LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23372 messages dans 3593 sujets

Partagez | 
 

 LE ZADJAL (Prosodie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4571
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: LE ZADJAL (Prosodie)   Mer 6 Avr - 12:31


PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LE ZADJAL (ou : ZAJAL ; ZÉDJEL ; ZÉGEL ; ZÉJEL)

Il s'agit d'un poème d'origine arabe qui aurait été inventé au XIIe siècle par Ibn-BÂDJDA. Il serait le modèle d'une forme poétique andalouse populaire, passée en langue castillane au XIVe siècle.

Le genre s'adapte fort bien à la musique, et a atteint son apogée avec le poète Ibn QUZMAN, mort à Cordoue en 1160, qui s'en est servi pour ses panégyriques, mais aussi pour chanter la nature, le vin et, surtout, l'amour. Il fut également à l'honneur chez les soufis, et se perpétua jusqu'à nos jours grâce par exemple à un Mahmud BAYRAM AL-TUNSI.

Cette poésie montre une ressemblance à la poésie vernaculaire postérieure des troubadours du sud-ouest de la France.

En français, cette forme a inspiré à Philéas LEBESGUES son "Livre des Zegels". Mais c'est surtout Louis ARAGON qui l'a fait connaître en écrivant une série de poèmes sous ce titre dans son livre : "Le Fou d'Elsa", en 1963.

Après un distique introductif, le "Zadjal" se compose de quatrains, eux-mêmes constitués par un tercet monorime et un quatrième vers rimant obligatoirement avec le distique introductif

Cependant, ARAGON dans ses propres zadjals , imite pas tout à fait cette forme dont il s'est seulement rapproché dans le tout dernier poème de son recueil. Je le donne, ci-dessous, en exemple, pour la compréhension de cette forme de poésie.

LE VRAI ZADJAL D'EN MOURIR

Ô mon jardin d'eau fraîche et d'ombre
Ma danse d'être mon coeur sombre
Mon ciel des étoiles sans nombre
Ma barque au loin douce à ramer

Heureux celui qui meurt d'aimer

Qu'à d'autres soit finir amer
Comme l'oiseau se fait chimère
Et s'en va le fleuve à la mer
Ou le temps se part en fumée

Heureux celui qui meurt d'aimer.

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
LE ZADJAL (Prosodie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE ZADJAL (Prosodie)
» la prosodie
» Règles de prosodie
» Le contre-rejet (Prosodie)
» La césure (Prosodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: