LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27935 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 Musicalité de la poésie (Essai)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

Musicalité de la poésie  (Essai) Empty
MessageSujet: Musicalité de la poésie (Essai)   Musicalité de la poésie  (Essai) EmptyJeu 30 Juil - 11:31


LA POÉSIE EST MUSICALE

ESSAI.


La poésie, à ses origines, a souvent été rapprochée de la musique, au point de se confondre, dans l'Antiquité grecque, puisque la poésie lyrique désignait à la fois la poésie et le chant. Au Moyen Âge, de nombreuses formes poétiques, telles que la chanson de toile[i] (évoquant des amours malheureuses), la [i]ballade ou encore le rondeau, suggéraient un accompagnement musical, et que les poètes ont été des paroliers d'interprètes célèbres.

Par son étymologie même, le lyrisme, expression passionnée de sentiments personnels, tristes ou heureux, est en rapport étroit avec l'idée de musique et de chant. Nous ne devons pas oublier qu'il est forgé sur le mot "lyre" qui, dans l'Antiquité, désignait les poèmes chantés, comme les "Odes", par exemple.

Quant à la chanson de geste (ou poème épique), troubadours et jongleurs l'illustrèrent sur un accompagnement musical. Même au XXe siècle, des poètes célèbres ont été des paroliers à succès. Jacques PREVERT a composé des poèmes qui sont presque naturellement devenus des chansons populaires, dont le fameux : "Barbara", pour ne citer que lui, a été interprété par Serge REGGIANI. Mais on pourrait citer aussi Boris VIAN, passionné de jazz et excellent trompettiste. C'est qu'en jouant autant sur les mots, la poésie aspire à devenir musique, à suggérer les mouvements de l'âme les plus secrets. Par les effets sonores de la rime et par le rythme des sons, la poésie EST musique ; son harmonie imitative consiste à faire coïncider le sens des mots avec leur sonorité. Et, en cela, la rime est un autre moyen d'exploiter les ressources phonétiques des mots, car elle est autant faite pour l'œil que pour l'oreille. Elle crée un thème sonore, de la même façon dont on parle en musique d'un thème mélodique.

Pour de nombreux poètes, notamment chez les "symbolistes", la musique est l'essence même de la poésie. Elle assure, en outre, l'unité du poème, du fait que la rime se caractérise par le retour, à la fin de deux ou plusieurs vers, de la même syllabe, donc du même son. En musique, on parle d'un rythme de base ou d'un leitmotiv.

Il suffit d'ailleurs de relever les instruments auxquels les poètes se réfèrent : violons, mandolines, luths, haut-bois :

"Du luth et du pinceau j'ébatterai ma vie"… (Joachim du Bellay)

"La viole qui frôle encor sa frêle main
Charme sa solitude et sa mélancolie"…
(José Maria de Heredia)

"O, suprême clairon plein de strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges"…
(P. Rimbaud)


BAUDELAIRE associe, par exemple, le "vert paradis des amours enfantines" avec :


Les violons vibrant derrières les collines


dans les Fleurs du mal, alors que VERLAINE évoque, de son côté :


"Les sanglots longs
Des violons
De l'automne"


dans ses "poèmes saturniens".

Le jeu des sonorités, à l'intérieur du vers, est déterminé par les assonances (répétitions de voyelles) et les allitérations (répétition des consonnes). Une tentative a bien été faite pour créer une poésie entièrement fondée sur l'esthétique des sons ; il s'agit du lettrisme. Mais ce mouvement des premiers Dadaïstes connût un échec, montrant bien que le jeu des sonorités a quand même des limites au-delà desquelles on peut se poser la question s'il y a encore poésie.

Ce qui frappe, quand on s'intéresse au problème du "symbolisme" des sons linguistiques, c'est la permanence de la réflexion sur le sujet. Les sons peuvent se charger de sens en jouant sur la différence entre voyelles et consonnes car ils constituent une échelle des sons vocaliques. Mais attention de ne pas chercher ainsi à "corriger" volontairement la langue, en changeant les mots : faisons-les entrer, bien au contraire, dans l'organisation sonore des vers.


____________________________________


Bibliographie des ouvrages consultés :

La versification de Michèle Aquien. Presses Universitaires de France. 1990.
La poésie au XIXe et au XXe siècle. de Didier Sevreau. Editions Hatier. 2000
La poésie de Jean-Louis Joubert. Editions Armand Colin. 1998.

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Musicalité de la poésie (Essai)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier essai de nature morte avec l'EP-2
» essai semeuse 137
» Essai HDR
» Premier essai : zouave Pegaso
» Clarck pilote d'essai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: