LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27935 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 LE QUINTIL (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

LE QUINTIL  (Prosodie) Empty
MessageSujet: LE QUINTIL (Prosodie)   LE QUINTIL  (Prosodie) EmptyJeu 23 Juil - 20:01

PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LE QUINTIL
[center]Que me sert la connaissance (A)
D'amour et de sa puissance (A)
Et du mal qu'il fait sentir : (B)
Si je n'ai pas la résistance, (A)
Pour m'en savoir garantir ? (B)


- On rencontre également, mais de manière plus rare, la formule : A B B B A. D'après H. Morier, les Rhétoriqueurs donnaient le nom de "chinquain" à des quintils de formule A A B B A.


- Le quintil à formule prolongée, lui, est une combinaison complète et close au bout de quatre vers, mais où s'ajoute une reprise de rime finale. Il s'agit donc de quintils qui se fondent sur les deux dispositions fondamentales : rimes croisées, rimes embrassées.

C''est ainsi que l'on pourra voir alternance parfaite si à un système à rimes croisées s'ajoute une rime qui reprend la première, en A B A B A ; ce qui évite tout groupement de rimes plates :


Nous renoncerons au poème,
Le seul rythme parfait qui rôde
Parmi tant d'ombres incertaines
Et celles qu'on porte aux autres
Des hauteurs de l'isolement.

Patrice de La Tour du Pin.


C'est la forme la plus courante, adoptée également par Baudelaire pour la plupart de ses poèmes en quintils, et par Apollinaire pour la "Chanson du Mal-Aimé". La formule A B A B B est beaucoup moins employée.

Si, à des rimes embrassées, s'en ajoute une qui redouble la seconde, on a un système A B B A B (avec répétition de AB autour de B : AB - B - AB), tel qu'on le trouve dans "Le Poison", de Baudelaire, ou dans les "Strophes" pour se souvenir d'Aragon :


Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi Simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des partisans.

In : "Le Roman Inachevé"

___________________


* ISOMÉTRIE : du grec "isos", signifie "égal en nombre", et "metron" veut dire "mètre". Il s'agit, dans un même poème ou dans une même strophe, d'utiliser un seul et même type de vers ou de mètre.

* HÉTÉROMÉRIE : du grec "heteros", signifie '"autre", et "metron" veut dire "mètre". C'est l'inverse de L'ISOMÉTRIE. Autrement dit, utilisation, dans un même poème, de deux ou de plusieurs types de vers.

Ainsi, le poème de Baudelaire : "La Musique", est composé d'une alternance d'alexandrins et de vers de cinq syllabes, tel le premier quatrain que je donne en exemple :


La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile.

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
LE QUINTIL (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE QUINTIL (Prosodie)
» Le vers tétramètre (Prosodie)
» L'homéotéleute (Prosodie)
» L'antépiphore (Prosodie)
» Le Centon (Prosodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: