LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 43 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Regis

Nos membres ont posté un total de 22947 messages dans 3551 sujets

Partagez | 
 

 Marius Laugier : Le Castellan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 4294
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Marius Laugier : Le Castellan   Jeu 17 Déc - 11:42



Marius LAUGIER

LE CASTELLAN

L'étang se couvrait de roseaux,
De roseaux verts, à sa surface ;
Dans leurs fouillis cachait ses eaux,
Ou les montrait de place en place.

Un chant, assez beau, s'élevait
De la jungle du marécage ;
Je me demandais qui pouvait
Avoir un si gai babillage.

Une frange de peupliers
Jetait, au vent, leur gros murmure,
Comme les concerts familiers
Que l'on entend dans la nature.

Mêlés à leurs bruissements,
M'arrivaient, sur l'aile des vents,
Les chants moqueurs des rousserolles,
Et j'entendais, au fond de moi,
Murmurer je ne sais plus quoi
Qui ressemblait à des paroles.

Le Castellan, morne et railleur,
Semblait mouvoir sa tête brune,
Me convier d'aller ailleurs
Pour oublier mon infortune.

Alors, blessé dans mon orgueil,
Je dis: "Le passé! que m'importe ?
Aujourd'hui, j'en quitte le deuil,
Lui ferme, pour toujours, ma porte."

Ce que, dans son cerveau, l'homme garde en lui-même,
Peut-il, quand il le veut, le chasser à jamais,
Soit que son idéal, ou méprise ou blasphème ?
S'il le fait, un moment, c'est pour avoir la paix.

La paix avec son cœur, avec sa conscience,
Comme on porte un bouquet de fleurs sur un tombeau ;
On s'agenouille, enfin, dans l'ombre et le silence
Où l'on sent un frisson courir sur notre peau.

Notre œil, déjà trop sec, a contenu ses larmes,
Regarde, autour de lui, le sol lugubre et froid,
Où ces guerriers du temps ont déposé leurs armes
Dont ils ne pouvaient plus en supporter le poids.

Ah! s'il en était un qui voulût me redire,
A l'âge où le cyprès germait sur le clocher
De mon heureux pays, où la vague soupire,
Ce qu'il était jadis, et qu'il veut nous cacher !

Si nous pouvions, au moins, éclaircir le mystère
De la création où s'agitent nos pas !
Nous contemplons le ciel, nous ignorons la terre,
Et nous voulons savoir où nous ne sommes pas.

Un jour viendra...mais toi, mon Castellan superbe,
Droit, dans l'Éternité, tu feras ton chemin ;
Nous nous reposerons sous une touffe d'herbe ;
Disparus, dans la terre, hélas! sans lendemain.

Les siècles et les temps, effaçant toute chose,
Passeront sur nos jours que l'on ne verra plus,
Nous subirons, alors, notre métamorphose,
Au sein des éléments où nous serons reçus.

Là bas, comme jadis, au flanc de la colline,
Descendra le troupeau du pâtre, avant le soir,
Dans les airs langoureux, d'une flûte divine,
Qui l'accompagnera jusques à l'abreuvoir.


Marseille, le 12 juin 1953

© SDGL - Échos Poétiques 2005.



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
fripou
Admin
avatar

Messages : 3290
Date d'inscription : 17/10/2010
Age : 53
Localisation : Gironde

MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   Jeu 17 Déc - 17:24

Une rêverie d'abord poétique qui s'évade sur des questions existentielles dont nous ne connaitrons sans doute les réponses qu'une fois passés sur l'autre rive... C'est très beau comme toujours. bisounours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucienne MARTEL

avatar

Messages : 2288
Date d'inscription : 14/10/2015
Age : 62
Localisation : LIMOUX

MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   Jeu 17 Déc - 18:03

Superbe poème sur l'origine des temps et le devenir des choses : j'aime assez ce décalage de vers qui part de la rêverie pour aller crescendo sur un poème plus intimiste : qui saura, André, personne n'n est jamais revenu pour nous le dire et nous passons notre vie à nous poser des questions qui restent lettres mortes. peut-être que dans l'au-delà nous serons des lumières et des puits de sciences
"Si nous pouvions, au moins, éclaircir le mystère
De la création où s'agitent nos pas !
Nous contemplons le ciel, nous ignorons la terre,
Et nous voulons savoir où nous ne sommes pas."
merci pour cette écriture superbe qui ne prends pas une ride : toujours d'actualité et jusqu'à la fin des temps, je pense
Belle soirée et gros bisous bis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flamme
Admin
avatar

Messages : 3791
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 69
Localisation : Près Bordeaux

MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   Jeu 17 Déc - 19:22

Mon Dieu que c'est beau !!!
J'en ai les larmes aux yeux d'avoir ressenti si profondément la sérénité, la foi sans obstacle sur ses pas, qui vont un jour retrouver le bonheur infini !
De contempler la beauté de la nature, il en vient à entendre les paroles divines et comprend que la vie est l'instant, le moment que l'on vit ! Comme tu le dis André avec ton carpe diem !

"Ce que, dans son cerveau, l'homme garde en lui-même,
Peut-il, quand il le veut, le chasser à jamais,
Soit que son idéal, ou méprise ou blasphème ?
S'il le fait, un moment, c'est pour avoir la paix.

La paix avec son cœur, avec sa conscience,
Comme on porte un bouquet de fleurs sur un tombeau ;
On s'agenouille, enfin, dans l'ombre et le silence
Où l'on sent un frisson courir sur notre peau."

Que c'est bien dit !!!

Pas un mot désuet, ( et pourtant de 1953) pas un mot difficile à comprendre....tout dans la simplicité ! Un vrai poète comme je les aime !

"Nous contemplons le ciel, nous ignorons la terre,
Et nous voulons savoir où nous ne sommes pas."

La terre et ses splendeurs sont des preuves d'un créateur parfait, et soyons heureux déjà de constater tant de beautés, tant de mystères !
Un poète dans toute sa sagesse...

Un immense bonheur d'avoir lu ton papa et de pouvoir en recevoir ses bienfaits !
Merci à toi André, de nous faire participer à ses belles pensées. !
bisounours bibi2


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André Laugier

avatar

Messages : 4294
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   Jeu 17 Déc - 19:39

fripou a écrit:
Une rêverie d'abord poétique qui s'évade sur des questions existentielles dont nous ne connaitrons sans doute les réponses qu'une fois passés sur l'autre rive... C'est très beau comme toujours. bisounours

Tout à fait d'accord avec toi, FRIPOU. Jules RENARD disait : Appelons poésie une création par l'image et le rêve. Quant à nos origines, le savoir s'épuisera encore longtemps avant d'en percer le voile, et je doute que nous puissions connaître un jour les véritables arcanes de la création, malgré toutes les avancées technologiques et, notamment les perspectives immenses que laissent entrevoir l'ADN. Elle demeure un mystère, car il n'y a aucune connaissance suffisante de nos origines qui ne commence autrement que par l'imagination et les suppositions.

JE TE REMERCIE INTENSÉMENT pour tes lectures des poèmes de Papa, ainsi que pour la considération que tu portes à son œuvre. Je suis tellement heureux et fier pour lui...

DE GROS  bibi2 DE NOUS TROIS.

Bien douce soirée à toi.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 4294
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   Jeu 17 Déc - 19:58

Lucienne MARTEL a écrit:
Superbe poème sur l'origine des temps et le devenir des choses : j'aime assez ce décalage de vers qui part de la rêverie pour aller crescendo sur un poème plus intimiste : qui saura, André, personne n'n est jamais revenu pour nous le dire et nous passons notre vie à nous poser des questions qui restent lettres mortes. peut-être que dans l'au-delà nous serons des lumières et des puits de sciences
"Si nous pouvions, au moins, éclaircir le mystère
De la création où s'agitent nos pas !
Nous contemplons le ciel, nous ignorons la terre,
Et nous voulons savoir où nous ne sommes pas."
merci pour cette écriture superbe qui ne prends pas une ride : toujours d'actualité et jusqu'à la fin des temps, je pense
Belle soirée et gros bisous  bis


Ce long et SUPERBE commentaire que tu consacres à la poésie de mon père constitue un hommage qui me touche au plus profond de moi-même, LUCIENNE. Papa est un MODÈLE pour moi, car il écrivait dans cette veine héritée des grands Romantiques. Ce n'est, hélas, qu'après sa disparition, en 1981, que j'ai commencé à m'intéresser moi-même à la poésie, en lui consacrant mon tout premier poème. Il n'a donc jamais su que son fils reprendrait un jour le flambeau...

Aussi, je ne remercierai jamais assez FLAMME et FRIPOU qui m'ont offert, dans leur exceptionnelle gentillesse, de pouvoir présenter une compilation de son écriture poétique, sans laquelle son travail ne serait resté qu'à la connaissance intime de la famille.

UN IMMENSE MERCI À TOI AUSSI pour ces mots d'amabilité et d'estime que tu viens de lui consacrer. J'en suis profondément ému.

MES PLUS CHALEUREUX bis et une douce soirée à toi.

andre


_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
André Laugier

avatar

Messages : 4294
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 75
Localisation : Marseille

MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   Ven 18 Déc - 12:06

Flamme a écrit:
Mon Dieu que c'est beau !!!
J'en ai les larmes aux yeux d'avoir ressenti si profondément la sérénité, la foi sans obstacle sur ses pas, qui vont un jour retrouver le bonheur infini !
De contempler la beauté de la nature, il en vient à entendre les paroles divines et comprend que la vie est l'instant, le moment que l'on vit ! Comme tu le dis André avec ton carpe diem !

"Ce que, dans son cerveau, l'homme garde en lui-même,
Peut-il, quand il le veut, le chasser à jamais,
Soit que son idéal, ou méprise ou blasphème ?
S'il le fait, un moment, c'est pour avoir la paix.

La paix avec son cœur, avec sa conscience,
Comme on porte un bouquet de fleurs sur un tombeau ;
On s'agenouille, enfin, dans l'ombre et le silence
Où l'on sent un frisson courir sur notre peau."

Que c'est bien dit !!!

Pas un mot désuet, ( et pourtant de 1953) pas un mot difficile à comprendre....tout dans la simplicité ! Un vrai poète comme je les aime !

"Nous contemplons le ciel, nous ignorons la terre,
Et nous voulons savoir où nous ne sommes pas."

La terre et ses splendeurs sont des preuves d'un créateur parfait, et soyons heureux déjà de constater tant de beautés, tant de mystères !
Un poète dans toute sa sagesse...

Un immense bonheur d'avoir lu ton papa et de pouvoir en recevoir ses bienfaits !
Merci à toi André, de nous faire participer à ses belles pensées. !
bisounours  bibi2
 

Bonjour FLAMME,

Ah ! oui, c'est vrai qu'en lisant les poèmes de Papa, on y retrouve toute l'intensité d'expression d'un homme passionné de la Nature. Il a su associer son amour pour le naturalisme, inspiré par ses lectures et son admiration pour Henri FABRE, Jean-Jacques ROUSEEAU et DARWIN, à une poésie trouvant sa source et son souffle, dans l'essence même des paysages. Il aimait coucher sur le papier, tel un peintre élaborant son aquarelle, les plus beaux moments (mais aussi, parfois, les plus amers), de son existence.

Son écriture est empreinte de sensibilité, de couleur, de terroir, de références des choses de tous les jours que seul un grand observateur est à même de retranscrire avec émotion. C'est surtout cette sobriété des mots et des situations exprimée avec tempérance, mais avec un potentiel de "ressenti" immense, que chacun de ses poèmes s'inscrit dans la perspective du conteur qu'il était.

Comment t'exprimer ma grande reconnaissance pour ces mots ineffables que tu lui dédies dans chacun de tes commentaires, FLAMME ? On le dit souvent, les grands poètes ne sont reconnus, après tout, qu'à titre posthume.

MILLE MERCIS de lui avoir offert vos colonnes et le moyen de "revivre", aujourd'hui, parmi nous. Il aurait été tellement heureux et touché de savoir que ses poèmes, bien plus tard, seraient lus, grâce à ce media "magique" qu'est Internet.

Mes PLUS CHALEUREUX bibi2

Douce journée à toi.

CARPE DIEM

and8



_________________
La poésie se nourrit aux source de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marius Laugier : Le Castellan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marius Laugier : Le Castellan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marius LAUGIER (La fille du pêcheur)
» On dit aux hommes... (Marius LAUGIER)
» Marius - Marcel Pagnol
» The Tall Man (2012, Pascal Laugier)
» Details de Pascal Laugier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES :: NOUVEAU Faisons revivre nos poètes disparus-
Sauter vers: