne sais qui de m'avoir jeté dans une histoire dont je ne comprends pas grand-chose mais que je lis comme un roman difficile à quitter et que j'aurai beaucoup aimé.

J'ignore s'il y a un Dieu ailleurs, autre chose après la mort, un sens à cette vie et à l'éternité, mais je fais comme si ces promesses étaient déjà tenues et ces espérances, réalisées. Et je souhaite avec confiance qu'une puissance inconnue veille, de très loin, mais beaucoup mieux que nous, sur ce monde et sur moi. " (Jean d'Ormesson)

Bonne soirée quand même ! calinchat bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 7 Déc - 9:27

MACRON a déclaré hier soir à la presse (je cite) : "  "il fait partie de ces héros français, j'ai souvent dit qu'il fallait des héros pour qu'un pays soit grand".


Définition du mot "héros" dans le dictionnaire : Personnage mythique ou légendaire ayant accompli des faits extraordinaires ou qui s'est distingué par son courage face au danger.

TOUT EST DIT !  Pauvre pays !!! C'est comme pour la langue française : nous sommes les héros toujours proches du zéro !

“Malheureux les pays qui ont besoin de héros.” (Bertolt Brecht)




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 7 Déc - 12:14

Raoul PONCHON

IDYLLE INTERROMPUE

Il lui dit : « Allons nous promener dans les bois.
Vois la belle journée…
Nous n’aurons ce temps-là peut-être qu’une fois
Au cours de cette année. »

Ils étaient dans le lit si gentiment blottis !
Bien sûr que ça la botte !
Ils s’habillèrent vite et les voilà partis,
Le cœur comme en ribote.

À peine s’ils avaient à eux deux quarante ans,
Ce serait à débattre…
Mais volontiers il lui laissait seize printemps
Pour en garder vingt-quatre.

Ils prirent le bateau qui conduit à Saint-Cloud,
Paradis des familles,
Encore qu’en son parc il règne un certain loup,
Dont on fait peur aux filles.

Elle parla tout haut pendant ce long trajet,
Chantonna des romances ;
Et le moindre détail des berges la plongeait
En des transports immenses.

La Tour Eiffel ainsi que le Trocadéro
Lui semblaient l’art suprême —
Par quelque vingt degrés au-dessus de zéro,
C’est permis — quand on aime.

Elle nommait Auteuil et le Point du Jour, tour
À tour, et… Meudon… Sèvres…
« Mais tu ne me dis rien » — disait-elle — « m’amour »
— « J’aime tes yeux, tes lèvres… »

Répondait-il. Enfin voici Saint-Cloud. Après
Un déjeuner sommaire,
Les voilà disparus dans le bois, guillerets
Et tout à leur chimère…

Elle disait des riens, d’un parler puéril,
Comme un enfant qui jase.
Et lui, silencieux, sur ses lèvres d’avril,
Achevait chaque phrase.

Au bout de peu de temps, nos jeunes amoureux
Révèrent d’une sieste…
Mais quoi !.. finalement (Ô ciel ! veille sur eux !)
L’herbe tendre et le reste…

Hélas ! c’est au moment le plus intéressant,
Que le garde-champêtre
Sur le couple ingénu, qui le croyait absent,
Surgit comme un salpêtre :

« Ah ! ah ! je vous y prends, mes jolis tourtereaux,
— Dit cet homme farouche —
Pardieu ! vous vous aimez « dans les grands numéros ! »
Est-ce ici que l’on couche ?..

« Mais, si les gens ici venaient tous à la fois…
S’aimer, Jésus ! Marie !
Dieu me damne, ce bois ne serait plus un bois,
Mais une porcherie !

« Dans ce bois il est expressément défendu
De faire des orgies ;
De telles mœurs n’étaient admissibles que du
Temps des mythologies…

« Sachez qu’ici, jadis, habita l’Empereur,
Dont je fus au service…
Là, c’était son château, détruit par la « fureur »,
Le « crime » et l’injustice.

« Au lieu donc d’y venir ainsi vous biscoter
De façon indécente,
Vous feriez beaucoup mieux — m’est avis — sangloter
Sur ses ruines absentes.

« Vous voilà comme des saligauds étalés
Dans ces bois si tranquilles…
On ne fait pas l’amour ici, cochons, allez
Vous aimer dans les villes ! »

 




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)


Dernière édition par André Laugier le Ven 15 Déc - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 7 Déc - 20:56

Une histoire drôle à lire et peut-être moins amusante pour nos tourtereaux !
Sacré Ponchon !!! sourir
bis2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 13 Déc - 12:24

Flamme a écrit:
Une histoire drôle à lire et peut-être moins amusante pour nos tourtereaux !
Sacré Ponchon !!! sourir
bis2

Étonnant de voir qu'avec un sujet aussi simple il puisse greffer 17 quatrains à un poème en restant bien dans son sujet et en y exploitant autant d'images.

bis bis bis DE NOUS TROIS.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 13 Déc - 12:27


Raoul PONCHON

IDYLLE ROYALE

Elle était gironde
Allemande et blonde.
Il était giron,
Natif de Belgique,
Châtain, énergique,
En somme, un luron.

Elle était princesse
Et royale altesse
Au pays saxon.
On pouvait la croire,
Avant cette histoire,
Heureuse à foison.

Ah ! qu’on ne s’y fie !
Si déjà la vie
Des cours est rasoir,
À la cour de Saxe,
L’ennui vous malaxe
Du matin au soir.

Lui, professeur blême
De sa langue même
Était sans emploi
Lorsque la personne
Ci-dessus saxonne
Lui dit : « Viens chez moi.

« J’ai depuis mes noces
Trois ou quatre gosses ;
Tu leur montreras
La tienne de langue ;
Encore qu’exsangue,
Ça les distraira. »

Comme eût fait quiconque,
Il accepta. Donque
Dès le lendemain,
Entré dans la place,
Il faisait la classe
Aux royaux gamins.

Bientôt la princesse
À côté sans cesse
Du beau professeur,
Le prit pour son maître,
Croyant reconnaître
En lui l’âme sœur.

La petite fête
N’eût été parfaite,
Rapport à l’époux :
« Oh ! partons, dit-elle
Mon giron fidèle,
Partons, voulez-vous ? »

« Mais, dit la sœur âme,
Vos enfants, Madame …? »
Elle répondit :
« Ils ne sont point vôtres,
Nous en aurons d’autres
Faisons-nous crédit. »

Là-dessus ils firent
Leur malle et partirent
Sans longtemps moisir,
Gagnèrent la Suisse,
Seul coin où l’on puisse
S’aimer à loisir.

Quant à sa couronne
Future et saxonne,
Madame s’en fout.
Lui, s’en fout de même.
Et moi, Dieu suprême !
Je m’en fous itou.




_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 4303
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Mer 13 Déc - 22:25

Humour en tout et en tout lieu ! Il est pétillant Ponchon !
grosbiz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 5521
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 14 Déc - 9:00

Flamme a écrit:
Humour en tout et en tout lieu ! Il est pétillant Ponchon !
grosbiz


Bonjour FLAMME,

Étant donné le nombre considérable de poèmes qu'il a publiés, nous avons encore de bons moment à passer en sa compagnie. Comme tu le dis, c'est tellement "pétillant", quel que soit le thème abordé, que c'est un régal de puiser cet humour particulier à la source de son imagination débordante.

merci2 POUR TES FIDÈLES LECTURES ET APPRÉCIATIONS.

UN NUAGE DE  bibi2  bibi2  bibi2

Je vous souhaite de passer une excellente journée toutes les deux.

CARPE DIEM

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2610
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 63
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   Jeu 14 Déc - 10:18

Excellent. Ce monsieur ne manque pas d'humour. je me suis régalée à la lecture de son poème dont la chute est presque d'actualité. Amusée. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
Revenir en haut 
Page 5 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
» LES EXQUIS MOTS (citations, humour, proverbes insolites)
» Rime
» LES EXQUIS MOTS
» Ma Folie (Quand elle ronge les mots)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Jeux de mots :: Expressions, proverbes, maximes, dictons-
Sauter vers: