LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» LES EXQUIS MOTS (citations, humour, proverbes insolites)
Aujourd'hui à 13:05 par André Laugier

» Sannes en Luberon
Aujourd'hui à 12:46 par André Laugier

» La poésie Gourmande
Aujourd'hui à 12:24 par André Laugier

» MES CITATIONS & APHORISMES
Aujourd'hui à 12:18 par André Laugier

» LES EXQUIS MOTS À LA RIME S'ARRIMENT
Aujourd'hui à 9:21 par Flamme

» Les plus beaux poèmes sur les animaux.
Dim 22 Oct - 11:46 par Flamme

» Le dessin du jour (humour en images)
Dim 22 Oct - 11:43 par Flamme

» Fin d'été dans les Savoies
Dim 22 Oct - 11:24 par André Laugier

» À tous les profs et autres...
Sam 21 Oct - 19:22 par André Laugier

Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 23187 messages dans 3571 sujets

Partagez | 
 

 Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2288
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 62
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5   Mer 27 Jan - 8:28

Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5,
C’était un appel du laboratoire de la médecine légale. Ils avaient déterminé l’heure de la mort à deux mois à peu près,  grâce à l’aide d’un entomologiste. Le corps ne présentant aucune blessure apparente, le médecin devait faire des prélèvements plus approfondis. Il devait procéder à cinq prélèvements : sang, urine, contenu gastrique, mèche de cheveu et vésicule biliaire pour les fournir au laboratoire toxicologique et déceler la présence de drogues, alcool, médicaments …Il avait trouvé derrière la jambe, à la pliure de genou une trace de piqure suspecte. Il avait besoin d’un peu plus de temps pour établir la cause de la mort.
L’inspecteur raccrocha, dubitatif et il se remémora rapidement les lieux. Il se souvint des minuscules taches de sang aperçues sur le drap à la hauteur de la jambe : sans doute les conséquences de la piqure. Mais pourquoi à cet endroit : il n’était pas possible qu’elle ait pu se piquer elle-même ; le corps était droit et couché sur le dos, les bras sur les côtés et il n’avait pas retrouvé de seringue dans la chambre. L’affaire se compliquait pour le policier: il serait difficile de trouver des preuves supplémentaires au bout de deux mois. Il fallait qu’Adriana lui en dise davantage sur ses relations avec sa sœur.
Il regardait la jeune femme : elle semblait paniquée. Elle pleurait à chaudes larmes et s’essuyait les yeux fardés avec un joli mouchoir en dentelle. Des traces de rimmel avait coulé sur ses joues qui laissaient apparaître deux ruisseaux noirs qu’elle n’avait de cesse d’éponger. L’inspecteur fut compatissant et lui présenta une boîte de lingettes humidifiées pour se rafraîchir le visage.
Adriana le remercia et lui tendit un timide sourire. Il lui proposa un café qu’elle ne refusa pas et l’interrogatoire se poursuivit.
Elle avait entendu la conversation téléphonique et affirma que sa sœur et elles ne s’étaient jamais droguées ni pris aucun traitement médicamenteux. Elles picolaient bien un peu, de la vodka-orange notamment mais jamais à se trouver en coma éthylique.
Elles avaient quitté le pays par obligation via une filière clandestine mais s’étaient vite retrouvées dans le piège de la prostitution sous le joug de barbots mafieux de l’Europe Centrale. Mais elles avaient réussi à racheter leur liberté et étaient indépendantes. Elles avaient trop longtemps travaillé dans le métier du sexe, ne possédaient pas de curriculum vitae valable à présenter à un éventuel patron et n’avaient pas fait d’études secondaires pour accéder à un meilleur emploi. Elles n’avaient pas de famille en France et n’étaient pas mariées.  Sa sœur avait eu trois enfants avec des pères différents, deux morts nés et Miléna, sa nièce. Celle-ci était en très mauvais terme avec sa mère et elles ne se voyaient que très rarement. Elle était partie vivre à Constanţa dans la demeure familiale que nous avions été obligé de céder au gouvernement en place de l’époque. Elle avait fait des études de doctorat à l’université de Timisoara et professait à la maternité  Polizu de Bucarest. Elle y était assez réputée en tant que gynécologiste obstétricienne. Elle avait très honte du métier de sa mère et elles étaient en dispute constamment pour la maison. D’ailleurs, Emilia devait partir cette semaine en Roumanie pour rencontrer le notaire de la famille à propos d’un titre de propriété qu’elle savait non authentique.
- Je n’en sais pas plus, Monsieur l’inspecteur et je commence à avoir peur pour moi. Ma sœur était très nerveuse depuis quelques temps et m’avait fait part de ses inquiétudes et de ses soucis. Elle se croyait surveillée et suivie en permanence. Elle était persuadée que sa fille était responsable de ses appels intempestifs sur son portable, des coups de sonnette à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit à la porte de son appartement. Elle s’était cachée dans ce squat pour y être à l’abri en attendant son départ pour la Roumanie.
- Je vous remercie, Madame Balesco. Allez donc vous reposer maintenant, vous en avez bien besoin. Je vais demander à un policier de vous ramener chez vous et de vous protéger, le temps de l’enquête. Restez néanmoins à ma disposition et si un souvenir vous revenait ou un doute, n’hésitez surtout pas à m’appeler : voici ma carte de visite.
L’inspecteur se leva, serra chaleureusement la main d’Adriana et la conduisit jusqu’à la porte …
Lucienne LE 26.01.2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3865
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 70
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5   Mer 27 Jan - 10:39

Adriana en a révélé pas mal sur sa soeur et ses inquiétudes. Cela va aider notre inspecteur !
Belle enquête !
bisounours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fripou
Admin
avatar

Messages : 3290
Date d'inscription : 17/10/2010
Age : 53
Localisation : Gironde

MessageSujet: Re: Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5   Sam 30 Jan - 10:25

Avec la police d'état difficile de se croire en sécurité en quelque lieu que ce soit... bisounours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2288
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 62
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5   Sam 30 Jan - 10:33

Flamme a écrit:
Adriana en a révélé pas mal sur sa soeur et ses inquiétudes. Cela va aider notre inspecteur !
Belle enquête !
bisounours  

Certainement mais avec la peur au ventre, a t-elle tout dévoilé ? Quand on a vécu la période Ceausescu , il reste des habitudes et des stigmates
merci de me suivre dans cette nouvelle hors frontières
Belle journée
Bisous bis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2288
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 62
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5   Sam 30 Jan - 10:36

fripou a écrit:
Avec la police d'état difficile de se croire en sécurité en quelque lieu que ce soit... bisounours

la milice fut monstrueuse sur les Roumains et ils en avaient si peur qu'ils ne parlaient que sur le bout des lèvres et rarement en public
Merci pour la lecture et à suivre
Bisous bis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un matin comme les autres pour l’inspecteur 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sherlock Holmes. Un Noël pas comme les autres. Holmes/Watson. Drabble. G.
» Remorque et caravane pas comme les autres
» Un hobby pas comme les autres ! Mon fursuit.
» Un vendredi pas comme les autres,... à St Claude.
» Un moteur de recherche pas comme les autres !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Prose et conte-
Sauter vers: