LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27935 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). EmptyLun 22 Juin - 21:36


PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LES VERS HOLORIMES


LES RIMES HOLORIMES ou OLORIMES

Les vers holorimes ou "olorimes" sont en quelque sorte le mariage de la Poésie et du Calembour.

Avant de s'émerveiller, le lecteur s'étonne: là où ses oreilles n'entendent qu'un seul vers, deux fois prononcé, son oeil peut lire deux alexandrins composés de mots différents. Deux écrits pour un même oral: voilà qui mérite un examen approfondi.

Mieux qu'un grand nombre de définitions, quelques exemples célèbres permettront d'expliquer ce que sont ces jeux de l'écriture. Jeux très difficiles, s'ils veulent être de qualité.

_____________________

Mai chante encore et parle au tonnerre.
Les grelots des Aoûts tardent.
Las, danse et chants voilés tremblent.
O quelle âme en son aile évente
O folie
L'étoile d'aide aux Mages ?
Cédez chaleur !

Méchante en Corée, par l'automne, erre
L'aigre lot des outardes.
Là, dans ces champs vois les trembles.
Au quai l'amant sonne et, laid, vante
Aux faux lits
Les toiles des dommages.
C'est des chats l'heure.

Louise de Vilmorin.
______________________________________

Elle sort là-bas des menthes,
La belle Eve à l'âme hantée
Et le sort l'abat démente.
L'abbé laid va lamenter.

Louise de Vilmorin.
______________________________________

Au long des mois
Par la Savoie
Six reines, alors riant,
Paraissaient.
L'une, saoule et nue et tard, osa ces mots :
- "S'en va l'heure.

Oh ! l'onde et moi,
Parla sa voix,
Sirènes à l'Orient
Paressaient !
Lune sous les nuées, ta rose a ses maux
Sans valeur !

Louise de Vilmorin.
______________________________________

L'âme est moirée par mille émois sans torts.
La mémoire est parmi les mois, Centaure.

Louise de Vilmorin.
______________________________________

Lit, monde et moi
La vie d'ans vit.
Parmi le genêt aux cent ors,
Lys en cieux,
Hé là ! fiancée, file et cours, toi,
Sept ans !
Roseau d'opale, il en est temps !
Hé là ! fiancée, élancée, au beau cou élancé,
Centaure est là,
Sang d'or !

L'immonde émoi,
L'avide envie,
Par mille jeux naît au Centaure
Licencieux
Et la fille en ses filets courtois
S'étend,
Rose au dos pâle, île en étang.
Et la fille en sait, elle en sait oh ! beaucoup, elle en sait
Sans tort et, lasse,
En dort.

Louise de Vilmorin.

______________________________________

L'amant d'Harry n'est plus chez sa tante d'Amiens
La mandarine épluchée, ça tente Damien.

______________________________________

Mains tenant l'amer, Jean d'Orléans dit : "Capet,
Maintenant la mer, j'endors les handicapés".

______________________________________

LE BOEUF A LA VACHE

D'où te vint
L'air boulot?
L'herbe ou l'eau?
Doute vain.

Elle sort là? bas des menthes
La belle Eve à l'âme hantée
Et le sort l'abat démente
L'abbé laid va lamenter.

O Seigneur!
Quelle panse!
Qu'elle pense
Au saigneur!

Réponse de la vache :

J'ai mi-saoule
Gémi sous le
Faix nouveau.
Aide! Grâce!
Et de grasse
Fais-nous veau

Alphonse Allais

______________________________________

Cet effort holorime en ce départ, à l'aile
De vains propos à blâmer sans céder ma rage,
Devint proposable à mes sensés démarrages:
C'était fort! Ô l'or immense des parallèles!

Esposito/Oulipo

______________________________________

Par les bois du Djinn, où s'entasse l'effroi,
Parle et bois du Gin ou cent tasses de lait froid!

Alphonse Allais

_____________________________________

Si Eveill - il paraît - chasselas détraqué,
Se réveille! il part et chasse, las d'être à quai.

Alphonse Allais

_____________________________________

Je ne joue au polo, ma Jora, qu'à Namur.
Jeune joue! O paulo majora canamus!
(En Wallon, Namur se prononce : Namus)

Alphonse Allais

______________________________________

AVATAR SUR GERARD DE NERVAL

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Gall, amant de la reine, à la Tour Magne à Nimes:
Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé
Galamment, de l'arène, alla - tour magnanime -

Dans la nuit du Tombeau. Toi qui m'as consolé.
Voici le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé...
Vois si le Pô s'y lie? Paix: l'âme erre, dit Thalie.

Suis-je Amour ou Phoebus?...Lusignan ou Biron?
Ma lippe est rouge encor d'un hommage de Reine
(Mali, Pérou...J'encorde un homme. Ah! jeu de rênes...)

Et j'ai deux fois vainqueurs traversé l'Achéron,
Egrenant tour à tour à la lyre d'Orphée:
Aigre Nantes...Hourrah, Tours! Hallali...Re-dors, fée!

Patrick Flandrin.

______________________________________

O fragiles hébreux: allez Rebecca tombe!
Offre à Gilles zèbre, oeufs; à l'Erèbe, hécatombe!

Victor Hugo

______________________________________

L'heure dure, idée, rosace à seins découverts,
Et me tue comme en ses ateliers. Eau, déborde!
Aime, tu commençais à te lier, ô Desbordes.

Max Morisse.

______________________________________

L'un dit : "Comment cela se mène?"
Lundi commence la semaine.

Anonyme.

______________________________________

Ah! Lui, Léo, vit nègre!
A l'huile et au vinaigre.

Alphonse Allais.

______________________________________

Je dis, mettons, vers mes passages souterrains
Jeudi, mes tons verts, mais pas sages, sous tes reins.

Alphonse Allais.

______________________________________

Sous Berr, en marchand, devin pâle à le porter
Soubeyran, marchand de vin, pale ale, porter.

Alphonse Allais.

______________________________________

Alphonse Allais d'la mer sort et pique un plongeon.
Ah! l'fond salé d'la mer, sort épique. On plonge, on...

Alphonse Allais.

______________________________________

DECEMBRE.

SONNET.

Dansait puissant l'été - l'anthème et l'ancolie.
Morts ne meurent mes morts: en corromps-je? Sont mords!
Morne, me remémore; encor ronge son mors,
Dans ses puits sans Léthé, lente est Mélancolie.

Amour ira mourir aux rameaux d'Italie.
Dette n'aillent couvrir, en corps mort, leurres morts
Des tenailles qu'ouvrir encor mord le remords
A mourir âme où rire aura maudit Thalie.

Commence Hiver. Feu ronfle en bel éclair, gemmaux.
Neige l'assaut grenu que livrent des émaux.
Larme, là-bas, levant haineux ses poings, male ire.

Nai-je pas, saugrenus, que livres, dés et mots, Larmes?
L'abat le vent et ne sais point ma lyre,
Comment six vers feront flamber les clairs gémeaux.

Daniel Marmié.

______________________________________

REQUIEM

SONNET

Faux souvenirs quittés où Vertu, neuve hermine,
A remplacé ta morgue, est temps du pourpre puits
A rang placé t'a, Morgue, étendu pour preux puis
Fosse où venir, qui t'est ouverte, une vermine.

Tait, cher dévot, rancune à trop citer la mine
Des livres racontant ta messe. Enserrés d'huis,
Délivrent, rats qu'on tente - âme est-ce en ses réduits
Tes chairs dévorant qu'une atrocité, là, mine.

Pourrir en l'édifice, os à Dieu...Mots dira,
Pour rire enlaidi, fils aux adieux, maudira
Qu'à testament beau neveu valeureux s'alarme

Que si peu d'or en tombe; et froide y verse enfin,
Qu'atteste amant, bonne veuve à leurre sa larme,
Que si peux...dors, en ton beffroi d'hiver sans fin.

Daniel Marmié

______________________________________

Dès le matin s'efforcent les écrivains
D'elle, mâtin. Ses forces : les écrits vains.

Lecoutre.

______________________________________

Etonnament monotone et lasse
Est ton âme en mon automne, hélas!
L'âme est moirée par mille émois sans torts
La mémoire est parmi les mois, Centaure.
Elle sort là-bas des menthes
La belle Eve à l'âme hantée
Et le sort l'abat démente.
L'abbé laid va lamenter.

Le coudre.

______________________________________

SONNET

Les sonnets détraqués l'assènent : leur acompte,
C'était le temps des vers. L'amer art hideux vend!
Lai sot n'aidait trac, hélas...Haineux leurre à comte,
Seth hait le taon - dais vert lamé rare y devant.

Laisse au nez des traqués la scène. L'heure à conte,
C'est elle - tant Eve air - : la mère a ri devant
L'Essonne. Et d'être à quai la Seine le raque: honte.
Cette aile tendez vers la mer, aride vent!

Volant à double sens sa rime, ô chants sonores,
Vols lents tas, d'où bleu sang s'arrime aux champs s'honorent
De richesse pour sots, d'homophonie écran.

Car Eve, effaçant les rances bourdons, n'eut bile
Qu'à rêver, face à l'air en ce bourg dont nubile
D'eux rit chez ce pourceau d'homme au faux niais cran.

Esposito./Oulipo

______________________________________

DEPRESSION METHEOLOGIQUE

SONNET

D'après l'avis du roi Zeus,
L'âme hors-jeu, la voix cassée:
"Âpre est la vie, dure, oiseuse;
La mort, je n'la vois qu'assez."

Poséidon l'écoutait là,
L'heureux Médée l'observait:
"Posez-donc le coutelas;
Le remède est l'eau, servez!"

Jupiter osa goûter
Ce liquide et pris mal, ah!
Jus piteux, rose, à goût thé.

"J'ai plus ton cran, roide, en fer..."
Celui qui déprime alla
Chez Pluton, grand roi d'Enfer.

Esposito/Oulipo

______________________________________

Loup, lit, pomme, des os...: laid, vos tankas m'ennuient!
L'oulipo me désole et vaut tant qu'âme en nuit:
Ce jeu ne lie terre-air. Aidez à bon émoi
Ce jeune littéraire, et désabonnez-moi!

(Anonyme)

______________________________________

Quatrain auto référent.

Cet effort holorime en ce départ, à l'aile
De vains propos à blâmer sans céder ma rage,
Devint proposable à mes sensés démarrages:
C'était fort! Ô l'or immense des parallèles!

(Anonyme)

______________________________________

Avatar sur Nerval

EL DOLORIMADO (Le Déshérimé)

SONNET

C'était toi le sombre homme et l'odieux solitaire,
Désastreux Aquitain tant grisé d'aise et rites.
Cette étoile sombre : Ô mélodieux soli taire
Des astres à qui teint en gris et déshérite.

Tombeau lisse et marron, douce âme arrêtée hier,
Oh! rends ton eau de mer et veux-tu geler vite!
Ton beau lys est ma ronde où s'amarraient théières,
Or en tonneau de mes rêves tus; je lévite.

Je crois être éternel - en fer - et, laquais rond,
C'est ainsi, Reine m'a brûlé dans ses rapports.
S'éteint Sirène, ma bru laide en ces ras ports.

Je croisais, très terne, et l'Enfer et l'Achéron,
En modulant mes chants - comme Orphée peut sa lyre -
En mots du lent méchant qu'aux morts fait peu salir.
Gillet Esposito Farèse.

______________________________________

L'émirat dort
L'émir adore
Les miradors.

Haddock

______________________________________

L'heureux médecin,
Le remède sain,
Guère ici d'avarice, Perry paie si tu meurs,
Guérit sida, varices, péripéties, tumeurs.

Christian Reigneau

______________________________________

A Hervé Buisson (mon dentiste)

Docteurs es Crocs (mais pas escroc)
Hôte qui, staff requis et la santé m'aidant,
Ôte kyste affreux qui hélas hantait mes dents.

Christian Reigneau

______________________________________

Mains tenant l'amarre, Jean d'Orléans dit: "Capet,
Maintenant la mer, j'endors les handicapés".
L'amant d'Harry n'est plus chez sa tante d'Amiens
La mandarine épluchée, ça tente Damien.

Christian Reigneau

______________________________________

Les rides se creusèrent, la jeunesse passa
L'air hideux, ce creux air, l'âge n'est-ce pas ça?

Christian Reigneau

______________________________________

Treize universitaires allaient saucissonner
Très unis vers Cythère ah les sots si sonnés!

Christian Reigneau

______________________________________

Oh Lydie scie mes triques tous ces bouts de bois
Au lit dissymétrique tousse et boude, bois.

Christian Reigneau

______________________________________

Désert aride sur la mer.
Paquebot.
Des airs à rides sur l'amer
Pas que beau.

(Anonyme)

______________________________________

HELLEDHI ET LAPRE

SONNET

La prêtresse écoutait dans le parc aux iris
Au bord d'un étang, molle ailette où Lapré tresse...
Lapré tresse et coud taie dans la barque...Osiris!
Aube ordonnée. Temps mol! Elle est tout, la prêtresse.

Or là mourrait, en gémissant, trépas léger
Un ami de Lapré, saoul des parfums de menthes;
Or l'amour est danger: m'y sens très pâle et j'ai
Une âme délabrée, soudée par feinte amante.

Elle dit, sans fond: "Cet ami, nuit dans l'âme". Or,
Helledhi s'enfonçait à minuit dans la mort...
Oh! mat! Un son fit se fissurer la villa...

Lapré tresse posa: "C'est demain, sur l'âme!" Horte,
Au matin, son fils, se fit sûr et la vit là...
La prêtresse posa ses deux mains sur la morte...

André Duvignac.

______________________________________

Ah! vois au point du Loing! De là, vogue en mer Dante!
Have oiseau, pondu loin de la vogue emm.......

Alphonse Allais

______________________________________

Michel Laclos, dans ses "Jeux de lettres, jeux d'esprit" a composé ces vers holorimes consacrés à l'oeuvre d'un poète persan, dont il fait les louanges, tout en en laissant entrevoir la paix de l'âme à ses croyants :

Ah! L'iran maudit vint à l'heure et, rêve ailé
A lire en mots divins, t'a le "Vrai" révélé.
Comment déjà, d'Islam à La Mecque fidèle
Commandait jadis l'âme, Allah, mais que fit d'elle?

Ainsi tentait de voir en versets te citer,
Incitant tes devoirs envers cette Cité.
Là, c'est décrit cent fois, le regard d'Allah perce,
Lassé des cris sans foi, l'heureux garde la Perse.

Cher, Cher athée errant, seul ivre d'aise, irai
Chercher à Téhéran ce livre désiré.
Ah! par une aide à l'âme est, dit-on le message
Apparu, né d'Allah. Méditons-le mes sages.

Michel Laclos.

______________________________________

L'abbé niais, sourd, ici erre...
La baie n'y est souricière.

ANDRE

______________________________________

L'amant table surtout : "aimez-moi !"
Lamentable sur tout! Eh ! mais moi ?

ANDRE

______________________________________

Dix huit tasses valent ces trois neuves!
10, huit, as, valet, sept, trois neuf.

ANDRE

______________________________________

Roi XVIII ne valait pas ses Dames.
Roi, 10, huit, neuf, valet, as, sept, Dame.

ANDRE

______________________________________

Dix Dames de Troie ne valent pas ces six huit royales.
10, Dame, deux, trois, neuf, valet, (p)as, sept, six, huit, Roi. (Royal n'est-ce pas?)

ANDRE

______________________________________

Dans ces bois automnaux, graves et romantiques,
Danse et bois aux tonneaux, graves et rhum antique.
Net et vibrant, le chant d'une bergeronnette
Naît et vibre en le champ d'une bergère honnête.
Heredia lisant Verlaine - Ah joli don !!
Erre et dit à Lise en vert lainage : « Oh! lis donc. »
Saoul, l'heureux gars Raimu descend, pas sans dangers,
Sous le regard ému des cent passants d'Angers.

Cassave

______________________________________

Voici, à présent, plusieurs séries de phrases permettant toutes de reconstituer le nom du héros de Rostand:

Sire, en eau de Berre, j'erre aqueux.
Six rats, nos deux berges raclent.
Cire, anneau de bergère à queue.
Sciera nos deux bers, je raque.
Syrah, note Berger, arak.
Si radeau Heudeubert, jeu rac.

Anonyme

______________________________________

Alexandre Dumas, répondant à Henry Becque qui avait écrit une satire par rapport à son oeuvre.

Si ce coup de bec de Becque t'éveille
Ô Thomas Corneille en l'obscur tombeau,
Pardonne à l'auteur qui baye aux corneilles
Et songe au public qui bâille aux "Corbeaux".

Alexandre Dumas. (Ce n'est pas, à proprement parler, une holorime, mais l'esprit y est.

______________________________________

SONNET

Oh! Ahana : « Si elle apparaissait plus tôt ? »
C'est en fendant son temps qu'atterrit dans les cieux
Cette enfant. Dansons tant qu'athée ridant les yeux :
On a Anna, ciel ! À part : « Essaie plutôt

De maintenir le cou pour la mettre en auto.
Mais ne les déçois (Ferme : à l'air t'es sourd !) si eux
Mènent l'aide; et sois ferme, alerte et sourcilleux. »
Demain : tenir le coup, pour l'âme être en hôte haut.

Ce sot n'essaiera la morsure aux piranhas :
Outré, je ne fiais tes sens et ton bémol
À ces maternités-hospices, aux sanas

Où très jeune fillette est censée tomber molle.
Assez, mâts ternis, thé, os pisseux... Hosanna :
Ce sonnet serra la mort sûre au pire, Anna !

Gilles Esposito-Farèse (Sonnet pour Anna)

______________________________________

À Nîmes, aile des seings,
Annie mêle desseins ?
Ah, nie ! Mais elle des seins
Anime, hèle, des saints !

Bernardo Schiavetta

______________________________________

Aidé, j'adhère au quai. Lâche et rond, je m'ébats.
Et déjà des roquets lâchés rongent mes bas.
Alphonse Allais.

______________________________________

Si mon fils, ton tutu raccommodé part.
Simon, fiston, tu tueras comme au départ.

Alphonse Allais.

______________________________________

Par ses charmes appas, ris, et du Pacha beauté,
Parsé charma Paris dupa Chat Botté.

Alphonse Allais

______________________________________

Moine (Oscar) de Victor ramona...J'étranglais
Moi, Nauscarde Victor, à mon âge, être Anglais!

Alphonse Allais.

______________________________________

Dans son site sévère assistant sa prestance
Danton cite ces vers, stance après stance.
Lucien Reymond.

______________________________________

Ah! quitte ainsi ta tante et va, l'heure est amère.
A qui t'incitas tant, à leurrer ta mère.

Lucien Reymond.

______________________________________

A Lesbos, à Tyr, l'évangile est appris.
Ah! laisse, beau satyre, l'Eve en gilet t'a pris.

David Massot

______________________________________

As et saouls vantent au Lycée Janson de Sailly;
Assez souvent au lit ces gens sont de saillie.

David Massot

______________________________________

Appelons Nicéphore aux attraits ordonnés
A Paul honni, c'est fort, osa trésor donner.

David Massot

______________________________________

SONNET

Je t'attends samedi, car, Alphonse Allais, car
A l'ombre, à Vaux, l'on gèle. Arrive. Oh! la campagne!
Allons - bravo! - longer la rive du lac, en pagne;
Jette à temps, ça me dit, carafons à l'écart.

Laisse aussi sombrer tes déboires, et dépêche!
L'attrait : (puis, sens!) une omelette au lard nous rit,
Lait, saucisse, ombres, thé, des poires et des pêches,
Là, très puissant, un homme l'est tôt. L'art nourrit.

Et le verre à la main - t'es-tu décidé? Roule
Elle verra, là mainte étude s'y déroule.
Ta muse étudiera les bêtes et les gens!

Comme aux Dieux devisant, Hébé (c'est ma compagne)...
Commode, yeux de vice hantés, baissés, m'accompagne...
Amusé, tu diras: "L'Hébé te soule, hé! Jean!"

Jean Goudezki

______________________________________

Que la mélancolie
Que là met l'ancolie
Résonne au creux du coeur.
Raisonne, ocreux, d'Ukeur! (marquis)

De Montesqiou

______________________________________

L'heure dure, idée, rosace à seins découverts,
Et me tue comme en ses ateliers. Eau, déborde!
Aime, tu commençais à te lier, Ô Desbordes.

Max Morise

______________________________________

Sous le vent, la mort descend, écho! Maint Corse erre
Soulevant l'âme lors des sangs et comme un corsaire
L'ire du poète aurait voulu tes vachers,
Lyre dupe, ô étau, rêve où luttait Vaché.

Max Morise

______________________________________

Hérédia lisant Verlaine - Ah joli don!
Erre et dit à Lise en vert lainage: "Oh! lis donc."

Cassave.

______________________________________

Net et vibrant, le chant d'une bergeronnette
Naît et vibre en le champ d'une bergère honnête.

Cassave.

______________________________________

Sceaux d'hommes égaux morts
Seaux d'eau, mégots morts.

Prévert

______________________________________

Lolo rime
L'holorime
Sa muse
S'amuse.

Anonyme.

______________________________________

L'imperator si lent lève l'avis odieux
L'impair a tort s'il enlève la vie aux dieux.

Anonyme

______________________________________

La chemise
Lâche mise
L'abaisse
L'abbesse
Sa fesse
S'affaisse.

Marcel Hérault

______________________________________

Ah! ce qu'on sert de faux ré
A ce concert de Fauré.
Lucienne Desnoues

______________________________________

La masurka de Chopin t'honora
dans
La masure qu'a, de chaux, peinte l'Honorat.

Lucienne Desnoues

______________________________________

Eprise, hélas, Eve nue offrit son bec à Satan
Et prise, et lasse, et venue au frisson, bécasse attend.

Jules Laforgue.

______________________________________

Cosette, hautaine, hardie, écrin touchant
Causait aux Thénardier crainte ou chants.

Claude Koenig

______________________________________

C'est l'acacia, l'invitation
C'est là, qu'assis, Alain vit à Sion.

Claude Koenig

______________________________________

Deux générales déjeunaient
De jeunes râles des genêts.

Victor Hugo

______________________________________

La mort s'est éprise, c'est tôt, de Luc Etienne.
L'amorce était prise: cette ode, Luc, est tienne

Nicolas Graner.

_____________________________________

_ NOTA : La plupart de ces holorimes ont été extraites du web, ainsi que du livre "Au bonheur des mots" de Claude Gagnière, du "Dictionnaire poétique" de M. Aquiem et du "Dossier Luc Etienne" par Nicolas Garaud et Pascal Sigoda". Bibliothèque Municipale de Reims. (1998)

Les vers holorimes peuvent être considérés comme l'orfèvrerie de la poésie. J'espère que ces quelques exemples auront suffit à vous convaincre.

Cependant, il s'agit d'un travail d'imagination extrêmement délicat et difficile, surtout pour conserver un sens aux quatrains ou à un poème entier.




_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
Flamme

Messages : 4866
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 72
Localisation : Près Bordeaux

Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Re: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). EmptyMar 30 Juin - 9:03

Je dois être trop terre à terre André ! neunoeil

Disons que pour moi ce sont des jeux de mots mais pas du tout limpides pour en faire un poème....cela est amusant, un certain temps et devient POUR MOI un peu agaçant sur la durée.
Je préfère un poème drôle et bien fait comme ceux de Dyonisos qui hélas, par je ne sais quelle mouche a été piqué pour nous envoyer ses vannes, nous a quittés ...mais qui me fait bien rire par son comique de la situation !
Il faut avoir l'habitude de vite saisir la contrepèterie, ou le double sens du mot qui de temps en temps coïncide bien à l'histoire..mais quand il veut simplement montrer la dextérité de celui qui vient de le lancer...fait plutôt pitié !
Il est agréable en écrit de voir la solution en dessous ! reflex  sourir  
Mon compagnon avait le sens de cet humour, et en effet au début, je trouvais cela fort drôle et avec le temps...beaucoup moins !

Je sais que tu aimes le calembour André, ainsi que Tonin, Isangrin est bon aussi, mais ce dernier le dit lui-même souvent. C'est moche quand ce n'est pas parfait !!! Alors il vaut mieux s'abstenir quand on n'est pas assez fort pour y répondre....

Merci de nous en parler ainsi avec des exemples.

bis2 et bonnes chaudes vacances. Bonne promenade à la fraîche !

_________________
Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). 110108034927815720


Dernière édition par Flamme le Mar 30 Juin - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Re: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). EmptyMar 30 Juin - 10:48


Oui, FLAMME ça peut devenir de la véritable orfèvrerie quand l'exercice est totalement réussi et que tout est linéaire. Je possède quelques sonnets d'un auteur méconnu, mais dont les phrases et le sens du poème en font le nec plus ultra de la poésie, mais c'est aussi un genre extrêmement difficile. Trouver une phrase courte et la reproduire en rimes holorimes demande déjà un travail assez élaboré de recherche... composer un poème entier basé sur ce principe est une véritable gageure ! Je ne me suis jamais frotté (à part quelques menus exemples) à ce style de composition.

Comme pour la poésie d'humour ou encore la poésie satirique, nous savons que pour bien écrire, il faut une facilité naturelle et une difficulté acquise.

DE GROS bibi2 et une excellente journée.

Il fait déjà 27° dans mon bureau. Mais à Bordeaux, d'après la météo, je pense que vous allez atteindre des records cette semaine.

BON COURAGE.

CARPE DIEM




_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Flamme
Admin
Flamme

Messages : 4866
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 72
Localisation : Près Bordeaux

Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Re: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). EmptyMar 30 Juin - 13:43

Au soleil , on a dépassé les 42....je suis ensuquée !
Je ne bouge plus de la maison cet aprèm ....
Bon courage à vous 3 Bisous petitbis

_________________
Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). 110108034927815720
Revenir en haut Aller en bas
Tonin Dulot

Tonin Dulot

Messages : 483
Date d'inscription : 11/03/2015
Age : 71
Localisation : Lot

Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Re: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). EmptyMar 30 Juin - 16:32

Flamme a écrit:
Au soleil , on a dépassé les 42....je suis ensuquée !
Je ne bouge plus de la maison cet aprèm ....
Bon courage à vous 3 Bisous petitbis  

Ce matin de 7h à 12h au jardin...cet après midi, à l'ombre....

bien à vous deux...je n'ai point la force de faire du calembour ....

Tonin
Revenir en haut Aller en bas
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Re: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). EmptyMar 30 Juin - 18:33

Chez nous, nous avons encore un petit répit jusqu'à jeudi, d'après la météo. Mais quand même, au soleil à 16 heures, il y avait 35° sur le balcon.

Pas beaucoup d'ardeur, en ce moment, pour me mettre devant l'écran de l'ordinateur. Je reste le plus souvent dans la salle de séjour, en face du climatiseur, où là, en attendant, je concocte quelques citations, et où je passe le reste du temps à lire.

Même pas la force d'entreprendre l'écriture d'un poème. Espérons que cet épisode de canicule ne s'étende pas trop dans le temps.

DE CHALEUREUX  bibi2  DE NOUS 3.

TOUTE MON AMITIÉ, TONIN. Rassure-toi, le calembour et les fables express, de mon côté, sont en souffrance, également.

CARPE DIEM





_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty
MessageSujet: Re: Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).   Les rimes holorimes (ou olorimes)  (Prosodie). Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rimes holorimes (ou olorimes) (Prosodie).
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Ode Aux Vaniteux - Poème :rimes babebines
» La rime léonine (Prosodie)
» Nassim,mon ami!
» Le Hérisson
» "T'en souvient-il?" (Pantoum)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: