LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerMembresCalendrierRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
» L'étoile du berger.
Aujourd'hui à 19:52 par André Laugier

» La chanson sur les nantis (À voir absolument !)
Aujourd'hui à 19:46 par André Laugier

» Le dessin du jour (humour en images)
Aujourd'hui à 19:21 par André Laugier

» Je ris de tout avec sérieux
Aujourd'hui à 19:10 par André Laugier

» A ma Muse égarée
Aujourd'hui à 18:56 par Flamme

» Les arbres
Aujourd'hui à 18:53 par Flamme

» Mon coeur est le même
Aujourd'hui à 18:36 par Flamme

» LES EXQUIS MOTS (citations, humour, proverbes insolites)
Hier à 12:54 par André Laugier

» Contrainte et liberté. (Poème sur les antonymes)
Lun 14 Jan - 17:56 par André Laugier

Statistiques
Nous avons 46 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 26814 messages dans 4009 sujets

Partagez | 
 

 La petite Bergère (Marius LAUGIER)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

avatar

Messages : 6364
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 76
Localisation : Marseille

MessageSujet: La petite Bergère (Marius LAUGIER)   Ven 20 Nov - 19:40




LA PETITE BERGÈRE

Une vieille maison était au bord de l’eau.
L’homme l’avait refaite et crépie au cordeau.
La femme, jeune encor, aux cheveux noir d’ébène,
A genoux, blanchissait, dans l’eau d’une fontaine,
Le linge des enfants, sous les grenadiers verts.
Ils étaient trois : deux fils au sourire pervers,
Une fille : à treize ans, que disait son sourire ?
Elle baissa les yeux, lorsque j’allais lui dire :
« Bonjour, divine enfant, cet éden est pour vous,
Le ciel, le paradis, le séjour le plus doux.
Violette des bois, anémone, pervenche,
Vous êtes le parfum sur lequel on se penche,
Vous êtes un rayon de soleil descendu
Sur mon rêve éternel, si longtemps attendu.
Muette, simulant la pudeur de son âge,
Elle cache ses seins derrière son corsage ;
Elle voulut tirer, au-dessous des genoux,
Un pan de son jupon tout constellé de trous.
Se faisant plus petite, elle voulait, sans doute,
Aller par les sentiers et déserter la route,
Mais mon regard la tint craintive devant moi :
Je la voyais bergère, elle me croyait roi.
Seule dans ce désert, c’était le même monde
Qu’elle cherchait dans l’air, qu’elle entendait sur l’onde,
Sa famille était tout ce que peut désirer
Un cœur jeune et naïf qui ne sait qu’admirer.
Enfin, s’enhardissant : « Bonjour monsieur ! », dit-elle,
Et je lui répondis : « Bonjour, mademoiselle.
Un éclair traversa son œil profond et noir ;
J’y compris des secrets qu’elle me laissa voir.
Les fleurs de grenadier, dont son front s’auréole,
Pleuvaient sur les cheveux de la belle espagnole.
« A demain ! » me dit-elle. O ciel, depuis ce jour,
Je connais le bonheur dans les bras de l’amour.

Marseille, le 23 novembre 1940.

© SDGL - Échos Poétiques 2005


_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echos-poetiques.e-monsite.com/
fripou
Admin
avatar

Messages : 3328
Date d'inscription : 17/10/2010
Age : 54
Localisation : Gironde

MessageSujet: Re: La petite Bergère (Marius LAUGIER)   Dim 22 Nov - 18:49

Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences... La bergère peut se muer en princesse de coeur et le prince en berger amoureux...
bisounours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La petite Bergère (Marius LAUGIER)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma petite déco de Noël TRALALA
» Marius LAUGIER (La fille du pêcheur)
» Petite grange au 1/18
» Housse anti-pluie pour ma petite caméra
» [Sand, George] La petite Fadette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: VOS POEMES ET VOS PROSES :: NOUVEAU Faisons revivre nos poètes disparus-
Sauter vers: