LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU



 
AccueilS'enregistrerRechercherGalerieConnexion
Derniers sujets
Statistiques
Nous avons 45 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Pierre Lamy

Nos membres ont posté un total de 27935 messages dans 4238 sujets

Partagez
 

 La licence poétique (Prosodie)

Aller en bas 
AuteurMessage
André Laugier

André Laugier

Messages : 6895
Date d'inscription : 25/01/2015
Age : 77
Localisation : Marseille

La licence poétique  (Prosodie) Empty
MessageSujet: La licence poétique (Prosodie)   La licence poétique  (Prosodie) EmptyVen 12 Juin - 19:42

PETIT LEXIQUE POÉTIQUE

LICENCE POÉTIQUE


La licence poétique est la liberté que donne l'expression poétique de transgresser les normes dans certaines conditions. Ce peuvent être des normes orthographiques, comme la faculté d'écrire "encor" au lieu de "encore" afin de satisfaire au nombre de syllabes du vers, fait que l'on retrouve toujours dans la poésie moderne.

Ainsi dans "Hier régnant désert" d'Yves BONNEFOY, ce distique :

La voix de ce qui a détruit
Sonne encor dans l'arbre de pierre.


La licence poétique peut être perçue comme une spécificité de la poésie, dont elle serait un signe distinctif. Comme je l'ai dit ci-dessus, ces "permissions" sont tolérées et toujours en faveur de l'harmonie et de l'élégance du vers. Les principales licences poétiques concernent l'orthographe, la phonétique, la syntaxe et la rime.

Dans la licence orthographique outre le fait de supprimer le "E" de "encor" on peut également supprimer le "S" final de "certe", tout comme le "S" final de "remord".

Mais on peut de nos jours écrire encore les graphies particulières que sont "avecques" pour "avec" ; ainsi que "doncques" pour "donc" ; "grâces" à pour "grâce à" ; "guères" pour "guère" ; "jusques à" pour "jusqu'à", et "naguères" pour "naguère". Ne soyez donc pas étonnés si vous rencontrez une telle orthographe, même pour des poèmes contemporains.

Exemples :

Tu t'abuses toi-même, ou me porte envie. (BOILEAU)

Les immortels eux-même en sont persécutés. (MOLIÈRE)

Au tumulte pompeux d'Athène et de cour. (RACINE)


Le recours à la dérivation impropre permet, éventuellement, de contourner des règles de la prosodie classique puisque la suite V + e + C est interdite à l'intérieur du vers en fin de mot : on trouvera "pensers" à la place de pensées.


Heureux [...]
Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor. (BAUDELAIRE "Élévation")


Dans l'ordre des licences grammaticales et syntaxiques, on trouve particulièrement l'inversion et l'ellipse.



___________________________

_________________
La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
Revenir en haut Aller en bas
http://echos-poetiques.e-monsite.com/
 
La licence poétique (Prosodie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'histoire du programme spatial soviétique
» [RoX]Patétique Lover =>[colector]
» Nothomb Amélie - Cosmétique de l'ennemi
» [Création] Spore mycétique
» Gymnastique poétique sur les stations du métro parisien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE COIN POÉTIQUE DE FRIPOU :: Espace Prosodie-
Sauter vers: