LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 22998 messages dans 3559 sujets

Partagez | 
 

 LES VERS MÊLÉS (Prosodie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4325
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: LES VERS MÊLÉS (Prosodie)   Sam 20 Fév - 11:46

PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LES VERS MÊLÉS

Sous cette dénomination on a souvent associé les "vers libres", ce qui a provoqué une certaine confusion avec cette dernière catégorie instituée à la fin du XIXe siècle par les Symbolistes. Les "vers mêlés" sont, en fait, un mélange de vers de "mesures différentes", sans que ce mélange ait une structure régulière. La plupart des "Fables" de La Fontaine sont écrites en vers mêlés, des alexandrins se trouvant associés à des décasyllabes, des octosyllabes ou encore des tétrasyllabes.

Mais au XVIIe siècle on les appelaient des "vers libres". Monsieur De La Fontaine respectait ce mélange de mètres tout à fait reconnaissables (pair le plus souvent) et tous ses vers rimaient. Les rimes peuvent être plates, croisées, embrassées ou distribuées dans un mode de composition non strophique.

Dans l'exemple suivant, extrait du début de la fable intitulée "L'hirondelle et les petits oiseaux", de La Fontaine, on constate que se mêlent octosyllabes et alexandrins. Elle se compose de trois phrases réparties en deux ensembles : un quatrain en rimes embrassées (ABBA), suivi d'un distique en rimes plates (CC) ; autrement dit, deux ensembles qui développent trois phrases enchâssées :

Une hirondelle en ses voyages (A)
Avait beaucoup appris. Quiconque a beaucoup su (B)
Peut avoir beaucoup retenu. (B)
Celle-ci prévoyait jusqu'aux moindres orages, (A)
Et devant qu'ils fussent éclos, (C)
Les annonçait aux Matelots. (C)

Les "vers mêlés" connurent un grand succès au XVIIIe siècle. Les "Contes de Perrault" sont ainsi composés, tout comme certaines pièces de théâtre dont on peut citer "Psyché". Au XIXe siècle, les Romantiques (Musset, Lamartine, Victor Hugo en tête), employèrent à leur tour cette forme qui a bien embarrassé les critiques de l'époque. Certains lui reconnaissaient une grande régularité, tandis que d'autres, au contraire, la jugeaient très irrégulière. On peut noter, dans l'exemple retenu ci-dessus, une parfaite concordance entre la syntaxe et la métrique, concordance d'autant plus respectée qu'elle est soulignée par la ponctuation et la structure des vers : césure des alexandrins, place des accents rythmiques, et respect du principe : rimes féminines/masculines.

Il ne faut surtout pas confondre "vers libres" (ou vers mêlés avec la poésie dite libre, ou libérée. La "poésie libérée", comme l'explique dans son remarquable ouvrage Gilles Sorgel, est une poésie qui n'a plus l'apparence, à l'œil, d'une poésie classique, mais qui en conserve, consciemment ou inconsciemment, les éléments de base.

_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
LES VERS MÊLÉS (Prosodie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES VERS MÊLÉS (Prosodie)
» Règles de prosodie
» Le "E" caduc (Prosodie)
» Le vers dissylabe (Prosodie)
» Le vers léonin (Prosodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: