LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 22696 messages dans 3520 sujets

Partagez | 
 

 LA SYNCOPE (Prosodie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4139
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: LA SYNCOPE (Prosodie)   Jeu 7 Juil - 18:54

PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LA SYNCOPE


Non, mes Ami(e)s, en poésie, la "syncope" n'a aucune rattachement de près ou de loin avec cette perte de connaissance brutale et de brève durée due à la diminution momentanée de la circulation cérébrale.

rire  rire

Ce mot est tiré du grec "sunkopè", qui signifie raccourcissement, ou, plus spécialement "retranchement de syllabes ou de lettres au milieu d'un mot". Comme l'annulation prosodique d'un "E" caduc à l'inférieur d'un mot, ce qui entraîne la disparition d'une syllabe dans le décompte.

Il s'agit d'un phénomène relativement courant dans la poésie depuis l'apparition du vers libéré, ainsi dans cet alexandrin d'APOLLINAIRE :


Ô belle Lorely aux yeux pleins de pierr(e)ries.

La proximité des phonèmes [r] rend cette syncope d'autant plus aisée. Le phénomène de la syncope est souvent lié à un effet de connotation populaire ; il peut alors être intégré dans la graphie des mots, comme "tellment" et "curdent" dans ce quatrain d'alexandrins de Raymond QUESNEAU, fragment de "Je crains ça pas tellement", où ils vont dans le même sens que l'emploi de la négation seule dans "je crains pas" et la tonalité générale de désinvolture affichée face à l'angoisse de la mort :



Mais je crains pas tellment ce lugubre imbécile
qui viendra me cueillir au bout de son curdent
lorsque vaincu j'aurai d'un œil vague et placide
cédé tout mon courage aux rongeurs du présent.


Plus généralement, on appelle également "syncope" un métaplasme qui supprime un phonème ou une syllabe à l'intérieur d'un mot, phénomène lui aussi fréquent dans la langue populaire et que reproduit Jean TARDIEU en écrivant "rin" au lieu de "rien" dans le poème "La Môme Néant. Dans la chanson, la syncope est très fréquemment indiquée par des apostrophes :



Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord.

(G. BRASSENS).


Voici un autre exemple de VERLAINE, dans "Invectives" :

...
Que l'apocope se pavane
Comm' drapeau fier dans le fier choc
Sur les rangs fermes comme roc
De la grande école romane !

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)


Dernière édition par André Laugier le Lun 8 Aoû - 8:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LA SYNCOPE (Prosodie)   Dim 7 Aoû - 22:14

Je ne vois pas l'utilité de la syncope dans ces cas, je les conçois comme effets de style ou licence abusive (sauf pour encor') :

Mais je ne crains pas tant ce lugubre imbécile
qui viendra me cueillir au bout d'un cure-dent
lorsque vaincu j'aurai d'un œil vague et placide
cédé tout mon courage aux rongeurs du présent

Que l'apocope se pavane
Tel drapeau fier dans le fier choc
Sur les rangs fermes comme roc
De la grande école romane !

Revenir en haut Aller en bas
 
LA SYNCOPE (Prosodie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la prosodie
» Règles de prosodie
» Le contre-rejet (Prosodie)
» La césure (Prosodie)
» Le "E" caduc (Prosodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: