LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27935 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 L'ACCUMULATION (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

L'ACCUMULATION  (Prosodie) Empty
MessageSujet: L'ACCUMULATION (Prosodie)   L'ACCUMULATION  (Prosodie) EmptyDim 5 Juil - 21:34



PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

L'ACCUMULATION

L'accumulation est une forme d'énumération par démultiplication de syntagmes de nature et de fonctions semblables. Ce procédé littéraire convient parfaitement à l'écriture de la poésie dont le rythme, les sonorités et les images sont ainsi renforcées. On l'appelle aussi une "parastase". Autrement dit, elle sert de mise en relief afin de développer une idée en la complétant et/ou en la précisant par ajouts successifs.

Exemple : "Le temps roule, se dresse, recule, repart, s'interpose; s'empile comme un jeu de cartes, se bat, se distribue, se contredit, se retourne, vit." Ph Sollers.

Cet extrait, de Pierre GRINGORE (1511) en est un parfait exemple :


Sots lunatiques, sots étourdis, sots sages,
Sots de ville, de châteaux, de villages,
Sots rassotés, sots niais, sots subtils,
Sots amoureux, sots privés, sots sauvages,
Sots vieux, nouveaux et sots de tous âges,
Sots barbares, étrangers et gentils,
Sots raisonnables, sots pervers, sots rétifs ;
Votre Prince, sans nulles intervalles,
Le Mardi gras jouera ses jeux aux Halles.

L'accumulation a été particulièrement utilisée dans les sonnets par les poètes de la Renaissance. C'est ainsi que Ronsard s'adresse aux différents aspects de la nature afin qu'ils témoignent de son amour pour Cassandre, achevant son poème sur ces vers :


...
Je vous suppli*, ciel, air, vents, monts et plaines,
Taillis, forêts, rivages et fontaines,
Antres, prés, fleurs, dites-le-lui pour moi.

* Apocope du "e" devant une consonne.


Ce procédé est très en vogue de nos jours, chez les poètes. Jacques PRÉVERT, dans son célèbre poème "Inventaire" l'a popularisé. Il s'agit, en fait, d'une longue "accumulation" plus ou moins hétéroclite ponctuée par le passage de quelques ratons laveurs :


Une pierre
deux maisons
trois ruines
quatre fossoyeurs
un jardin
des fleurs

un raton laveur

Une douzaine d'huîtres un citron un pain
un rayon de soleil
une lame de fond
six musiciens
une porte avec son paillasson
un monsieur décoré de la légion d'honneur

un autre raton laveur

...

L'accululation jointe à l'énumération, (avec laquelle il faut se garder de la confondre) permet de traduire métaphoriquement et allusivement une multiplicité de réalités subjectives, de sensations, tout en les intégrant dans un même mouvement d'appréhension (unité profonde sous la diversité ou disparité apparente) :


Te voilà, remontée au firmament sublime,
Échappée aux grands cieux comme la grive aux bois,
Et, flamme, aile, hymne, odeur, replongée dans l'abîme
Des rayons, des amours, des parfums et des voix !

Victor HUGO in "Les Contemplations" VI "Au bord de l'Infini".


N'oublions pas que le poète est essentiellement, selon la pertinente expression de G. BACHELARD, un "rêveur de mots". L'accumulation énumérative devient alors une fabuleuse ressource poétique. De tout temps, nommer et énumérer pour le poète, a constitué un des moyens privilégiés pour éprouver et pour faire partager aux autres toute la richesse d'un environnement qui suscite en lui un émerveillement permanent. Il ne peut donc rester indifférent au mystère des appellations, à cette superbe alliance si souvent harmonieuse entre les signifiants et leurs signifiés qui semble accréditer la théorie du cratylisme, qui n'est autre que le graphisme des mots, le sens finissant par signifier la substance sonore.

Tout mot valorisé est, selon le mot de VALÉRY une sorte de "songe bref" : il ramasse tout le déroulement obscur d'un réseau complexe d'associations..

_________________

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
L'ACCUMULATION (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arman et son foisonnement
» Le vers tétramètre (Prosodie)
» L'homéotéleute (Prosodie)
» L'antépiphore (Prosodie)
» Le Centon (Prosodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: