LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» La grotte aux étoiles.
Aujourd'hui à 16:14 par Luthoriental

» Ces gens du coin ( Haikai)
Aujourd'hui à 16:06 par Luthoriental

»  Air d'amour
Aujourd'hui à 16:04 par Luthoriental

» Parallélisme
Aujourd'hui à 11:47 par André Laugier

» La poésie Gourmande
Hier à 19:19 par André Laugier

» LES EXQUIS MOTS (citations, humour, proverbes insolites)
Hier à 12:47 par André Laugier

» Le dessin du jour (humour en images)
Mer 26 Juil - 21:15 par André Laugier

» MES CITATIONS & APHORISMES
Mer 26 Juil - 12:32 par André Laugier

» Les plus beaux poèmes sur les animaux.
Mar 25 Juil - 21:04 par Flamme

Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 22837 messages dans 3538 sujets

Partagez | 
 

  On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3755
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 69
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Mer 20 Juil - 18:54



On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.


Expliquez-moi la vie, expliquez-moi la mort
Pourquoi ce long chemin aux souffrances multiples
Incompréhensions, ont-ils tous vraiment tort ?
Pourquoi le bleu du ciel parcourt tant de périples

Trop de mots bafoués viennent d’être effacés
Respect, concession, vérité, tolérance
Au pays du mensonge, on est tous menacés
La peur du lendemain manque de confiance

Et sait-on où l’on va ? De vouloir toujours plus
Plus de pouvoir, d’argent, quitte à devoir détruire
On coupe, on vole on tue, désirant le surplus
Et pourtant, le bonheur est facile à construire

Il est à votre porte, en de tout petits riens
En une fleur qui s’ouvre, au vol d’une hirondelle
Un regard de tendresse en caressant vos chiens
Le temps nous est compté, vivons l'aube nouvelle !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fripou
Admin
avatar

Messages : 3290
Date d'inscription : 17/10/2010
Age : 53
Localisation : Gironde

MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Mer 20 Juil - 19:53

Il serait bon que le monde sache enfin trouver le chemin de la paix, de la tolérance, de la fraternité et donc celui de la simplicité qui seule sait inventer le bonheur..
bisounours bibi2 nuagebisous petitchien bisbis signa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3755
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 69
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Jeu 21 Juil - 18:47

Oui, je crois que d'en vouloir toujours plus et encore ne mène pas toujours au bonheur !
Les valeurs ne sont plus les mêmes et le chemin n'est véritablement pas le bon !!!
Bisous calinchat bis bibi2 bisbis coeurs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4227
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Ven 22 Juil - 12:52



Bonjour CHÈRE FLAMME,

Que de SAGESSE, de réflexion et de FINE PHILOSOPHIE dans les lignes de ce poème on ne peut plus d'actualité.

Chaque homme possède la faculté d'être heureux et celle d'être malheureux. Selon sa culture, sa sensibilité, chaque homme le sera de façon différente et pour des raisons distinctes. Le vrai problème est pour chacun d'être exigeant avec soi-même, de ne pas se contenter des petits bonheurs alors qu'on est capable d'en attendre d'extraordinaires, de ne pas se laisser affecter par de petits malheurs alors qu'on est capable de faire face à des catastrophes.

Dans cette société où la folie humaine dévastatrice de certains individus dégénérés veut conduire au chaos, le vrai et simple bonheur devient contemplatif : il est a celle ou celui qui se réjouit et ne cherche plus l'objet de son désir. Il est néanmoins actif, car il faut toujours, à l'intérieur de soi, être en mouvement pour que perdure le bonheur. Nous n'aurons jamais le bonheur idéal dont nous avons pu rêver. Cette insatisfaction nous empêche, le plus souvent, d'être heureux. La solution consiste donc à ne pas trop attendre, à ne pas trop rêver.

"Il est à votre porte, en de tout petits riens"...

comme tu le dis, puisqu'il tient à mettre seulement, dès que nous le pouvons, notre temps en jachère ; autrement dit, ces petits moments où le passé et l'avenir "disparaissent" et se changent en des instants de plénitude où l'on ne sent rien que le plaisir d'être envie. Ces moments où l'on ne désire plus rien, sont sans doute les plus grands moments de bonheur.

Le VRAI et SIMPLE bonheur, c'est assurément le prolongement de soi-même ; lorsqu'on est heureux, on rayonne et on se répand, on se multiplie, on s'élargit. Et autour de nous, tout le monde en profite.

Tout cela je l'ai trouvé dans TA poésie, Chère FLAMME, avec des mots bien choisis, justes, réfléchis, et s'ajoutant à une prosodie qui en relève la qualité littéraire dans le respect du fond et de la forme.

app app app app

NOS PLUS AFFECTUEUX bis2

CARPE DIEM

andre



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3755
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 69
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Sam 23 Juil - 17:35

Le petit problème, en effet, c'est que l'on ne se connait pas nous-mêmes !!!!
Comment allons-nous réagir devant une grave situation ?  Est-on capable comme tu le dis,
"de  ne pas se contenter de petits bonheurs, alors qu'on est capable d'en attendre d'extraordinaires, de ne pas se laisser affecter par de petits malheurs alors qu'on est capable de faire face à des catastrophes." ?
Celui qui sait être heureux avec des petits bonheurs, tout faire pour les conserver et peut-être plus heureux que celui qui veut atteindre un désir qui demande efforts, obstacles à surmonter, allant jusqu'à quelques malhonnêtetés pour y arriver !
" La solution consiste donc à ne pas trop attendre, à ne pas trop rêver." oui et se contenter du bien que l'on possède, évidemment si ce bien est valable !
Difficile quand même de ne plus avoir de désir, de ne plus rien désirer !!! Mais désirer ce que l'on peut obtenir et se contenter de cela est peut-être un bonheur simple, mais réalisable ! C'est cela le prolongement de soi-même qui permet d'avancer sagement dans sa vie !
Mais comme tu le dis,tout dépend de son milieu, de son caractère, de son envie d'y arriver, de son talent, intelligence et autres...
Merci pour ton commentaire qui permet une plus longue réflexion !
Gros bisous à vous 3 et bonne soirée  bis
bisounours  bibi2

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4227
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Sam 23 Juil - 19:43

Flamme a écrit:
Le petit problème, en effet, c'est que l'on ne se connait pas nous-mêmes !!!!
Comment allons-nous réagir devant une grave situation ?  Est-on capable comme tu le dis,
"de  ne pas se contenter de petits bonheurs, alors qu'on est capable d'en attendre d'extraordinaires, de ne pas se laisser affecter par de petits malheurs alors qu'on est capable de faire face à des catastrophes." ?
Celui qui sait être heureux avec des petits bonheurs, tout faire pour les conserver et peut-être plus heureux que celui qui veut atteindre un désir qui demande efforts, obstacles à surmonter, allant jusqu'à quelques malhonnêtetés pour y arriver !
" La solution consiste donc à ne pas trop attendre, à ne pas trop rêver." oui et se contenter du bien que l'on possède, évidemment si ce bien est valable !
Difficile quand même de ne plus avoir de désir, de ne plus rien désirer !!! Mais désirer ce que l'on peut obtenir et se contenter de cela est peut-être un bonheur simple, mais réalisable ! C'est cela le prolongement de soi-même qui permet d'avancer sagement dans sa vie !
Mais comme tu le dis,tout dépend de son milieu, de son caractère, de son envie d'y arriver, de son talent, intelligence et autres...
Merci pour ton commentaire qui permet une plus longue réflexion !
Gros bisous à vous 3 et bonne soirée  bis
bisounours  bibi2


Je te remercie, Chère FLAMME, pour cette réponse très développée suite à mon commentaire.

Comme tu l'exprimes avec raison : Le petit problème, en effet, c'est que l'on ne se connait pas nous-mêmes !!!!

Chacun aspire à savoir qui il est. Il semble que ce soit la condition essentielle pour mener une existence sensée et cohérente. Or, s'il ne fait pas de doute que la conscience permet de savoir que L'ON EST, il n'est pas assuré qu'elle favorise nécessairement la connaissance de CE QUE L'ON EST. Autrement dit, le fait d'être conscient de soi induit-il le fait de se connaître soi-même ? Suffit-il donc de s'observer pour pouvoir s'analyser et se comprendre ?

Toute la question est là. C'est vrai que l'introspection n'est pas un instrument de connaissance de soi entièrement satisfaisant, car il y a, bien souvent, un manque d'objectivité ou un désir "inconscient" de ne pas vouloir voir une certaine réalité. On peut aussi se tromper sur ses actes et sur ses sentiments.

Cela s'explique, je crois, tout simplement, et sans aller puiser dans la philosophie comportementale, par le fait que nous sommes à la fois JUGE et PARTIE. D'où cette absence d'objectivité qui caractérise la plupart d'entre nous. Nous avons une connaissance partielle de nous même car nous avons besoin, c'est vrai, des autres pour pouvoir nous forger une identité, pour pouvoir nous connaitre. Mais attention aussi, les autres ne se forgent pas TOTALEMENT notre identité, ils ne sont que le reflet de notre personne au travers de leurs yeux, je veux dire par là qu'ils nous aident à nous connaître un peu mieux car on ne peut pas se voir tel que l'on est, dans notre globalité, alors qu'eux, peuvent nous voir, d'un point de vue "extérieur", mais pas toujours objectif.

Pour résumer, et en termes psychologiques ou spirituels, la confiance en soi, le bonheur, se tissent tout au cours de notre propre vie et à l'occasion de nos expériences. Nous ne pouvons nous connaitre que partiellement, car parfois il y a des sentiments dont nous ne sommes pas certains, il y a des expressions que nous prenons et que seul les autres sont susceptibles de remarquer. Mais nous connaissons toutefois nos gouts, nos envies...

Essayons seulement d'apporter un idéal de conscience et de réflexion dans les actes de notre vie quotidienne non pas pour apprendre à nous connaître, mais pour mieux vivre;

Tous les matins, je me lève en ayant en mémoire mon CARPE DIEM. C'est pas grand chose, peut-être, mais spirituellement, je me sens bien avec ce principe de sagesse.

DE GROS bibi2 CHÈRE FLAMME, et UNE DOUCE SOIRÈE À VOUS DEUX.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Mer 3 Aoû - 23:31

Le titre, à mon sens, ne correspond pas du tout ... orage

Le poème : ravissant .
Le poète par des mots simples nous convainc, sans jouer les moralisateurs de l'évidence de sa thèse ... Quel style !
J'ai pris grand plaisir à lire  ...
Merci ... brouettefleurs
Revenir en haut Aller en bas
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3755
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 69
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   Jeu 4 Aoû - 10:13


"Et sait-on où l’on va ? De vouloir toujours plus"...cette idée m'a donné le thème, mais c'est vrai on bifurque facilement et il faut bien donner un titre ! reflex
Si le poème t'a plu quand même Mirco, qu'importe le titre clin2
Merci de ton commentaire, il m'a fait plaisir sourir
petitbis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.   

Revenir en haut Aller en bas
 
On va toujours trop loin lorsqu’on ne sait pas où l’on va.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit chemin qui peut aller trop loin !
» Un pont trop loin
» [Thor, Annika] Une île trop loin
» Toujours trop loin
» Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES-
Sauter vers: