LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27937 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 Le signifiant et le signifié (Article)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6896
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

Le signifiant et le signifié (Article) Empty
MessageSujet: Le signifiant et le signifié (Article)   Le signifiant et le signifié (Article) EmptyLun 29 Juin - 19:44

LE SIGNIFIANT ET LE SIGNIFIÉ


En linguistique, le terme de signifiant appartient à la terminologie de F. de SAUSSURE. Ce mot correspond à une "image acoustique", ou encore un "son articulé". Autrement dit, il est la part du signe qui peut devenir sensible. Si l'on retient seulement le caractère spécifique de la suite de phonèmes appelés signifiant, on peut dire que ce signifiant représente l'aspect phonologique de la suite des sons qui constituent l'aspect matériel du signe.

En poésie, surtout, l'accent est mis sur cette "image acoustique", contrairement à ce qui se passe dans le "discours" courant où le contenu de l'expression, c'est-à-dire le signifié est prioritaire. Les réseaux de relations qui s'établissent entre les "signifiants" grâce à l'assonance, à la rime, aux consonnes, ou encore à la paronomase, aux allitérations, ainsi qu'aux différentes formes de répétition et aux homonymies, autrement dit à tout ce qui peut bouleverser la forme syntaxique canonique, ont la particularité de retenir notre sensibilité, d'éveiller notre attention : tout ce qui peut avoir un retentissement sur la signification et la signifiance du message poétique.

Le signifiant linguistique doit se dérouler sur une ligne de temps ; le caractère linéaire du signifiant est une donnée fondamentale pour la langue.. Ce statut du signifiant a fluctué avec le temps, selon les époques et les concepts en application des Grands Rhétoriqueurs. À l'époque classique, et dans la poésie traditionnelle, beaucoup plus dominées par le signifié, c'est la rime seule qui a permis d'associer des mots par le signifiant, en fin de vers, ou parfois à la césure. MALLARMÉ, dans sa "Crise des vers", a su isoler la pureté symbolique de l'image acoustique".

En poésie moderne, cette notion a contribué à orienter le poète sur de nouvelles voies ; la rime y est souvent absente, mais le statut du signifiant est démultiplié par quantité d'autres modes de liaison qui, eux, ne sont pas liés à une place fixe : jeu avec des mots proches par le son, comme la paronomase, ou par des habitudes linguistiques (clichés ou syntagmes figés), sans oublier les parallélismes des constructions grammaticales, etc. On peut dire que le rôle principal du signifiant contribue à former les détails de la trame textuelle. Rencontrant des associations fondées sur le sens précis, ils établissent des "images ou des expressions dont l'effet de surprise est au service de la densité verbale.

On constate que le signe linguistique est à la fois arbitraire et nécessaire. Pour bien comprendre cela, il n'est sans doute pas inutile de donner un petit exemple. Dans la conscience d'un sujet parlant français, le signifiant "bœuf" , c'est-à-dire l'image acoustique du groupe de sons qui détermine ce mot, évoque nécessairement le concept de "bœuf", et ce concept déclenche automatiquement l'image acoustique : "böf". Autrement dit, le signifiant est la traduction phonique du concept ; le signifié, quant à lui, est la contrepartie mentale du signifiant (É. BENVENISTE)

Mais comme il n'existe aucun lien nécessaire entre le bœuf, élément de la réalité, et le signe qui l'évoque en français, en anglais ou dans tout autre langue, on parle alors de caractère contingent (au point de vue philosophique), conventionnel (socialement), ou arbitraire du signe. La poésie demeure un jeu de mots et vise à susciter des interprétations inédites et des impressions nouvelles qui surgissent mystérieusement du matériau linguistique lui-même. C'est toute l'ambition de ceux que l'on appelle "poètes du signifiant", par opposition aux "poètes du signifié". L'ambiguïté du signe implique qu'on puisse à son gré le travers comme une vitre et poursuivre à travers lui la chose signifiée, ou tourner son regard vers la réalité et le considérer comme objet. L'homme qui parle est au-delà des mots, près de l'objet ; le poète, lui, est en deçà. Pour celui-là, ce sont des conventions utiles, des outils qui s'usent peu à peu et qu'on finit par jeter quand ils ne peuvent plus servir ; pour le second, ce sont des choses naturelles qui croissent naturellement, tout comme les plantes et les arbres.

ANDRÉ

_________________


Sources : "La linguistique", de Jean Perrot. (Presses universitaires de France.)
"Dictionnaire de la Poésie  française", de Jacques Charpentreau. (Fayard. 2006)
"Rhétorique et argumentation", de Jean-Jacques Robrieux. (Nathan Université. 2000)
"Dictionnaire de linguistique" de Jean Dubois – Mathée Giacomo – Louis Guespin. (Larousse.2001)

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
Le signifiant et le signifié (Article)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Article sur Titanic-Titanic
» Article : Numismatique et Change N°412
» Article: Visite chez Attakus
» Enfin!! Un article de fond sur les matières luminescentes
» [SOFT] WPTOGO : Le blogging mobile de WordPress [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: