LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 22671 messages dans 3516 sujets

Partagez | 
 

 LES BOUT-RIMÉS (Prosodie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4121
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: LES BOUT-RIMÉS (Prosodie)   Sam 9 Avr - 12:15


PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LES BOUTS-RIMÉS

On appelle bouts-rimés un court poème (un quatrain, généralement) fondé sur des rimes distribuées à l’avance, selon le principe d’un jeu littéraire de salon très en vogue au XVIIe siècle. On l’a pratiqué également, à l’occasion, au XVIIIe siècle, et parfois au XIXe siècle. (Corneille, Scarron, Boileau et Saint-Evremond étaient des adeptes de cette forme ludique et spirituelle de la poésie.)

Il fallait être habile versificateur pour composer ainsi, à la demande, tandis que quatre mots étaient tirés au sort, pour se manifester avec virtuosité dans ses joutes poétiques. On dit que ce tour de force aurait été inventé par l’abbé Dulot, vers 1645-1648, s’il faut en croire Ménage. Le jeu, en tout cas, fit fureur , et les bourgeois poètes de la place Maubert s’en délectaient, comme le rapporte Furetière dans « Le roman bourgeois » (1666).

Tallemant affirme que Benserade se divertissait à faire des bouts-rimés avec De Lyonne, et que celui-ci fit avoir au poète une pension de quinze cents livres de la Reine, en 1648.

Victor Hugo donne quatre vers satiriques composés selon cette formule, les mots imposés ayant été : coloquinte ; périgourdin ; quinte ; gourdin. :

Ô vieux J., je préfère à votre coloquinte
Le groin délicat du porc périgourdin,
Et lorsque vous toussez, j’applaudis à la quinte
Que je voudrais aider à grands coups de gourdin.

Les bouts-rimés constituèrent l’un des amusements d’une société spirituelle sous l’Ancien Régime ; on en a quelques exemples fameux. C’est ainsi que Catherine II, en voyage en Russie, en 1787, accompagnée du Prince de Ligne pour se distraire en cours de route, et rejointe un moment par Joseph II incognito, assigne ce pensum au Prince qui raconta par la suite : "On me donna des bouts-rimés, avec l’ordre de les expédier bien vite ; et voici comme je les remplis, en m’adressant à elles, (leurs Majestés impériales) :

À la règle des vers, aux lois de l’harmonie
Abaissez, soumettez la force du génie.
En vain fait-il trembler les voisins de l’Etat,
En vain à votre empire il donne de l’éclat
Pour rimer, suspendez un moment votre gloire.
C’est un nouveau chemin au temple de mémoire.

Bien entendu, les bouts-rimés sont les six derniers mots de chaque ligne du poème.

On pourrait multiplier les exemples. Notons, pour conclure, que ce divertissement continua au XIXe siècle. Lors d’une soirée de réveillon chez Alexandre Dumas, on fournit les 4 mots biscornus suivants : choux-fleur ; troubles ; souffleur ; rouble.

Et voici ce qui en résulta pour les "vœux de la nouvelle année" :

À tous les Curtius je souhaite un choux-fleur ;
À nos législateurs des séances sans trouble ;
À l’acteur en défaut un excellent souffleur ;
Aux Français de Russie, un grand dédain du rouble.

Dans les années 1870, Albert Glatiny, qui avait été comédien, pratiquait cet art de l’improvisation au music-hall de l’Alcazar ou les spectateurs lui lançaient des rimes depuis la salle, et il en faisait des poèmes, ou du moins des textes versifiés.

Plus près de nous, dans les années 1920, le chansonnier très populaire, Saint-Granier, reprit cette pratique au music-hall, lui aussi. Les spectateurs lui fournissaient des rimes et il improvisait en public une chanson qu’il interprétait, en une espèce d’impromptu, en utilisant un timbre musical repris immédiatement par son pianiste-accompagnateur.

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3712
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 69
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: LES BOUT-RIMÉS (Prosodie)   Sam 9 Avr - 17:29

En effet, je connais cette amusante poésie !!!
Je pense que ce serait une bonne idée que tu nous mettes des rimes imposés et que nous essayons d'en faire un quatrain !
Qu'en penses tu?
Un court exercice distrayant !
bisounours bis

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4121
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: LES BOUT-RIMÉS (Prosodie)   Sam 9 Avr - 19:31

Flamme a écrit:
En effet, je connais cette amusante poésie !!!
Je pense que ce serait une bonne idée que tu nous mettes des rimes imposés et que nous essayons d'en faire un quatrain !
Qu'en penses tu?
Un court exercice distrayant !
bisounours bis


Pourquoi pas, en effet ?

Demain, après une petite explication de la règle du jeu, je proposerai : EFFACÉ ; ENLACÉ ; ESPACÉ ; PLACÉ.

Déjà, ceux qui auront lu ce topic, pourront commencer peut-être à travailler sur un quatrain, dès ce soir.

DE GROS bibi2

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES BOUT-RIMÉS (Prosodie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES BOUT-RIMÉS (Prosodie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Havre de paix (bout rimé)
» Péllicule périmée
» Aller au bout du monde avec toi
» [roman]Au bout, la lumière E. Torres
» loeb au bout de ma rue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: